LE DIRECT

Crowdfunding : foule sentimentale ?

4 min

C’est l’histoire d’une web série culte : Noob, que son créateur Fabien Fournier a eu l’idée de financer par Internet, avec un résultat au-delà de ses espérances… 688 000 euros récoltés, alors qu’il visait 35 000 pour continuer à la faire vivre. Le succès de la collecte permettra finalement de réaliser trois long-métrages, qui – rendons à César – trouveront leur place sur la toile. Un exemple parmi d'autres de l'essor du crowdfunding (en français : financement participatif). Enquête de Florence Sturm, avec la collaboration de Frédéric Says.

Affiche Kiss kiss bank bank 1
Affiche Kiss kiss bank bank 1 Crédits : Radio France

Le secteur compte une soixantaine de sites dont une quinzaine qui dominent le secteur. Ils auraient contribué à lever entre 25 et 40 millions d’euros en 2012. S’agit-il du financement de demain ? Quels sont les projets qui peuvent en bénéficier ? qui sont ces généreux donateurs du web ? quelles sont les failles éventuels du mécanisme ? Et que dit ce phénomène de notre société ?

"Pour l’album d’un chanteur, j’ai mis 500 euros à 8 heures 30 du matin"
Qu’est ce qui motive un donateur à « investir » dans un projet porté par un inconnu ? Arthur Chaudanson a donné 500 euros pour Guts, un artiste qu’il admire par-dessus tout. Pour lui, c’est la passion qui a joué, mais aussi la contrepartie annoncée :

Écouter
1 min
Écouter

Et Guts a réuni les fonds demandés, 12 000 euros en 48h. Marianne Rigaux , elle, est journaliste, auteur d’un webdocumentaire, qu’elle a financé en partie grâce au crowdfunding. Un système dont il faut connaître les règles de base – très précises – avant de se lancer :

Écouter
4 min
Écouter
Marianne Rigaux - Crowdfunding
Marianne Rigaux - Crowdfunding Crédits : Radio France

Lors de la soirée de projection de son webdocumentaire, parmi ses inconnus du 3ème cercle, Marianne Rigaux a donc rencontré Théodor Felezeu , jeune entrepreneur parisien. Pour lui, même s’il ne connaissait pas la réalisatrice avant de verser sa contribution, l’affinité était pourtant évidente :

Écouter
4 min
Corwdfunding - Théodor Felezeu

Les sites de financement participatif ont d’ailleurs repéré la brèche : là où les banques traditionnelles ne voulaient pas soutenir un projet considéré comme non-rentable, ils ont déployé les fils de la toile sur le refrain « les petits ruisseaux font les grandes rivières ». Cela dit, ilsont aussi leurs propres critères de sélection, comme en témoigne Vincent Ricordeau, cofondateur de KissKissBankBank :

Écouter
5 min
Écouter

Marianne Rigaux a, quant à elle, identifié un autre risque : celui de voir les acteurs institutionnels (médias, banques...) se défausser sur le financement participatif :

Écouter
30 sec
Écouter

Comme lors de chaque Pixel, vous nous avez fait part de vos expériences sur Twitter :

[View the story "Le crowdfunding - votre expérience" on Storify]

"Le crowdfunding, c'est la logique de la culture numérique appliquée à la culture du don"
Effet de mode ou phénomène de société ? Serge Tisseron , psychiatre et psychanalyste, auteur notamment de « l’Empathie au cœur du jeu social » a déjà tranché. Le financement participatif, marque, avec d’autres approches similaires, un véritable tournant de société :

Écouter
7 min
Écouter
Serge Tisseron - Crowdfunding
Serge Tisseron - Crowdfunding Crédits : Radio France

Serge Tisseron, à l’origine du site « memoiresdescatastrophes.org » a lui-même lancé une opération de crowdfunding pour créer une application mobile dédiée .

L'avènement de la collaboration horizontale
Et parfois, une logique de chaîne se dessine. "Tu me donnes, je te donne à mon tour"… Marianne Rigaux, qui a concrétisé son projet grâce au financement participatif, a contribué ensuite à d’autres initiatives :

Écouter
1 min
Écouter

En France, le crowdfunding s’est développé de manière empirique, sans cadre légal. Le gouvernement a entrepris d’y remédier. Lors des Assises de la finance participative, en septembre dernier, la ministre de l’Innovation et des PME Fleur Pellerin a annoncé de nouvelles règles spécifiques, encore en cours d’élaboration et qui entreront en vigueur au premier trimestre 2014.

Actuellement, on distingue trois types de financement participatif : le don, le prêt et l’investissement dans les titres de société.

Concernant le prêt, les textes prévoient un plafond de 250 euros par personne , pour un financement global de 300 000 euros par projet. A quelles conditions légales ? Hubert de Vauplane est avocat, spécialiste de la finance :

Écouter
3 min
Crowdfunding - Hubert de Vauplane

Sur le site de l’AMF, l’Autorité des Marchés Financiers, tout-un-chacun peut consulter une première mouture des textes, et même y déposer sa propre contribution d’ici le 15 novembre et l’annonce définitive du projet de cadre légal.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......