LE DIRECT
Jean-Frédéric Poisson lors du second débat pour les Primaires de LR

Jean-Frédéric Poisson Vs. Michel Foucault : l'art de se contrôler

4 min

Un conseil pour Jean-Frédéric Poisson, que l'on a découvert lors du premier débat pour les primaires de la droite et du centre, et que l'on a pu écouter à nouveau hier soir, pour le deuxième débat, un candidat surprise donc, dont les derniers dérapages n'ont pas fini de nous surprendre...

Jean-Frédéric Poisson lors du second débat pour les Primaires de LR
Jean-Frédéric Poisson lors du second débat pour les Primaires de LR Crédits : Eric FEFERBERG / POOL - AFP

Accident, échappée, retard... les métaphores ne manquent pas pour décrire la longue route vers les élections présidentielles. Mais, parmi celles-ci, revient le plus souvent celle de « dérapage » : attendus au tournant, les candidats en sont ainsi les 1ères victimes... OU peut-être plutôt les 1ers responsables.

Là est bien la question : jusqu'où les hommes politiques en campagne contrôlent-ils leur dérapage ? Comment ces candidats qui prétendent au gouvernement des autres peuvent-ils parfois ne pas être souverains d'eux-mêmes ?

Comme le rappelle Michel Foucault, qui a tenu des Cours sur le gouvernement de soi et des autres au début des années 80, et qui le reprend dans le 3ème volume de son Histoire de la sexualité, en 1984, la question d'être souverain présuppose en effet celle de savoir se gouverner soi-même. Et c'est bien cette question que l'on peut poser aujourd'hui à Jean Frédéric Poisson, à la suite de cette déclaration le 31 octobre sur RTL :

Voilà l'objet du dérapage : au-delà du parti et de ses idées, « Faire le choix d'un candidat honnête » : le terme n'est d'ailleurs pas anodin : ce que veut Jean-Frédéric Poisson, c'est de l'honnêteté. On peut en tout cas lui retourner le compliment : le député des Yvelines et président du Parti chrétien démocrate ne cache pas ses convictions.

Et c'est d'ailleurs là que se repose alors le problème : car un dérapage contrôlé, ce n'est pas seulement reconnaître avoir faibli et dévié, pour ensuite réparer les dégâts et revenir dans le droit chemin, ce n'est donc pas seulement déraper et contrôler, mais c'est aussi littéralement et paradoxalement faire un dérapage contrôlé, càd assumer une sortie de piste, un écart par rapport aux autres

Entre Jean-Frédéric Poisson qui soutient l'honnêteté, et Bruno Le Maire, sur Europe 1, le même 31 octobre, qui lui préconise la clarté, l'écart est ainsi flagrant. Mais, c'est que les deux incarnent ces deux dimensions du contrôle : celle qui consiste à être cohérent avec soi-même en érigeant ses propres règles de conduite, et celle qui consiste à se maîtriser face aux autres en suivant les règles.

C’est aussi cette même alternative que dégage Foucault, encore dans Le souci de soi : être souverain, nous dit-il, c'est se fixer : soit par rapport à un ensemble de signes extérieurs, càd en se situant dans le jeu politique, soit se fixer dans un pur rapport à soi, et dès lors, se retirer de ce jeu. Jean-Frédéric Poisson aurait-il choisi la position intenable d’être dans un seul rapport à lui-même alors qu’il est un homme politique ?

A l'image de l'idée qu'il se fait du chef de l'Etat, le paradoxe de Jean-Frédéric Poisson est bien qu'il semble vouloir se fixer seul tout en restant dans le jeu politique. Ou plutôt en étant au-dessus du jeu politique : « Commencer par le haut », « avoir du poids », « sans cacophonie », c'est bien là qu'apparaît le dérapage : non pas en étant honnête, au moins on sait à qui l'on a affaire, mais en pensant que gouverner, c’est suivre sa lancée mais au-dessus de la mêlée, de haut. Il dérape ainsi, non pas seulement au vu des règles de cette primaire ou du bon sens, mais parce qu'il impose les siennes : parce qu'il prend position par rapport au jeu politique - partis, citoyens et candidats-, et non pas dans le jeu politique, avec les autres.

Mon conseil, c'est que Jean-Frédéric Poisson se prenne lui-même pour un cas d'école, car il pose précisément la question fondamentale du gouvernement et de l'exercice du pouvoir : comment être souverain de soi pour gouverner les autres, mais surtout comment gouverner les autres sans s’imposer soi.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......