LE DIRECT

Des bénévoles toujours plus qualifiés

3 min
À retrouver dans l'émission

Le Téléthon démarre vendredi, Amnesty International lance son marathon des signatures le même jour… les initiatives se multiplient en cette période de fin d’année. Les associations se « professionnalisent » de plus en plus et recherchent également à mieux développer les compétences de leurs bénévoles.

Plus d’un Français sur cinq est engagé dans une association, ce qui représente 11 à 12 millions de bénévoles dans notre pays pour 1,3 million d'associations actuellement en activité.

Mais le secteur associatif fait face à la nécessité de se professionnaliser : réduction des moyens financiers, exigence sur la performance, complexification des règlementations, nouveaux profils des bénévoles… Comment évolue donc le bénévolat dans ces conditions ? Est-il capable d’inventer de nouvelles formes ? Comment les associations répondent-elles à ce besoin croissant de compétences ?

Responsabiliser les bénévoles et qualifier les actions
Vendredi soir, 19h30, à l’association Autremonde à Paris, les bénévoles de la mission « camion » se préparent pour une soirée place de la République où ils vont proposer une boisson chaude aux personnes en difficulté qui vivent dans la rue. La petite équipe, composée de cinq à neuf membres, installera des tréteaux sur la place dans le but de créer du lien social, d’échanger et d’offrir un moment de convivialité à ceux qui viendront. Sophie Blaevoet , Mohamad Tabbara et toute l’équipe, en plein préparatifs (pendant la fête de l’un des autres ateliers de l’association) :

Le vendredi, deux bénévoles référents alternent pour animer l’équipe. Ils s’assurent de la présence des bénévoles pour la mission mais ils ont surtout un rôle fédérateur au sein du groupe. Bénévole depuis trois ans à Autremonde , Sophie Blaevoet assure cette fonction depuis septembre dernier, à la grande satisfaction de Mourad Hammouche , nouveau venu depuis un an et Pierre Rougerie , un ancien :

Écouter
2 min
Écouter

Dans ce groupe, tous les membres apprécient particulièrement les rencontres qu’ils font, à travers les accueillis mais aussi du côté des autres bénévoles. C’est aussi dans ce sens que vont vos témoignages sur notre compte twitter @FCpixel autour de vos activités bénévoles :

[View the story "Paroles de bénévoles" on Storify]

Les locaux d'Autremonde et Claire Gadebois.
Les locaux d'Autremonde et Claire Gadebois.

Claire Gadebois anime une équipe d’une centaine de bénévoles répartis en plusieurs missions. S’ils viennent réaliser des actions avec enthousiasme à Autremonde , ils sont aussi en contact avec un public qui a des spécificités. La responsable se sent donc en charge de donner des éléments de réponse et des formations aux bénévoles de terrain. Les thématiques peuvent être diverses comme la relation d’aide, l’écoute active, les questions liées à la précarité, les addictions…

Mais Claire Gadebois a surtout travaillé sur la qualité des actions avec les référents de chaque groupe. Ils ont mis en place un outil qualitatif pour faire le point en fin de mission :

Écouter
2 min
Écouter

Accueillir, accompagner et former le bénévole

Anne-Marie Moriquand et le café des petits frères, ouvert à tous.
Anne-Marie Moriquand et le café des petits frères, ouvert à tous.

A la Fraternité de Paris-Ouest des petits frères des Pauvres , une réunion d’information se prépare comme deux fois par mois pour les candidats bénévoles. C’est l’occasion de présenter l’histoire de l’association et les actions qu’elle mène auprès des personnes âgées isolées.

Bénévole depuis quinze ans, Anne-Marie Moriquand est présidente de la fraternité, elle s’occupe aussi de la commission de recrutement. Aux petits frères des Pauvres , l’accueil, l’orientation et l’accompagnement du bénévole font partie des priorités comme l’explique Anne-Marie Moriquand :

Écouter
2 min
Écouter
Nicole Gicquel
Nicole Gicquel

La formation est l’autre grande orientation choisie par les petits frères des Pauvres pour améliorer la qualification de ses bénévoles. Pendant les douze à dix-huit premier mois, le nouvel arrivant bénéficie d’un parcours initial qui s’établit en fonction de son bénévolat.

Il comprend une journée d’intégration pour découvrir l’association et des formations sur la connaissance du public et sur la posture que le bénévole doit travailler. Ce sont des éléments souvent rassurants pour le bénévole débutant et qui lui permettent d’évaluer si son activité correspond aux attentes de l’association.

Entre 2005 et 2007, les petits frères des Pauvres ont construit un réseau collaboratif pour la formation des bénévoles. Ainsi, depuis cinq ans, entre cinquante et quatre-vingt modules communs sont coordonnés sur le plan national et programmés au niveau régional. En 2011, l’association compte 2 400 participations à des formations pour 9 700 bénévoles. L’originalité de l’organisation, c’est de répondre à la fois à des demandes des bénévoles tout en étant à l’initiative de nouvelles propositions, comme le développe Nicole Gicquel , coordinatrice nationale de la formation :

Écouter
3 min
Écouter

Favoriser le bénévolat de compétences

Christine Bourdarias et Patrick Bertrand.
Christine Bourdarias et Patrick Bertrand.

Dans le souci de concilier la bonne volonté des actifs et le peu de temps dont ils disposent, l’association Passerelles & compétences travaille depuis dix ans sur l’idée d’un bénévolat de compétences. Il s’agit de missions courtes auxquelles les volontaires participent en fonction de leurs savoir-faire professionnels et non pas seulement de leur motivation au service d’une cause.

Christine Bourdarias , a été bénévole pour l’association dont Patrick Bertrand est le président. Ils témoignent tous les deux de l'avantage de cette formule qui permet à des bénévoles très occupés de pouvoir participer à leur mesure :

Écouter
2 min
Écouter

Finance donc, mais aussi stratégie, juridique, informatique ou communication… les secteurs d’activités où les associations ont besoin de spécialistes sont nombreux. Concrètement, Passerelles & compétences joue le rôle d’intermédiaire entre l’association et le bénévole. Mais Patrick Bertrand reconnaît que c’est aussi dans l’idée de pérenniser cette relation :

Écouter
2 min
Écouter

Une étude de France Bénévolat montre qu’un actif bénévole sur deux s’engage pour mettre ses compétences professionnelles au service d’une cause. Et effectivement, Passerelles & compétences compte beaucoup plus de bénévoles que de missions, elle réfléchit donc à de nouvelles formes de bénévolat comme l’organisation de misions complexes qui ferait appel à plusieurs compétences.

Dominique Thierry
Dominique Thierry

S’il existe des bénévolats spécifiques comme le bénévolat de compétences ou d’expertise, la montée en compétences des associations est générale.

C’est le constat de Dominique Thierry ,président de France Bénévolat , un réseau constitué de quatre-vingt centres départementaux. Cette association œuvre en partenariat avec plus de six mille associations, sur tout le territoire, pour les aider à trouver leurs bénévoles.

Mais dans ce contexte associatif, l’enjeu principal reste la gestion des ressources humaines bénévoles comme le rappelle Dominique Thierry :

Écouter
1 min
Écouter

Donc au-delà de la recherche de qualification toujours plus grande, les associations doivent s’attacher à préserver leurs bénévoles, dont la proportion est restée constante, alors que le nombre d’associations ne cesse d’augmenter.

Isabelle Lassalle

A
A Crédits : Radio France

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......