LE DIRECT
Alain Bublex & Stéphane Thidet

Stéphane Thidet et Alain Bublex : Habiter le vivant

55 min
À retrouver dans l'émission

"Laisser le futur libre, c'est l'alimenter sans qu'il n’atterrisse jamais." Alain Bublex

Alain Bublex & Stéphane Thidet
Alain Bublex & Stéphane Thidet Crédits : Martin Quenehen - Radio France

A la table ce soir, deux artistes : Stéphane Thidet, qui expose ses oeuvres in situ dans "Désert" jusqu'au 29 août à l'Abbaye de Maubuisson et Alain Bublex invité de la biennale d'architecture de Lyon le 23 juin à la Sucrière.

A LA TABLE :

  • Stéphane Thidet, plasticien

  • Alain Bublex, artiste

ACTUALITES :

  • TABLE RONDE : "De la recherche à l'application" avec Alain Bublex, Philippe Chiambaretta, Gilles Coudert, Julien Eymeri, le 23 juin de 14h à 17h30 à la Sucrière dans le cadre de la "Biennale d'architecture de Lyon".

Depuis plus de cinq siècles, la métropole de Lyon est un laboratoire « grandeur nature » des expériences urbaines et sociales marquées par un terreau industriel et la production d’utopies architecturales de rayonnement international.

Les grands projets de Lyon Confluence, Lyon Part-Dieu, Carré de Soie, La Duchère amplifient l’excellence métropolitaine dont le processus de fabrication associe toujours modèle social et économique, progrès technique et pensée politique. La Biennale d’Architecture Lyon s’inscrit au cœur de cette tradition entrepreneuriale des communautés d’acteurs partageant leurs savoir-faire.

Les processus de fabrication de l’architecture, de la ville et du paysage évoluent pour faire face aux mutations économiques, sociétales et environnementales. Le pouvoir d’agir se traduit par des alternatives civiques et la mobilisation croissante des citoyens. La Biennale d’Architecture Lyon entend mettre en pratique ces transformations avec l’ambition d’en faire un objet de débat.

La Biennale d’Architecture Lyon a lieu du 8 juin au 9 juillet 2017 à La Sucrière, lieu emblématique de la confluence lyonnaise. Durant un mois, praticiens, opérateurs, chercheurs, enseignants, étudiants, industriels,… sont invités à réfléchir, travailler, produire, débattre ensemble, au sein d’un vaste atelier ouvert à tous les publics.

Sélectionnées par un comité scientifique et artistique, près de 30 équipes s’installeront dans la Sucrière et « hors les murs » et proposeront au grand public de nombreux formats d’échanges : conférences, tables rondes, studio radio, sommet international, ateliers, explorations urbaines,…

Biennale d'architecture de Lyon
Biennale d'architecture de Lyon Crédits : Biennale d'architecture de Lyon
  • EXPOSITION : "Désert" jusqu'au 27 août à l'Abbaye de Maubuisson.

Tout corps céleste, par sa masse, émet des sons inaudibles dans l’espace, le vide empêchant la transmission des ondes acoustiques. Pourtant, le soleil chante sur deux fréquences, aigüe et basse, dans le parloir obscur où resplendissent deux disques de bronze doré. Façonnés à la main selon une technique de fabrication chinoise, les gongs D'un soleil à l'autre résonnent au rythme des variations de l’activité solaire, captées par une antenne radio-télescopique puis converties par des « audio-transducteurs » qui les martèlent ensuite comme des mailloches.

Au sortir de cette expérience sensorielle, l’apparente modestie des Insomnies présentées dans la salle du chapitre déconcerte : des gattiliers poussent dans les matelas de lin qui équipent six lits métalliques, de dortoir ou d’hôpital. Cet arbrisseau dit aussi « Agneau chaste » était cultivé dans les potagers monastiques pour ses vertus anaphrodisiaques : ses graines au goût poivré aromatisaient les soupes servies au réfectoire et parfumaient la paille des literies. L’idée, ici, est d’observer le cycle des saisons – chute des feuilles à l’automne, récolte des baies en hiver, éclosion des bourgeons printaniers, floraison estivale de grappes violettes…

Asséché la plupart du temps, Racetrack Playa est un lac de Californie à la surface duquel « les pierres bougent », sans doute à la faveur des épisodes de gel et de dégel ou de grand vent. Ce phénomène inspire, avec l'installation Un peu plus loin, la transfiguration de la salle des religieuses en un désert d’argile noire de Picardie, mêlée de sable et d’huile de lin. Sept grosses pierres ferrugineuses, tirées des carrières du Perche, inscrivent leur trace sur son étendue craquelée en s’orientant vers le pôle magnétique.

Exigeante et rigoureuse par les protocoles qui la guident, l’œuvre mystérieuse et vibrante de Stéphane Thidet magnifie les architectures qui l’abritent : elle fait du son matière, de l’arbre une sculpture vivante et, de l’art de la sculpture, une pure énergie affrontée au matériau brut.

Les visiteurs qui s’aventurent au Désert sur les pas de cet artiste audacieux renouent avec la vocation initiale de l’abbaye de Maubuisson, en parcourant un espace mental de méditation silencieuse.

Stéphane Thidet, D'un soleil à l'autre, 2016
Stéphane Thidet, D'un soleil à l'autre, 2016 Crédits : abbaye de Maubuisson.
Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......