LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
jean-François Copé lors des primaires de LR

Jean-François Copé Vs. Bergson : l'art d'être comique

5 min

Quand Jean-François Copé tente d’être spirituel mais se révèle finalement comique…

jean-François Copé lors des primaires de LR
jean-François Copé lors des primaires de LR Crédits : JACQUES WITT - Sipa

Comme vous le savez, ce dimanche, le 20 novembre, aura lieu, enfin, le 1er tour de la primaire de la droite et du centre... la pression monte, le suspense est à son comble... Enfin, plus pour certains que pour d'autres, c'est donc l'occasion ou jamais de donner un conseil à Jean-François Copé qui y participe !

La politique est une chose sérieuse, elle traite de sujets graves et qu’elle doit agir face à des situations dramatiques. Et pourtant, force est de reconnaître que la politique, toute dramatique qu’elle soit, a parfois tout d’un vaudeville.

Qu’est-ce qu’on a bien ri lors du 2ème débat à la primaire de la droite et du centre, le 3 novembre dernier : chacun y est allé de son lapsus entre François Baroin et François Bayrou, y compris, bien sûr, Jean-François Copé, l’arroseur arrosé.

Dommage pour lui, d’ailleurs : alors qu’il a voulu pousser ses camarades à rire d’eux-mêmes, c’est en fait de lui qu’ils ont ri. Et il s’est ainsi fait la parfaite illustration de ce que dit Bergson, dans son Essai sur le comique, Le rire : je cite : « un mot est spirituel quand il nous fait rire d’un tiers ou rire de nous, mais il devient comique quand il nous fait rire de celui qui le prononce».

Dommage donc pour Jean-François Copé : il a tenté d’être spirituel, mais il a finalement été comique. Et pas qu’une seule fois…

« Un gouvernement de droite avec des ministres de gauche », le mot a de quoi faire sourire, et même rire, à entendre Nathalie Kosciusko-Morizet, ou Nicolas Sarkozy qui saisit l’occasion pour en rajouter une couche et parler d’un lapsus révélateur. Et il n’a peut-être pas tort… mais révélateur de quoi ? De la personnalité comique de Jean-François Copé qui suscite la moquerie ? Ou de la comédie que peut être la politique elle-même, et qui nous fait rire jaune ? Ou pire, des deux qui provoquent notre rire, parce que, comme le dit Bergson, il n'y a plus ici de mot d'esprit, d'esprit tout court d'ailleurs, d'idées, de conscience ou de volonté chez nos politiques, mais juste du comique ?

Le sourire de Jean-François Copé face aux grandes phrases de son ancien chef, Nicolas Sarkozy, nous fait sourire aussi : il révèle en fait qu'il n'est pas le seul comique sur scène, mais que tout ce qui se joue sous nos yeux ressemble à une farce. Mais le révèle-t-il malgré lui ?

Car si Bergson souligne que l'on rit de celui qui parle et dont l'action n'a rien de voulu et conscient, mais tout du geste qui échappe, du geste automatique, « sans but, sans profit, et par le seul effet d’une espèce de démangeaison intérieure», jusqu'où un tel sourire n'est-il quant à lui pas voulu ? Et si Jean-François Copé n'assumait pas en fait son côté comique pour dédramatiser et révéler toute cette comédie politique ? Et s'il réussissait finalement à renverser l'arrosage ?

Si Jean-François Copé a comme thème de campagne, le terme « décomplexé », Bergson, quant à lui, utilise le terme de « distrait » : le distrait, celui dont le geste est involontaire et le mot inconscient. Celui qui nous fait rire parce qu'il se distrait des conventions sociales et agit par automatisme. Celui à qui Jean-François Copé donne donc le droit de s'assumer en assumant lui-même sa distraction. Reste que le distrait, tout comme le décomplexé, sont du coup insociables, et ses spectateurs insensibles. De quoi effectivement faire rire par sa chute en politique.

CONSEIL

A deux jours du 1er tour, je ne conseillerais pas à Jean-François Copé de lire Le rire de Bergson, ce n'est pas très drôle, mais plutôt de changer de stratégie pour la prochaine fois, et de miser sur le drame, qui touche plus facilement et qui signifie, étymologiquement, le fait de jouer. Au moins, il alliera amour du jeu et ambition politique.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......