LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La tour de la Babote à Montpellier

L'élection des consuls à Montpellier au XIIIème siècle

5 min

Une nouvelle histoire de vote, à l'usage des candidats. Ce matin avec l'historien Pierre Chastang

La tour de la Babote à Montpellier
La tour de la Babote à Montpellier Crédits : Sebjarod

Je ne vais pas aujourd’hui vous raconter une élection, comme l’on fait certains de mes prédécesseurs à ce micro, mais vous présenter la complexe procédure électorale qui s’est mise en place à Montpellier au cours du 13e siècle pour désigner les consuls majeurs de la ville, en charge du gouvernement de la communauté.

En 1204, la reconnaissance des coutumes de Montpellier par le roi Pierre d’Aragon et son épouse Marie, héritière de la seigneurie, conduit rapidement à l’instauration d’un consulat doté du pouvoir de gouverner la ville. Se pose alors la question de savoir : comment désigner les consuls, élus par la communauté urbaine, et comment permettre, grâce à une procédure électorale, à un corps urbain, sociologiquement très divers, d’être représenté.

Les montpelliérains rencontraient alors deux problèmes politiques anciens, celui de la représentativité et celui de la délégation de pouvoir, problèmes qui traversent l’histoire de l’Occident de la Grèce antique aux débats actuels sur la démocratie participative (Lawrence Lessig).

Les communes au Moyen Âge ont été le lieu d’une expérimentation électorale dont les archives de Montpellier gardent, à partir des années 1240-1250, la trace documentaire. Le système politique urbain reposait, comme dans d’autres villes du Midi, sur une organisation en échelles qui regroupaient les différents métiers de la ville en 7 ensembles (correspondant aux 7 jours de la semaine). On comptait donc une échelle du lundi, une échelle du mardi, une échelle du mercredi, etc., en charge à chaque échelle d’assurer ce jour-là la garde de la cité.

C’est sur cette organisation communautaire que reposaient les élections au consulat majeur qui combinent vote et tirage au sort, participation de tous les métiers et privilèges accordés à quelques-uns – dénommés métiers majeurs –, choix des individus et équilibre des groupes.

Lors de la première phase qui débute le 1er mars de chaque nouvelle année, les consuls majeurs sont répartis selon leur échelle d’origine. Chacun des 7 groupes se réunit dans un lieu séparé et procède au choix, pour chaque échelle, de 5 personnes supplémentaires. S’ensuit un tirage au sort pour ne garder qu’une personne par échelle sur les 5 choisis.

Commence alors la deuxième phase. Les 12 consuls sortants et les 5 grands électeurs tirés au sort, accompagnés du seigneur de la ville ou de son représentant, choisissent cinq candidats pour chacun des douze sièges consulaires à pourvoir, soit 60 éligibles. Mais, à partir de 1252, peut-être avant, leur choix est contraint par un texte normatif qui définit ce que l’on appelle en occitan les « rutlons », c’est-à-dire les règles qui s’appliquent au choix des éligibles au poste de consul. . Ainsi, les changeurs de la ville sont certains d’avoir un consul parmi les 12, alors que les bouchers ont 80% de chance d’en avoir un et les forgerons simplement 20%. Les sièges à pourvoir sont donc pré-répartis entre les métiers majeurs, selon un modèle probabiliste qui varie sur une période de 5 années. La désignation finale se fait par tirage au sort entre les 60 qui, pour chaque chaperon consulaire, plongent la main dans un sac contenant cinq boules de cire dont une seule contient la carta qui désigne l’élu.

Au terme de cette procédure complexe, qui allie équilibre des groupes et choix des individus, élection et tirage au sort, les nouveaux consuls entrent en fonction le 25 mars pour une année de mandat.

Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......