LE DIRECT

Au Liban, la guerre en "héritage" culturel

5 min

> retrouvez ICI le programme intégral de notre "Week-end au Liban"
Beyrouth tente de tourner la page de la guerre civile (1975-1989) avec un programme de construction de grande ampleur. Certains endroits du centre-ville sont envahis par les grues. Mais de nombreux bâtiments, abandonnés ou non, portent encore les traces de la guerre.

Les impacts de balles rappellent que la fin des combats est récente, c'était à la toute fin des années 90.

Mais la guerre a aussi laissé des traces, plus profondes, dans les esprits des habitants, dont beaucoup ne veulent paradoxalement plus trop entendre parler de cette période.

Le sujet est en fait remis au centre par les artistes, dont la création est franchement marquée par la guerre civile.

La guerre en filigrane, partout

Pixel Liban - Lamia Abi Azar, de la compagnie de théatre "Zoukak"
Pixel Liban - Lamia Abi Azar, de la compagnie de théatre "Zoukak" Crédits : Abdelhak El Idrissi - Radio France

Ils sont nés dans les années 70. Enfants, la guerre était pour eux l'état naturel des choses.

Une génération pour qui la paix a été longtemps, et encore aujourd'hui, un concept lointain.

Lamia Abi Azar a crée en 2005 une compagnie de théâtre, Zoukak.

La comédienne reconnaît qu'il est difficile de s'affranchir de la thématique de la guerre :

Écouter
2 min
Pixel Liban - Lamia Abi Azar, de la compagnie de théatre "Zoukak"

Il n'existe pas d'échappatoire

Pixel Liban - le combattant
Pixel Liban - le combattant

Ayman Baalbaki est né en 1975 à Odeissé, dans le sud du Liban, à la frontière avec Israël.

C'est également l'année où éclate la guerre civile. Dès lors, avec sa famille, il connaitra l'exode.

Dans son travail, la guerre se manifeste par le visage d'un combattant. Il l'a dessiné des dizaines de fois, comme une obsession.

Écouter
7 min
Pixel Liban - Ayman Baalbaki

Notre mémoire est bourrée de saleté

Pixel Liban - Pierre Aractingi
Pixel Liban - Pierre Aractingi Crédits : Abdelhak El Idrissi - Radio France

Les artistes libanais, comme la population, sont imprégnés par l'histoire récente du pays.

Fataliste, Philippe Aractingi déplore cet état de fait . Le réalisateur a tourné en 2004 "Bosta" ("autobus"), une comédie musicale, très éloignée du sujet de la guerre. qui rompait avec la guerre, bien que le sujet était en toile de fond.

Pour lui, il serait difficile aujourd'hui de refaire un film aussi éloigné de l'actualité : "il y a encore un travail à faire sur ce qui s'est produit, avant que l'on puisse raconter des choses totalement indépendantes de notre passé."

Écouter
8 min
Pixel Liban - Pierre Aractingi

Artistes de l'archélogie
Les artistes libanais qui traitent du sujet, le font tout autant pour eux, comme le reconnaît Philippe Arcantingi, que pour impulser un débat dans la société.

Les artistes disent ressentir comme un manque vis-à-vis de l'histoire de la guerre civile.

Liban - Pierre Abi Saab
Liban - Pierre Abi Saab Crédits : Abdelhak El Idrissi - Radio France

C'est un sujet qui a longtemps été passé sous silence par les autorités, et pour lequel aucun travail de mémoire n'a été fait.

Les artistes, avec leur travail se substituent donc aux pouvoirs publics pour lancer.

Pierre Abi-Saab est rédacteur en chef adjoint du journal Al Akhbar : "les artistes essaient de faire ce que les politiques n'ont pas pu faire"

Écouter
4 min
Pixel Liban - Pierre Abi-Saab
Pixel Liban - "Beirut Destroy"
Pixel Liban - "Beirut Destroy"
Pixel Liban - Chérine Yazbeck
Pixel Liban - Chérine Yazbeck Crédits : Abdelhak El Idrissi - Radio France

Pour d'autres artistes, parler du sujet ne permet pas seulement de tourner la page de la guerre civile, mais aussi de sensibiliser la population sur le danger d'une répétition du conflit.

Un danger qui s'est rappelé violemment ces dernières années aux souvenirs de la photographe Chérine Yazbeck, qui a ressorti pour l'occasion une partie des 2000 photos de Beyrouth en ruine, juste à la sortie de la guerre.

Sous les cendres, le feu

Pixel Liban - Parallel universe
Pixel Liban - Parallel universe

Randa Mirza est photographe indépendante . Elle est née trois ans après le début de la guerre civile. Pour elle, le conflit, en tant qu'enfant, a toujours été la "normalité" .

Elle a réalisé une série de montage, superposant des photos de touristes sur des images d'agence prises pendant la guerre.

Écouter
5 min
Pixel Liban - Randa Mirza

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......