LE DIRECT

Diffusion de la presse en numérique : des débuts contrastés mais en croissance

3 min

Les ventes des journaux et magazines continuent d’enregistrer des baisses et la distribution de ces imprimés souffre également des difficultés de Presstalis. Les éditions numériques de la presse pourraient-elles aider à redresser la situation ? Comment s’organise cette diffusion numérique ? Que représente-t-elle aujourd’hui pour les journaux et magazines ?
Tous les journaux et magazines ou presque s’y sont mis : ils proposent la version numérique de leur édition papier sous la forme d’un fichier « pdf ». Le lecteur peut accéder à ce titre numérique via un abonnement ou par un achat au numéro et lire son journal sur son ordinateur, sa tablette ou son mobile.

La diffusion de la presse en version numérique connaît une forte croissance depuis un an mais elle reste très contrastée suivant les titres et leur périodicité. Pour les quotidiens, ces ventes représentent en moyenne entre 2% et 3% des ventes papier. Et ces ventes numériques permettent à certains titres de compenser les baisses des ventes papier.

Isabelle André
Isabelle André

Le Monde , chef de file de la diffusion numérique
Le Monde arrive en tête des acteurs de la presse dans les ventes numériques. En effet les abonnés numériques, qui ont un accès quotidien au journal électronique, représentent aujourd’hui 13% de la diffusion du journal papier. Isabelle André , PDG du Monde Interactif remarque une forte augmentation cette année : 32 000 abonnés et 10 000 achats à l’acte tous les mois, c’est 10 000 abonnés de plus en un an.

Ces nouveaux abonnés viennent compenser les baisses des ventes papier même si les règles de comptage (en particulier sur un prix minimum basé sur le tarif en kiosque) ne permettent pas de les intégrer tous dans la diffusion globale du journal. « La diffusion numérique est un axe stratégique très fort pour nous » précise Isabelle André qui explique également le succès déjà remarqué de l’édition numérique du journal :

Écouter
5 min
Isabelle_Andre_1
Francis Morel
Francis Morel

Une très forte croissance des abonnements numériques pour Les Echos
Le site web des Echos a fait peau neuve en octobre dernier et a instauré un système payant au-delà de vingt articles consultés par mois. Le but ? Augmenter les abonnements 100% numériques. Dès que le journal papier est réalisé, la version numérique au format « pdf » est enregistrée et mise à disposition sur le site Internet sans représenter un coût supplémentaire pour le journal.

Le véritable essor de cette lecture numérique, c’est la tablette, un outil parfaitement adapté à ce type de lecture. Francis Morel , le président du groupe Les Echos , note une très forte progression de ces abonnements numériques qui s’explique par une offre particulièrement adaptée aux usages des lecteurs de son journal :

Écouter
3 min
Écouter
Etienne Gernelle
Etienne Gernelle

Le Point propose une version « HD », numérique et enrichie
Comme la plupart des publications, Le Point rend disponible son magazine dans une version « pdf » mais sa particularité, c’est de proposer aussi une version « HD », une offre assez peu fréquente dans les journaux. C’est une version numérique du magazine, enrichie de contenus multimédias propres : des photos en plus, des vidéos, de l’interactivité et plus de confort de lecture.

Cette application se retrouve sur le stand d’Apple et le processus de fabrication est complètement intégré au sein du magazine comme le précise Etienne Gernelle , directeur de la rédaction du Point :

Écouter
4 min
Écouter

Vos pratiques de la presse en numérique sur notre compte @FCpixel
[View the story "Les éditions numériques de la presse" on Storify]

Ipad Le Point
Ipad Le Point

Kiosques numériques, plateformes et nouvelles offres
Si les ventes des versions numériques des journaux ne pèsent pas encore financièrement très lourd, les kiosques numériques et les plateformes sont déjà en place pour se partager le marché. Apple a été l’un des premiers à proposer une offre sur tablettes et liseuses électroniques.

D’autres acteurs ont suivi comme Samsung et Amazon et des constructeurs télécoms comme SFR ou des pure players comme LeKiosk en France. Pour le directeur de la rédaction du Point , Etienne Gernelle , « il est important d’être présent partout et disponible sur toutes les plateformes » :

Écouter
1 min
Écouter

Le Monde en revanche a fait le choix inverse et n’est pas présent sur les kiosques numériques. Isabelle André , PDG du Monde Interactif , explique ce choix :

Écouter
1 min
Isabelle_Andre_2

En effet, sur ces kiosques, les formules proposées sont très variées : de l’achat à l’acte aux offres hebdomadaires ou mensuelles, en passant par des bouquets illimités ou promotionnels. Mais les conditions financières pour les éditeurs peuvent être très variables et sont imposées par ces plateformes qui prélèvent souvent un taux de 30% sur les achats.

Face à cette situation, la presse française s’est organisée sur deux aspects. D’une part les éditeurs assurent la vente directe au numéro ou à l’abonnement numérique sur leur site web.

D’autre part, certains éditeurs français comme Le Figaro , Libération , Les Echos , Le Point … se sont réunis pour créer le GIE ePresse, le kiosque numérique des éditeurs. Difficile de connaître les résultats de ce site et de son application, car ePresse ne souhaite pas communiquer ses chiffres sur des offres encore trop récentes. Mais Gaëlle Papet , sa directrice marketing, détaille les nouvelles options que permet le numérique :

Écouter
2 min
Écouter

Toutes les diffusions numériques ne sont pas encore comptabilisées
A l’OJD, l’organisme qui certifie la diffusion de la presse, la comptabilisation de la diffusion numérique est très récente, elle n’est prise en compte que depuis deux ans et uniquement en vente directe. « Cette diffusion a subi une forte croissance cette année par rapport à l’année dernière, avec des croissances à plus de deux chiffres pour certains éditeurs, et représente en moyenne pour des titres de presse quotidienne entre 2% et 3% de leur diffusion » selon Jean-Paul Dietsch , directeur des Nouveaux Médias à l’OJD.

Ce n’est pas beaucoup mais ça commence à être significatif. De plus, toutes les diffusions ne sont pas prises en compte puisqu’un abonné à une offre globale ne sera comptabilisé que pour le papier.

Un acteur se dégage dans la diffusion numérique, c’est Le Monde . Le titre a été un des premiers à développer sa diffusion numérique et surtout à la mettre en avant comme l’explique Jean-Paul Dietsch , il ne s’agit pas simplement de proposer ce nouveau type de diffusion :

Écouter
1 min
Écouter

La vente par tiers concerne toute la diffusion qui n’est pas directement réalisée entre le titre de presse et l’utilisateur final. C'est-à-dire qu’un intermédiaire (comme des compagnies aériennes ou des chaines hôtelières) met à disposition de ses clients des exemplaires de presse.

Cette diffusion par tiers est prise en compte aujourd’hui pour le papier (en complément de la diffusion payée) mais pas encore pour les versions numériques des journaux. Jean-Paul Dietsch annonce comment cette diffusion numérique par tiers sera bientôt intégrée aux ventes totales d’un titre :

Écouter
3 min
Écouter

L’essor de la diffusion numérique chez les Anglo-saxons
Pour certains titres anglo-saxons, les abonnements numériques dépassent les ventes des journaux imprimés, c’est le cas du quotidien britannique le Financial Times depuis fin 2012. Aux Etats-Unis depuis un an, le quotidien The New York Times compte lui aussi plus d’abonnés à ses éditions numériques qu’aux exemplaires papier.

Les versions numériques représentent 14,2% de la diffusion totale des journaux américains en 2012 contre 8,7% en 2011. Pour les magazines, la diffusion numérique commence elle aussi à augmenter. La presse française peut donc envisager des progressions intéressantes pour sa diffusion numérique.

Isabelle Lassalle

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......