LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Jean-Luc Mélenchon durant la Marche pour la VI République, le 18/03/2017 à Paris

Jean-Luc Mélenchon face à Austin : quand dire, c'est faire !

5 min

Depuis le Salon du Livre, ce conseil sera pour Jean-Luc Mélenchon qui vient de sortir un livre ce mercredi, De la vertu, mais surtout parce que celui qu'il a sorti en décembre dernier, L'avenir en commun ou Le programme de la France insoumise, est l'un des livres qui se vend le plus en ce moment.

Jean-Luc Mélenchon durant la Marche pour la VI République, le 18/03/2017 à Paris
Jean-Luc Mélenchon durant la Marche pour la VI République, le 18/03/2017 à Paris Crédits : BERTRAND GUAY - AFP

De quoi se pencher sur les mots de Jean-Luc Mélenchon et se demander comment, en politique comme en philosophie, dire, c'est aussi faire !

Certains discours politiques ont tout des plus grands textes littéraires : le style, les idées, et même les personnages avec leurs caractères bien trempés, et une histoire pleine de péripéties... la fiction en moins, le dénouement en moins aussi, évidemment... mais ils ont peut-être quelque chose en plus : l'engagement : de celui qui pousse à prendre parti, de celui qui fait réagir et agir.

Tel est le cas des 1ères lignes du programme de Jean-Luc Mélenchon, et tel est le cas aussi de ses premiers mots samedi dernier, le 18 mars, sur la place de la République.

A entendre la foule, on ne peut que constater le pouvoir des mots. Mais à quoi tient ce pouvoir ? En quoi désigner la foule, en quoi décrire cette clameur, mais en quoi aussi constater « la force du peuple », en quoi dire tout cela, est-ce faire ?

C'est bien cette question que s'est posée le philosophe anglais Austin dans ses 12 conférences prononcées en 1955, traduites sous le titre très pertinent pour nous aujourd'hui : « quand dire, c'est faire ». D'autant plus pertinent qu'il y distingue les phrases où l'on décrit, où l'on constate, où l'on affirme, comme celles que l'on vient d'entendre, des phrases où l'on agit, les propositions performatives, tel les paris, le « oui » lorsqu'on se marie, ou les promesses, plus courantes en politique.

Mais, si Jean-Luc Mélenchon semble ne pas faire ici de propositions performatives, s'il semble parler mais non pas agir, ne fait-il rien pour autant ? Le fait de parler, tout comme le fait de provoquer un effet sur son interlocuteur, n'est-ce pas faire aussi ? Mais faire ceci, est-il en fait bien suffisant ? C'est bien le problème de tout discours politique : certes, on fait bien quelque chose puisque l'on parle, certes on fait bien quelque chose puisque l'on fait réagir la foule, mais fait-on aussi ce que l'on dit ?

Plus intéressant est ce terme de « dégagez », nouveau mot d'ordre de la France insoumise. Plus intéressant parce qu'il engage justement un ordre, qui doit être suivi d'une action. Mais, là encore, nous dit Austin, certains pourront l'entendre comme un ordre, quand d'autres vont l'entendre comme un conseil... qu'ils ne vont pas forcément suivre.

C'est ainsi qu'il faut distinguer la signification, c'est-à-dire comment ce « dégagez » est dit, le ton, la manière, le lieu ; son effet, comment il est reçu, avec joie ou avec effroi ; mais aussi, comment il est interprété, et ici, c'est une question de valeur. Or, quelle valeur accorder à ce « dégagez », et de manière générale, à tout discours politique ? Comment déterminer cette valeur : faut-il avoir recours au vrai et au faux, ou au for intérieur de celui qui parle ?

Non, et c'est là la leçon d'Austin pour nous : le langage n'est pas en plus, il n'est pas, je cite : « l'énonciation extérieure, vraie ou fausse, d'un événement intérieur », le langage est action. Les promesses sont déjà des actions, et on aurait tort de s'en plaindre. Mais par contre, peut-on accepter qu'en politique, il n'y ait que ce genre d'actions, reste donc cette question...

CONSEIL

Que Jean-Luc Mélenchon continue à parler, à écrire, si bien d'ailleurs, mais pas seulement. Là est le conseil : le titre anglais des conférences d'Austin est How to do things with words, en référence, ironique, aux manuels anglo-saxons de l'époque, peut-être faut-il alors trouver un manuel qui explique aux politiques comment faire, tout court.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......