LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Maysaloun Hamoud et Frédéric Nauczyciel

Maysaloun Hamoud & Frédéric Nauczyciel // Vivre et danser sans entraves

55 min
À retrouver dans l'émission

A la table ce soir, la réalisatrice palestinienne Maysaloun Hamoud à l'occasion de la sortie en salle de "Je danserai si je veux et Frédéric Nauczyciel, à l'occasion de son installation vidéo "The Fire Flies, Baltimore/Paris" jusqu'au 9 avril au 104 à Paris et "La peau vive" à Saint-Denis.

Maysaloun Hamoud et Frédéric Nauczyciel
Maysaloun Hamoud et Frédéric Nauczyciel Crédits : Martin Quenehen - Radio France
  • C I N E M A : "Je danserai si je veux" de Maysaloun Hamoud - en salle le 12 avril

Avec Mouna Hawa, Sana Jammelieh, Shaden Kanboura...

Synopsis : Layla, Salma et Nour, 3 jeunes femmes palestiniennes, partagent un appartement à Tel Aviv, loin du carcan de leurs villes d'origine et à l'abri des regards réprobateurs. Mais le chemin vers la liberté est jalonné d'épreuves…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

  • I N S T A L L A T I O N - V I D E O : "The Fire Flies, Baltimore/Paris" de Frédéric Nauczyciel jusqu'au 9 avril au 104 à Paris

Œuvrant dans le champ des arts visuels (photo, vidéo et performance), Frédéric Nauczyciel porte une attention soutenue à la danse et aux expressions urbaines. En témoignent avec éclat les projets qu’il développe depuis plusieurs années avec des vogueurs de Baltimore et Paris. Plus qu’une danse, le voguing est un acte performatif, une affirmation de soi. À la fois extrêmement codifiée et libératrice, cette culture s’est construite dans les années 1960 dans la communauté transgenre afro-américaine et latino du quartier de Harlem, à New York. En s’appropriant les poses et attitudes de l’univers de la mode (en particulier les couvertures du magazine Vogue), elle dénonce une situation inégalitaire avec une forte résonance politique. Pour cette même raison, le voguing connaît aujourd’hui une forte popularité en Europe, où la scène parisienne est la plus active. Conçue comme un work-in-progress multimédia, l’installation The Fire Flies, Baltimore/Paris documente à la fois la pratique performative et la réalité des vogueurs des deux villes, glissant progressivement vers des collaborations dans lesquelles l’artiste les invite à s’emparer de la sophistication de la musique baroque. Aménagé dans la nef où s’entraînent régulièrement les vogueurs parisiens, l’espace de l’installation leur rend ici hommage.

  • I N S T A L L A T I O N : "La peau vive" de Frédéric Nauczyciel - du 23 mars au 29 mai au Musée d'Art et d'Histoire de Saint Denis

“Que reste-t-il lorsque l’on n’a plus rien à offrir que soi-même, le corps dans la ville et ce que cette ville a fait de ce corps ? La peau est ce qui nous sépare et nous protège de la ville, tout autant qu’elle nous abandonne à elle. Sa plasticité – sa fermeté et sa souplesse – m’évoque une autre manière d’être à la ville. Un état toujours changeant, fluide, jamais figé - ‘‘Hard Skin’’, disent mes amis de Baltimore : la peau dure.”

En réponse à l’invitation de Chapelle Vidéo, programme d’art vidéo du département de Seine Saint-Denis, Frédéric Nauczyciel investit la chapelle du musée d’Art et d’Histoire de Saint-Denis, et présente La Peau vive, une installation qui invite des performers et le public à s’emparer de l’espace muséal.

Disséminés dans la chapelle, huit et un écrans -le neuvième, central, de 6 m de large, sur lequel l’oeil se raccroche- donnent corps aux corps, aux peaux vives, aux tatouages... L’installation évoque une sorte de musée intime, l’histoire d’un corps qui affleure à même la peau comme on affleure à la surface de la ville.

En amenant les Vogueurs à filmer eux-mêmes leurs tatouages, face caméra, Nauczyciel, tel un répétiteur, les invite à sampler une partie de leur histoire. Dans leur manière de bouger, dans le choix qu’ils opèrent, ils racontent leur manière d’être, leur masculinité ou leur féminité, leur manière d’apparaître, leur fluidité urbaine, leur façon de réinventer la géographie de la ville, de faire de la périphérie le centre, de rendre savante une manière d’être populaire.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......