LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Babx, Marie Remond & Sébastien Pouderoux

Marie Remond, Sébastien Pouderoux et Babx

55 min
À retrouver dans l'émission

A la table ce soir, Marie Remond et sébastien Pouderoux pour "Comme une pierre qui..." à la Comédie Française, une adaptation de l'essai de Greil Marcus "Like a Rolling Stone...". A leurs côtés BABX, à l'occasion de la sortie de son nouvel album "Ascensions".

Babx, Marie Remond & Sébastien Pouderoux
Babx, Marie Remond & Sébastien Pouderoux Crédits : Mathilde Serrell - Radio France

A LA TABLE

  • Marie Remond, comédienne et metteur en scène
  • Sebastien Pouderoux, comédien (sociétaire de la Comédie Française)
  • BABX, chanteur

ACTUALITES

  • Théâtre : "Comme une pierre qui..." adapté de Greil Marcus - Mis en scène par Marie Remond - Avec Sébastien Pouderoux - du 25 mai au 2 juillet à la Comédie Française

Transformer le Studio-Théâtre de la Comédie-Française en studio d’enregistrement et y faire sonner le « bordel joyeux du rock », tel est le pari relevé par Marie Rémond et le pensionnaire Sébastien Pouderoux.

En 1965, Bob Dylan écrit ce qui deviendra l’une des plus grandes chansons rock du XXe siècle, Like a Rolling Stone. Quarante ans plus tard, le critique Greil Marcus lui consacre un livre décryptant la folle aventure de cette composition : « Like a Rolling Stone était un chef-d’oeuvre d’habileté, d’inspiration, de volonté et de détermination ; mais malgré tous ces éléments, c’était aussi un accident ». À partir de cet ouvrage, Marie Rémond et Sébastien Pouderoux s’interrogent sur les ressorts de la création – le doute, l’aléatoire, le mystère, la poésie – et « rendent compte de l’écart entre ce qu’on projette sur la naissance d’un chef-d’œuvre et le chaos propre à sa création ». On découvre ainsi les acteurs de la Troupe en musiciens et chanteurs déjantés, couvés par un impresario de légende dont la carrière touche à sa fin.

En pleine crise identitaire américaine, Dylan semble transformer sa rage en interrogation existentielle, « capable de voir au cœur des choses, la vérité des choses. Non pas métaphoriquement, en fait, mais réellement voir, comme voir dans le métal et le faire fondre » écrit l’auteur. Réalise-t-il alors que ces six minutes trente-quatre de musique changeront définitivement la face du rock ?

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

  • ALBUM : "Ascensions" de Babx

«Après le 13 Novembre il a fallu tout arrêter. Puis tout recommencer. Vite. Chercher et retrouver la pulsation de Vie. Écrire. Gravir. Chanter. Pour résister au froid. Pour Résister, au fond. Ce disque n'est qu'une trace de vie - parmi tant d'autres - qui revient à elle-même, sonnée mais obstinée. Avec dedans les voix, les sons, l'évocation de mes amis, de mes amours, de mes héros, de musiciens, de gens, vivants ou disparus, mais Libres. Sonner. Sonner. Sonner. Jouer à la musique comme on joue à Zorro. Défier Dieu avec des pistolets à bouchon. Mais ne pas se laisser faire. Ne pas «Le» laisser faire. Reprendre là où l'on a commencé.» À la Vie. BabxChanteur virtuose, auteur démesuré à la langue d'orfèvre maniaque, compositeur orgiaque, Babx fantasque, élégant, déglingué mais toujours précis, doté d'une mémoire d'éléphant et d'une curiosité de visionnaire, BABX nous bluffait par son ambition poétique et musicale, sa puissance et sa fièvre contagieuse. Persuadés qu'on ne le reverrait pas de si tôt on attendait son retour comme on guette celui d'une comète, la chute d'un météore. BABX chante, parle, scande et sa voix s'étale, lape, lèche, s'enroule, se froisse, se casse, il crie même, et le frisson gagne. Un signe ça. Depuis combien de temps un chanteur qui crie ne nous avait pas ému, transpercé ? Depuis combien de temps cela n'avait pas provoqué autre chose en nous que l'envie de rire ? Depuis le précédent BABX, en fait. Sa musique est définitivement organique, parfois tendue, parfois languide, toujours sensuelle, abandonnée mais tenue, des fanfares déglinguées y arpentent des cabarets en ruine, les musiciens semblent échappés d'un orchestre ivre et rescapés des salons du Titanic. Monk rode en embuscade, cubiste obsessionnel et anguleux, Billie Holiday finit les verres de Brigitte Fontaine, on traverse la nuit avec Bashung : c'est partout le règne de l'élégance titubante et satinée, de l'ébriété classieuse, partout on danse, à deux doigts du désastre on danse, puisque tout est foutu on danse, sur le dos du dragon on danse, plus que ça à faire, en attendant que tout s'écroule pour de bon. Puisque le monde tangue, mieux vaut tanguer avec lui, au Japon sur la banquise, à Islamabad ou Little Odessa, au bras de Lady L, tenant sa folie en laisse, très beaux, très dignes, complètement saouls, baudelairiens. Olivier Adam

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......