LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Aya Cissoko & Philippe Aronson

Aya Cissoko & Philippe Aronson - Boxeur révolutionnaire et écrivaine gantée

49 min
À retrouver dans l'émission

Au programme "Boxeur révolutionnaire et écrivaine gantée" avec Philippe Aronson qui retrace dans "un trou dans le ciel" le parcours du boxeur Jack Johnson aux Etats-Unis au début du XXe siècle et Aya Cissoko, ancienne boxeuse et écrivaine qui signe "N'ba" chez Calmann Levy.

Aya Cissoko & Philippe Aronson
Aya Cissoko & Philippe Aronson Crédits : Martin Quenehen - Radio France

ACTUALITES 

>>> P R E M I E R  R O M A N : "Un trou dans le ciel" de Philippe Aronson aux éditions Inculte

Présentation de l'éditeur : 9 juin 1946, aux environs de Raleigh, en Caroline du Nord. Un Noir de soixante-huit ans, bien entretenu et vêtu d'un impeccable costume en lin blanc, roule à bord de sa Lincoln-Zephyr prune. Cet homme, c'est Jack Johnson, premier champion du monde noir des poids lourds, autoproclamé « empereur de la masculinité » et « Napoléon des nègres ». Ce soir, il va projeter pour un public exclusivement noir le film de son fameux combat contre le redoutable Jim Jeffries, qui a eu lieu près de quarante ans plus tôt...

Dans ce premier roman nerveux, Philippe Aronson retrace la destinée hors norme de Jack Johnson, un boxeur passionné de musique classique qui a révolutionné le noble art et la perception du peuple noir aux États-Unis au début du XXe siècle.

Un trou dans le ciel - Philippe Aronson
Un trou dans le ciel - Philippe Aronson Crédits : Inculte

>>> R E C I T : "N'ba" d' Aya Cissoko - Ed. Calmann Lévy

Présentation de l'éditeur : « Je n’aime pas la saleté ! » Tout doit être propre et en ordre, à commencer par les enfants. L’hygiène a occupé une place prépondérante dans son éducation et dans la nôtre. Ma mère regrette le temps où elle nous lavait elle-même. Rien de mieux que le gant de crin et un bloc de savon de Marseille pour obtenir un résultat irréprochable. « Je vais frotter jusqu’à ça brille. » Elle arrive à se convaincre que la peau fonce depuis que ce n’est plus elle qui s’en occupe : « Tu es en train de noircir. »

N’ba, « ma mère » en bambara, est l’émouvant hommage d’Aya Cissoko à sa mère, née dans un petit village malien, qui débarque en France au milieu des années 70, vêtue d’un simple boubou en wax et chaussée de tongs en plastique.

N'ba Aya Cissoko
N'ba Aya Cissoko Crédits : Calmann Levy

DISQUE DU JOUR :

Chroniques
19H30
7 min
Le Journal de la culture
Le Journal de la culture : Jeudi 9 juin 2016
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Chronique
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......