LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Michele Alliot Marie candidate au conseil national du parti Les Republicains (13/02/2016)

Michèle Alliot-Marie Vs. Benjamin Constant : l’art de la conquête

5 min

Un conseil pour une nouvelle venue dans la campagne présidentielle : Michèle Alliot-Marie, MAM, qui a annoncé sa candidature jeudi dernier, le 8 décembre, sous ce slogan quelque peu anachronique : « Retrouver l’esprit de conquête »

Michele Alliot Marie candidate au conseil national du parti Les Republicains (13/02/2016)
Michele Alliot Marie candidate au conseil national du parti Les Republicains (13/02/2016) Crédits : Sébastien Muylaert/ Wostok Press - Maxppp

Entre le renoncement de François Hollande, l’annonce de Manuel Valls, puis celle de Vincent Peillon, on pourrait placer cette campagne présidentielle sous le signe de la surprise. Une surprise d’autant plus grande du côté de la droite, car, malgré la mécanique bien huilée des primaires censées filtrer les candidatures, une nouvelle candidate a pointé le bout de son nez, sans passer par cette case de pré-sélection : Michèle Alliot-Marie

« Que la France soit grande à l’image de son destin et de sa vocation »... : il n’y a pas que l’air guerrier de la musique qui peut surprendre dans cette seule vidéo de campagne de Michèle Alliot-Marie, il y a aussi l’esprit. « L’esprit de conquête » comme l’indique, quant à lui, le slogan, tout aussi guerrier, de la candidate…

Mais après tout pourquoi être surpris ? Quoi de mieux que la conquête pour caractériser celle du pouvoir lors d’une présidentielle, qui passe tout autant par l’effort, la séduction, la persuasion ? Quoi de mieux qu’un tel esprit pour signifier tout à la fois son engagement dans une telle bataille que la promesse d’une victoire et d’un avenir meilleur ?

Déjà, en 1814, le philosophe libéral Benjamin Constant proposait une réflexion sur l'esprit de conquête : conquête des autres pays pour établir sa puissance ou conquête du pouvoir à la tête de son propre pays. Mais, déjà en 1814, Constant avait remarqué, je cite, le « grossier et funeste anachronisme » d’une telle démarche pour l'époque moderne : pourquoi conquérir quand on peut désormais commercer ? demandait-il ; pourquoi caresser l'espoir du triomphe par l'effort quand on peut procéder de manière plus douce, par le calcul ? Et demandait-il encore, et on pourrait le demander à Michèle Alliot-Marie : pourquoi donc promettre la gloire et la lune quand il suffirait de promettre le plaisir ?

« Avenir », « monde », «spatial, aéronautique, énergie », le lexique de Michèle Alliot-Marie est celui de la conquête, encore une fois. Sans compter sur cette « forte impulsion de l'Etat » qui, là, encore, s'assortit mal, comme l'aurait dit Benjamin Constant, avec nos libertés individuelles et modernes.

L'anachronisme de valeurs conquérantes, guerrières et triomphantes, tel serait donc la cause de la surprise provoquée par un tel slogan... mais est-ce seulement cela ? Car la conquête, ce n'est pas seulement celle de la guerre, c'est aussi celle de l'amour, celle de nos droits individuels... pourquoi refuser alors ce qui désigne le fait de s'engager fermement, passionnément ? Et si Michèle Alliot-Marie défendait en fait une valeur perdue mais essentielle à la politique ?

« Aller au plus près des français », ou comment allier grandeur et proximité selon Michèle Alliot-Marie. Le problème reste pourtant que la conquête, chez Benjamin Constant, ne va pas sans l'usurpation : on ne conquiert pas quelque chose sans en renverser une autre. Et pire sont ceux qui s'approprient le pouvoir tout en revêtant les formes de la liberté. Comment alors concevoir le pouvoir autrement que comme ce qui se gagne, ce qui se conquiert ou encore se possède, mais comme se partage également entre tous ?

Mon conseil à Michèle Alliot-Marie serait de lire, pourquoi pas, le grand texte de Benjamin Constant, celui de 1819, sur « la liberté des Anciens comparée à celle des Modernes » : on y trouve de quoi allier non pas grandeur et proximité, mais politique et individualités.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......