LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Les Instituts culturels face à la crise

3 min
À retrouver dans l'émission

Les pays européens se serrent la ceinture et cherchent à faire des économies. Dans leurs arbitrages, la culture est souvent la première a être mise à contribution, et de manière importante. De la baisse immédiate de budget à la fermeture pure et simple, les Instituts culturels présents à Paris sont également rattrapés par ce tour de vis.

Instituts culturel néerlandais  - Pixel
Instituts culturel néerlandais - Pixel

L'Institut culturel néerlandais © Ilse Leenders

Une lettre, au milieu de l’été. Voilà comment les employés de l’Institut Néerlandais de Paris ont appris la nouvelle :

Le ministère des Affaires étrangères a décidé de restructurer son action culturelle en France. Il recherche un nouveau modèle, plus moderne et plus rentable , avec des frais de fonctionnement allégés

Le ministère trouverait démesuré le loyer annuel de 500 000 euros pour le bâtiment, rue de Lille, à Paris.

Plus loin dans le communiqué, la date tombe : "le ministère a l’intention de supprimer à l’horizon 2015 les subventions dont l’Institut néerlandais bénéficie actuellement."

Marieke Wiegel, de l'institut néerlandais - Pixel
Marieke Wiegel, de l'institut néerlandais - Pixel Crédits : Radio France

Dit autrement, l’Institut culturel est condamné à fermer puisque les subventions en question représentent les trois quarts du budget total. "Un coup de massue" pour l’équipe de l’Institut qui ne comprend pas cette décision, et encore moins la notion de "rentabilité" appliquée à la culture.

Marieke Wiegel est programmatrice des expositions à l'Institut néerlandais :

Écouter
1 min
Écouter

Face à cette décision "pas très réfléchie" , le personnel a décidé de s’organiser pour sauver l’Institut, qui accueille 40 000 visiteurs par an, et offre des cours de langue. Les employés ne comprennent pas pourquoi l'Insitut devrait fermer, et ils ont lancé une pétition. Marieke Wiegel parle d'une décision politique contre la culture :

Écouter
1 min
Écouter

A l’Institut roumain, une fin d’année sans budget.
Au 1 rue de l’Exposition, dans le 7e arrondissement de Paris, il n’est pas encore question de fermeture, mais la mesure prise au début du mois de septembre par le gouvernement roumain est tout aussi dévastatrice.

Olivia Horvath, de l'institut culturel roumain - Pixel
Olivia Horvath, de l'institut culturel roumain - Pixel Crédits : Radio France

Le lieu est privé de 30% de son budget pour l’année en cours. La somme était censée couvrir les manifestations des trois derniers mois de l’année.

Ce qui pose plusieurs soucis de gestion et de trésorerie, notamment pour les événements déjà programmés.

Olivia Horvath est la responsable de la communication de l’Institut culturel roumain à Paris :

Écouter
1 min
Écouter

Le personnel de l’Institut culturel roumain est très agacé de devoir faire un gros effort dès qu'il s’agit de faire des économies. Mais tous sont lucides sur la situation économique et politique de leur pays. Ce qui n’empêche pas Olivia Horvath de se battre pour proposer des manifestations au public :

Écouter
2 min
Écouter
Instituts culturel expo - Pixel
Instituts culturel expo - Pixel

D’ailleurs, pour que le public ait des choses à voir à l’Institut roumain, l’équipe a obtenu la prolongation d’une exposition qui se terminait fin août.

Il s'agit de "Carnet de Charbon" de Gabriela Lupu.

Pixel - visiteurs
Pixel - visiteurs Crédits : Radio France

Le maintien d'une proposition culturelle est une bonne nouvelle pour les visiteurs des Instituts étrangers.

Ils ne sont pas nombreux en dehors des manifestations importantes (concerts, ...).

Il s’agit souvent de gros consommateurs de culture, qui souhaitent diversifier leurs visites.

C’est le cas de Roland et Soizic qui témoignent de leurs expériences dans ces Instituts :

Écouter
1 min
Écouter

Pour l’Italie : Paris d’abord
A côté des Roumains et des Néerlandais, l’Institut culturel italien s’en sort plutôt bien avec seulement quelques coupes budgétaires sans effet sur la programmation ni le personnel. En tout cas pour Paris.

Laura Napolitano, de l'institut culturel italien - Pixel
Laura Napolitano, de l'institut culturel italien - Pixel Crédits : Radio France

Car l’Italie disposait jusqu’en 2099 de cinq autres Instituts culturels en région : Strasbourg, Lyon, Marseille, Lille, et Grenoble.

Ces deux derniers ont fermé respectivement en 2009 et 2011.

Laura Napolitano, l’attachée culturelle de l’Institut à Paris explique qu’il a fallu choisir :

Écouter
1 min
Écouter

L’Institut culturel italien rue de Grenelle, est la propriété de l’Etat italien, ce qui permet d'économiser un loyer. A l’intérieur, on trouve un espace pour les expositions et une petite salle de concert.

Se rassembler pour exister
Face aux problèmes financiers, certains Instituts ont changé leurs méthodes de travail, comme l’Institut polonais qui n’organise plus de manifestation dans ses murs, mais systématiquement avec des Instituts et des partenaires extérieurs.

Bérénice Dziejak - Pixel
Bérénice Dziejak - Pixel Crédits : Radio France

48 Instituts culturels se sont également regroupés au sein du FICEP (Forum des Instituts Culturels Etrangers à Paris) . Chaque année il organise une semaine des Cultures étrangères (fin septembre). L’occasion de donner une visibilité à tous ces Instituts qui ont parfois du mal à exister. C’est l’une des solutions trouvées alléger le poids des coupes budgétaires.

Bérénice Dziejak est la coordinatrice du FICEP :

Écouter
2 min
Écouter

Dans la majorité des Instituts culturels, on espère que cette période ne sera que temporaire, et qu'elle prendra fin avec la crise économique. D'autres attendent un changement politique dans leur pays, pour que la culture ne soit plus considérée comme élitiste, voire dangereuse.

Abdelhak El Idrissi

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......