LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Maripol & Laetitia Guedon

Laétitia Guédon & Maripol // Sur les traces de Basquiat

55 min
À retrouver dans l'émission

A la table ce soir, Maripol, styliste et photographe pour l'exposition "Maripolarama", dans laquelle elle dévoile une série de Polaroïd pris à NY à la fin des années 70, jusqu'au 6 mai à la galerie Agnès b. à Paris et Laétitia Guédon, metteur en scène pour "Samo, A tribute to Basquiat", en tournée.

Maripol & Laetitia Guedon
Maripol & Laetitia Guedon Crédits : Martin Quenehen
  • S P E C T A C L E : "Samo - A tribute to Basquiat" de Laétitia Guédon du 4 au 14 avril à La Loge à Paris, le 21 avril au Théâtre Victor Hugo, Bagneux, le 27 avril au Quai des Arts, Argentan.

Qui est samo ? Basquiat, Al Diaz et Shannon Dawson créent avec “ SAMO ” (anagramme de “Same Old Shit”), les prémices du graffiti. Basquiat est le moteur principal de ce projet et traduit son observation sensible du monde par des messages lapidaires inscrits, tagués, sur les édifices de l’environnement urbain new-yorkais. Les courts messages qu’il inscrit à l’époque sont déjà, avant ses toiles, des actes poétiques et politiques. La suite : la rencontre avec Warhol, la vitalité désespérée qui le conduit à cette production boulimique de tableaux, le succès, les trop nombreuses drogues et son entrée dans le funeste Club 27. Ce qui m’intéresse ici c’est l’avant, la période d’errance, de marche, de recherche, la période de signalétique, où à New York on se dit : “ qui est SAMO ? ” Ce moment où le très jeune homme au regard timide lance un mouvement artistique sans le savoir.

Une enquête : Une enquête pour savoir comment la parole, les mots de Koffi Kwahulé mettront un coup de poignard dans le silence du mur immaculé prêt à être peint. Une enquête pour savoir comment les torsions du corps du danseur Willy Pierre-Joseph viendront étrangler la sidération face au texte codé, ou prendre acte physique du jeune Basquiat errant de longues heures pour trouver le bon spot, la bonne place, le bon message. Une enquête pour savoir comment l’univers beat box et musical de Blade MC Ali M’baye viendra lapider le ghetto blaster d’époque crachant les prémices du hip hop de rue. Une enquête pour savoir comment Yohann Pisiou, comédien aux traits étrangement semblables à ceux du peintre, sait que “SAMO is not dead”. Une enquête avec le public pour se dire : Que laissons-nous comme trace pour nous raconter et raconter ce monde ? Laëtitia Guédon

Samo // Laetitia Guedon
Samo // Laetitia Guedon Crédits : Tristan Jeanne-Valès
  • E X P O S I T I O N : "Maripolarama by Maripol" du 8 avril au 6 mai à la galerie agnes b. à Paris

Série de polaroïd pris à NY à la fin des années 70 et au début des années 80 par Maripol. Imprimés sur papier fine art, les Polaroïd viennent de l’atelier de l’artiste, ainsi que de la collection personnelle d’agnès b. Les œuvres représentent des figures emblématiques des débuts de la scène artistique de « Downtown » New York, ainsi que des autoportraits et autres images transformées à la main par Maripol : déformés, coloriés ou découpés. Plusieurs photos n’on encore jamais été exposées.

Souvent décrite comme la « gardienne de la culture club des années 80 », c’est armée de son fidèle Polaroïd SX 70 que Maripol a documenté avec insouciance et style, un des moments les plus vibrants de l’histoire artistique new yorkaise. En tant que styliste, photographe et cinéaste, elle a capturé des visages aujourd’hui devenus mythiques qui évoluaient alors au Studio 54, au Mudd club et à la Danceteria : Grace Jones, Deborah Harry, Jean-Michel Basquiat…

Maripolarama by Maripol
Maripolarama by Maripol Crédits : MAripol // Agnes b
Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......