LE DIRECT
Statue de Sun Tzu à Yurihama, Tottori, Japon

Sun Tzu et l’art de s’opposer

5 min

Aujourd’hui, un conseil ambitieux, puisqu’il s’adresse aux femmes et hommes politiques qui ne sont pas d’accord avec le nouveau Président de la République, à ceux, donc, qui souhaitent incarner l’opposition. Mais à qui ou à quoi s’opposer quand le pouvoir ne s'est pas lui-même encore positionné

Statue de Sun Tzu à Yurihama, Tottori, Japon
Statue de Sun Tzu à Yurihama, Tottori, Japon

Qui dit pouvoir, dit contre-pouvoir, et qui dit élections, dit donc opposition… Avant même qu’Emmanuel Macron ne parle de l’esprit de conquête le soir du 7 mai, d’autres ripostaient déjà et engageaient les hostilités…

Il est bien normal que Marine Le Pen, l’adversaire principale d’Emmanuel Macron, soit toute désignée pour incarner l’opposition au désormais nouveau Président. Et il est bien normal qu’elle pointe la difficulté pour les partis traditionnels de s’y opposer dès lors qu’ils l’ont soutenu le temps du second tour.

Elle soulève ainsi le problème classique de l’opposition : pour s’opposer, encore faut-il savoir où se situer. Car, sur un champ de bataille ou sur un champ politique, tout est bien d'abord une question de position dès que l’on évoque l’opposition. Et Sun Tzu, dans son Art de la guerre, fait ainsi de la « mesure de l'espace » le 1er des cinq éléments de la guerre, et plus généralement, ce qui assure, je cite, « la connaissance de ce qui demeure et ce qui ne fait que passer ».

Mais, entre le « ni de droite ni de gauche » ou le « en même temps », très fédérateur, d'Emmanuel Macron, et la crise des partis, dont celle du Front National, comment encore mesurer l'espace politique ? Quand tout est « en marche » et que tout ne semble que passer et se décomposer, et même son propre parti, comment donc demeurer et se positionner pour s'opposer ?

Peu importe les mouvements des uns et des autres, la décomposition de l'espace politique, l'ennemi est tout désigné pour Jean-Luc Mélenchon, c'est tout simplement Emmanuel Macron. Et face à lui, l'opposition solide et unie, l'opposition qui ne connaît pas crise, c'est la France insoumise. Au point que le problème de l'opposition soit ici complètement renversé : non plus comment se positionner pour s'opposer, mais comment d'abord s'opposer pour se positionner. De l'insoumission comme positionnement politique à l'opposition comme position stratégique, il n'y a donc qu'un pas.

Mais l'opposition suffit-elle vraiment à se positionner ? La question est double : car pour Sun Tzu, mesurer l'espace, ce n'est pas seulement connaître “ce qui demeure et ce qui ne fait que passer”, c'est aussi avoir une vue large, “du loin comme du près, du large comme de l'étroit”. Or, à avoir cette seule stratégie d'opposition, n'est-ce pas se rendre tout proche, accessible et lisible, se réduire seulement à ça, mais aussi perdre de vue les méandres du terrain ennemi, ses aspérités, ses secrets, ses feintes, ses mouvements actuels et les réduire à une seule face ?

Avec Benoît Hamon, ce problème de l'opposition quand tout est en décomposition se pose à merveille. C'est que son parti n'assiste pas seulement à la décomposition du paysage politique, il en fait partie et se divise lui-même entre ralliement ou opposition à la majorité. Et Benoît Hamon lui-même y participe, il est de fait au cœur de cette décomposition, au plus près de l'ennemi, à même de mesurer le nouvel espace politique qui se dessine.

Et s'il avait alors tout compris ? A Sun Tzu d'abord qui préconise la dispersion et la diversion de l’ennemi, mais aussi à la situation actuelle, en ne voulant pas faire de l'opposition seule sa position, comme Jean-Luc Mélenchon, mais aller encore plus loin dans cette division tout en douceur de l'espace politique ? Car si comme l'a aussi compris Emmanuel Macron, diviser permet vraiment de mieux régner, pourquoi donc ne pas continuer à diviser tranquillement et même à se diversifier jusqu’à peut-être régner ?

CONSEIL

Reste le problème qu'à force de se diviser, il ne reste plus que soi. Je conseillerai alors à Benoît Hamon de lire les pages de Sun Tzu sur le commandement, de quoi rallier ses troupes, de quoi aussi les discipliner pour Marine Le Pen, ou de quoi, pour Jean-Luc Mélenchon, élargir la perspective tout en évitant la dispersion.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......