LE DIRECT
Rappeur

Le rap militant fait-il encore du bruit ?

4 min

Le rap français ne s’est jamais aussi bien porté. Un rap parfois jugé trop commercial par les puristes qui préfèrent les textes engagés de Keny Arkana ou La Rumeur. Près de trente ans après l’apparition du genre, où en est le rap français engagé et contestataire ?

Rappeur
Rappeur Crédits : Andrey Polichenko - Fotolia

Enquête de Victor Matet alors que les albums de Sexion d’Assaut ou Booba se vendent à des centaines de milliers d’exemplaires et que 80.000 spectateurs sont attendus ce samedi au Stade de France pour un concert géant.

Avec l’essor de la culture hip-hop, venue des États-Unis et débarquée en France au début des années 80, ses modes d’expression ne tardent pas à émerger : le graffiti, le breakdance et le rap. A côté d’un style festif se développe un genre plus engagé qui dénonce de façon poétique ou virulente les inégalités sociales. Les précurseurs ont pour nom Mc Solaar, NTM ou Assassin .

"Actuellement, ce n’est pas l’époque du militantisme forcené"

Olivier Cachin, journaliste spécialiste rap
Olivier Cachin, journaliste spécialiste rap Crédits : Victor Matet - Radio France

Aujourd’hui, ce rap militant, politique, conscient existe toujours estime le journalisteOlivier Cachin, spécialiste de la culture hip-hop. Mais le rap dans son ensemble s’est tellement développé, du gangsta au jazzy en passant par l’alternatif, que le genre se retrouve noyé dans la masse. En tête des ventes, on trouve des artistes comme Booba, Rohff, Psy 4 de la Rime ou encore La Fouine, produits par les plus grandes maisons de disque. « C’est aussi une question d’époque» , dit Olivier Cachin.

Écouter
3 min
Écouter

Selon le journaliste, depuis quelques années, les figures emblématiques du rap conscient en France s’appellent La Rumeur ou Keny Arkana. Cette dernière s’est fait connaître il y a près de dix ans avec son rap contestataire. Ses thèmes de prédilection : l’anarchisme, la lutte contre le capitalisme et le colonialisme.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Médine
Médine Crédits : Because music

Pour une partie de la nouvelle génération du rap militant, l’engagement citoyen passe par les paroles mais aussi par les actes. Deux trentenaires, le Lillois Axiom et le Havrais Médine, illustrent ce phénomène. Membres d’associations, ils ont chacun publié un livre. Médine, qui a déjà sorti quatre albums, veut « dynamiter les préjugés » autour des quartiers et de l’Islam. Impossible pour lui de ne pas s’investir au-delà du rap, sur le terrain. Ce n’est pas pour autant qu’il dénigre les autres styles.

A chacun sa façon de faire du rap

Écouter
4 min
Écouter
akhenaton
akhenaton Crédits : Radio France

Ce samedi, aux côtés de Sexion d’Assaut, La Fouine, Orelsan, Youssoupha ou encore Maître Gims, IAM sera présent sur la scène du Stade de France pour le concert Urban Peace 3 (concert très critiqué par Booba). Le groupe marseillais a largement contribué à l’émergence du rap à la fin des années 80 et dans les années 90. Son leader, Akhenaton, rappelle qu’à l’origine déjà il y avait d’un côté un rap dansant et de l’autre un rap engagé. Ce dernier peut s’exprimer simplement par les mots, la force des paroles. Pour Akhenaton, contrairement à Médine, l’action sur le terrain n’est donc pas indispensable.

Écouter
2 min
Écouter

Impossible de recenser tous les rappeurs dits engagés. « Avant, on les comptait sur les doigts de la main. Aujourd’hui, je ne connais même pas tous ceux qui habitent dans mon quartier » , s’amuse Akhenaton.

Voici vos avis via @FC Pixel 

Dee Nasty, considéré comme le parrain du rap en France
Dee Nasty, considéré comme le parrain du rap en France Crédits : Victor Matet - Radio France

« Il n’y pas de grande vague du rap militant, pas plus qu’il n’y en a eu avant » , estime Daniel Bigeault, aujourd’hui âgé de 53 ans. Plus connu sous le nom de Dee Nasty , il est considéré comme le pionnier du rap en France. Dès 1985, il organise des défis hip hop sur les terrains vagues du quartier de La Chapelle, à Paris puis a offert leur premier passage radio à Mc Solaar, NTM ou encore Assassin.

"Etre militant hip-hop, c’est un choix de vie"

Écouter
2 min
Écouter

C’est d’ailleurs l’un des préceptes de la Zulu Nation, dont Dee Nasty est le leader (le « Grand Master ») en France. Le collectif, crée aux Etats-Unis dans les années 70, promeut un hip- hop « peace and love » basé sur la non-violence et le respect des autres.

Jow.L, rappeur militant, membre de la Zulu Nation
Jow.L, rappeur militant, membre de la Zulu Nation Crédits : Victor Matet - Radio France

Son pendentif Zulu Nation autour du cou, Jow. L, membre du groupe Alakazam, a aussi fait du hip-hop engagé sa philosophie de vie. Ce puriste n’envisage le rap que comme un moyen de diffusion de messages –tantôt optimistes, tantôt critiques sur la société actuelle- et qui doivent se concrétiser dans son attitude au quotidien. Comme de nombreux jeunes rappeurs, c’est par Internet qu’il tente de se faire connaître. Il déplore la trop grande place faite aujourd’hui au rap « ego-trip ».

"La musique est un outil de persuasion"

Écouter
1 min
Écouter

S'il y a bien un point sur lequel tout le monde semble d'accord, c'est que le rapport du rap avec une certaine partie de l'opinion et de la classe politique n'a pas changé. Procès pour diffamation, règlement de comptes verbaux, les exemples ne manquent pas, de NTM au récent Kery James.
Mais la semaine dernière en Grèce, un sympathisant d'extrême-droite est passé à l'acte en assassinant un rappeur.Une telle scène serait elle possible en France ? La réponse est oui pour DeeNasty et Jow.L, car des tensions existent depuis longtemps avec certains groupes extrémistes pour qui le rap militant est semble-t-il un peu trop bruyant.

Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......