LE DIRECT
Arthur Nauzyciel

Krystian Lupa & Arthur Nauzyciel + Live : Marion Rampal - Théâtre tranchant

55 min
À retrouver dans l'émission

A la table ce soir, deux metteurs en scène : Krystian Lupa pour ses trois spectacles programmés à Paris dans le cadre du Festival d'Automne et Arthur Nauzyciel pour ses larmes amères de Petra Von Kant de R.W. Fassbinder au CDN Orléans/Loiret/Centre. Marion Rampal interprétera 1 titre en LIVE.

Arthur Nauzyciel
Arthur Nauzyciel Crédits : Martin Quenehen - Radio France
  • T H E A T R E : "Des arbres à abattre" de Thomas Bernhard - Mise en scène Krystian Lupa - du 30 novembre au 11 décembre au Théâtre de l'Odéon dans le cadre du Festival d'Automne à Paris

Ce spectacle, qui triompha au Festival d’Avignon 2015, marque le grand retour de Krystian Lupa à l’Odéon. Poursuivant son dialogue de toute une vie avec Thomas Bernhard, le maître polonais aborde à nouveau un sujet qui lui tient à cœur : la dimension spirituelle qui anime la quête solitaire des véritables artistes. Car au-delà de l’autofiction satirique, Des arbres à abattre est aussi un roman de formation relatant les premiers pas d’un créateur en devenir, une méditation cruelle sur les puissances d’artifice et de mensonge qui falsifient l’existence.

  • T H E A T R E : "Place des héros" de Thomas Bernhard - Mise en scène Krystian Lupa - du 9 au 15 décembre au Théâtre de la Colline à Paris dans le cadre du Festival d'Automne.

Krystian Lupa a créé Place des héros au Théâtre National de Lituanie à Vilnius en 2015, un 27 mars, jour dédié au théâtre. Du théâtre, il est souvent question dans cette ultime pièce de Thomas Bernhard, et de l’Autriche, de l’abjection que l’auteur porte à son pays, à ses yeux un ramassis de nazis et d’antisémites. Il y pose sans détour la question de la responsabilité de l’Autriche dans l’Anschluss, brocarde le Burgtheater alors que Claus Peymann lui avait commandé cette pièce pour fêter l’anniversaire de ce théâtre dont il était alors directeur.

La vindicte, l’acerbe critique sont portées par un cercle de proches et amis du Professeur Schuster qui s’est suicidé en se jetant par la fenêtre donnant sur la Place des héros à Vienne. Place où Hitler a laissé le souvenir de clameurs qui hantent la veuve du défunt que l’on attend. Rien ne se passe, le temps semble pétrifié. On se prépare pour l’enterrement puis on dîne après. Chacun se souvient du « professeur », de ses lubies, de ses détestations, de son sale caractère. Sa servante flanquée d’une femme de chambre puis ses deux sœurs, son frère, ses collègues. La veuve enfin, à la toute fin.

Krystian Lupa excelle à mettre en scène les rapports entre ces êtres qui souvent se haïssent, se jalousent les uns les autres. Sa scénographie est dominée par une grande et haute fenêtre donnant sur la place. Merveilleusement servi et compris par les acteurs lituaniens, Lupa se régale de ce qui l’obsède : l’introspection microscopique de la nature humaine en requérant la personnalité des acteurs.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

  • T H E A T R E : "Déjeuner chez Wittgenstein" de Thomas Bernhard - Mise en scène Krystian Lupa du 13 au 18 décembre au théâtre des Abesses à Paris dans le cadre du Festival d'Automne.

En mettant en scène Ritter, Dene, Voss en 1996, Krystian Lupa rencontrait pour la première fois le théâtre de Thomas Bernhard, quatre ans après son adaptation du récit Kalkwerk (La Plâtrière). Réputé pour ses adaptations très personnelles de romans, Lupa est ici d’une fidélité extrême au texte de Thomas Bernhard, didascalies comprises.

En traduction française, la pièce a été publiée sous le titre Déjeuner chez Wittgenstein. Bernhard était ami avec Paul, le neveu de Ludwig Wittgenstein, le philosophe et logicien auquel son œuvre fait souvent référence. Les trois noms du titre de la pièce sont ceux de trois acteurs – Ilse Ritter, Kusten Dene et Gert Voss – appréciés de Thomas Bernhard. Ce sont aussi les noms des trois personnages de cette pièce en trois mouvements : avant, pendant et après le déjeuner.

Leurs parents ont laissé à Ritter, Dene et Voss une maison bourgeoise où habitent les deux sœurs, actrices occasionnelles. Tout se passe dans un salon-salle à manger avec vieux meubles, et portraits de famille – père, mère, oncles. L’une des sœurs a extirpé son frère Voss, philosophe épris de logique, de la maison de santé où il est interné. On l’attend pour le déjeuner.

Un intense et étouffant huis-clos entre trois êtres pétrifiés, englués de ressentiments, qui se déchirent sous nos yeux. Tout l’art de Lupa se concentre ici, outre l’espace, dans la direction des trois acteurs – Małgorzata Hajewska-Krzysztofik, Agnieszka Mandat et Piotr Skiba –, la tension de leur jeu, le battement du temps immobile.

« Je crois que l’être humain est ainsi fait, il a besoin de l’autre mais… il n’a pas appris à être deux. » — LES LARMES AMÈRES DE PETRA VON KANT

Petra von Kant est une créatrice de mode reconnue et une femme chez qui la maturité n’est pas gage de sérénité. Lorsqu’elle accueille chez elle une jeune fille, Karin, elle lui ouvre non seulement les portes de la réussite sociale mais aussi celles de son cœur, nouant ses propres excès aux exigences de son amante.

Mettant en scène cette pièce de l’auteur et cinéaste allemand Rainer Werner Fassbinder, Arthur Nauzyciel esquive les clichés qui lui collent trop souvent à la peau pour leur préférer un dévoilement à pas lent des strates souterraines qui palpitent sous l’anecdote. En fond de scène, une image géante change de couleur à chaque acte. Rouge, orange, verte, rose, jaune, cette toile de fond sursaturée est à l’image des monochromes warholiens : pop, énigmatique et sidérante. Elle impose aux regards du public le visage de l’actrice qui interprète Petra, Helena Peršuh. Visage fascinant, irréel, dans lequel on se perd et s’absorbe comme Petra, qui s’enfonce dans le cauchemar, se dissout dans le fantasme, se précipite dans la passion pour y trouver, peut-être, une nouvelle source d’inspiration...

Les larmes amères de Petra Van Kant
Les larmes amères de Petra Van Kant Crédits : Ricardo Hernandez

D I S Q U E D U J O U R : Marion Rampal Album : Main Blue Titre : The Perfect Husband

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......