LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Basilique Saint François d'Assise

Les élections agitées chez les Franciscains au XIIIe siècle

5 min

En 1209, François d’Assise se rendit à Rome avec un groupe de compagnons pour faire reconnaître sa forme de vie par le pape Innocent III. En 1220, le fondateur se retira du gouvernement et désigna un premier puis un second remplaçant : frère Élie.

Basilique Saint François d'Assise
Basilique Saint François d'Assise

Lorsque François mourut en 1226, Élie convoqua un chapitre général qui en 1227, au lieu de le confirmer dans ses fonctions, désigna Jean Parenti comme ministre général. En 1230, Élie contrattaque. Le chroniqueur Thomas d’Eccleston relate la scène :

Au chapitre lors duquel eut lieu la translation de saint François, ceux auxquels frère Élie avait concédé de venir au chapitre – il permit en effet de venir là à tous ceux qui le souhaitaient – voulurent le faire général contre les ministres provinciaux. Ayant pris Élie dans sa cellule, ils le portèrent de leurs mains à la porte du chapitre et, après avoir enfoncé la porte, ils voulurent l’installer à la place du ministre général. Voyant cela, le général, frère Jean Parenti, se dénuda devant tout le chapitre ; et pris alors de honte, ils cessèrent leur grand tumulte.

L’initiative d’Élie – convoquer tous les frères et les laisser participer à l’élection du ministre général – était contraire à la Règle de l’Ordre confirmée par la papauté en 1223, qui prévoyait :

Que tous les frères soient tenus d’avoir toujours un des frères comme ministre général et serviteur de toute la fraternité, et qu’ils soient tenus de lui obéir. À son décès, que l’élection de son successeur soit faite par les ministres provinciaux et les custodes, au chapitre de la Pentecôte, auquel les ministres provinciaux sont tenus de se réunir, en quelque lieu qu’aura fixé le ministre général ; et cela tous les trois ans ou à un autre terme, plus grand ou plus petit, comme il en aura été ordonné par le ministre. Et si à un moment il apparaissait à l’ensemble des ministres provinciaux et des custodes que le ministre n’est pas apte au service et à l’utilité commune des frères, que les frères auxquels a été confiée l’élection soient tenus au nom du Seigneur de s’en élire un autre pour ministre.

À contretemps, la stratégie d’Élie renoua en 1230 avec la pratique du vivant de François : le chapitre comme assemblée plénière de tous les frères, se contentant d’entériner les admonitions d’un fondateur charismatique.

Que conclure de cette affaire ? D’abord, rappeler qu’au Moyen Âge, d’ordinaire considéré comme un trou noir de la démocratie, l’élection se pratiquait dans les milieux les plus divers : l’Église, des communautés religieuses au sommet de l’appareil avec l’élection du pape par les cardinaux, mais aussi les communes urbaines ou paysannes, les assemblées nordiques, sans oublier l’élection pour désigner l’empereur germanique dont la charge n’était pas héréditaire. La Règle franciscaine de 1223 prévoit un mandat à durée déterminée avec possibilité de destitution : elle n’a rien à envier à la démocratie moderne. Ensuite, rappeler qu’une forme politique n’a de sens qu’en relation à son assise sociologique. L’épisode de 1230 oppose deux systèmes : une élection à large base, peu soucieuse des formes, propice aux coups de force, et une élection huilée, réservée à une élite. Il est facile de s’entendre entre gens de même milieu, de même culture, mais le vrai défi démocratique est celui du suffrage universel. Enfin reste le geste de Jean Parenti : se mettre à nu devant l’assemblée. On en entrevoit les connotations symboliques, anthropologiques. Le geste n’en est pas moins proprement sidérant. Il s’avère décisif.

Intervenants
  • Historien du Moyen Âge, directeur de recherche au CNRS, membre de l’Institut de France (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres)
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......