LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Ras la pub !

3 min

Lundi prochain, 6 militants du Collectif des déboulonneurs seront au Tribunal de Grande Instance de Paris pour répondre de "barbouillage de panneaux publicitaires et refus de prélèvement d’ADN". Un 19ème procès au niveau national au moment où de nouvelles formes de lutte anti pub naissent.

Crédits : Eric Chaverou - Radio France

Des mobilisations citoyennes, dans la rue comme dans le métro.

Olivier rue Olivier Métra
Olivier rue Olivier Métra Crédits : Eric Chaverou - Radio France

L'olivier l'a emporté contre le panneau publicitaire !

La victoire provisoire de la rue Olivier Métra marque une seconde mobilisation citoyenne aboutie à Paris, quelques mois après celle de la rue Demarquay (10e).

Tout a commencé cette fois un lundi à 8h. Jean-Messaoud Raiche découvre l'installation imminente dans le jardinet privé sous sa fenêtre d'un panneau de 4x2 m (8m2, écoutez diaporama sonore). Sans que le bailleur, la Régie Immobilière de la Ville de Paris, n'ait prévenu les locataires. Ils décident très vite de créer un collectif, appellent à l'aide plusieurs associations, dont la voisine Résistance à l'Agression Publicitaire, et plantent un olivier à la place de 3 lauriers déjà arrachés. Et cette rue populaire du XXe arrondissement s'agite.

Un peu plus de 800 signatures sont recueillies, notamment en ligne, et Catherine Nyeki, artiste multimédia, réagit par une oeuvre de circonstance. L'adjointe au maire de Paris chargée du Patrimoine, Danièle Pourtaud, évoque un panneau légal. Et le quincailler voisin l'attendait lui plutôt d'un bon oeil pour récupérer qui sait une clientèle de plus en plus rare.

Mais face à la mobilisation, la RIVP plie et l'implantation vient d'être suspendue.

Le récit de Catherine Nyeki , lundi 18 février :

Écouter
4 min
Écouter
Yvan Gradis
Yvan Gradis Crédits : Eric Chaverou - Radio France

Cité à comparaître lundi au TGI de Paris, Yvan Gradis a suivi de près cette action.

Il la considère comme une « première jonction entre une poignée de citoyens innocents, qui ne s'étaient jamais posé le problème de la publicité de façon analytique, et le mouvement anti publicitaire, toutes associations confondues ».

Ce "militant, écrivain et peintre" qui se bat depuis 31 ans et demi contre cette « saloperie » :

Écouter
7 min
Écouter

Lutter contre le papier par le papier

En octobre dernier, le nouveau collectif des Reposeurs a lui lancé sa première action contre l'affichage dans les couloirs du métro. Objectif : aboutir à des panneaux de 2 m2, 2 par stations, puis espacés de plus de 10 mètres dans les couloirs et non éclairés. Des panneaux tapissés d’affiches ne dépassant pas 50 x 70 cm, soit l'espace laissé aux associations à Paris. En octobre également, un sondage CSA pour le Dernier Panneau indiquait d'ailleurs que 57% des Franciliens interrogés se disaient favorables à une réglementation de l’affichage publicitaire dans le métro et à ce format de 50 x 70 cm.

A l'origine des Reposeurs, 6 amis qui se sont réunis pendant près de 2 ans pour élaborer une action ouverte à tous et légale. Via un moyen qui ne dégrade pas le support mais qui s’en sert . Ou comment inciter chacun à poser des papillons repositionnables, de grands calicots ou des feuilles A4 avec des slogans comme : « La pub fait dé-penser », « La publicité, ça laisse des marques » ou « Publicité, marée noire sur matière grise ». Sylvain Callu, qui répond aux journalistes, affirme que plus de 80% des stations ont été impactées. Et que sans être le raz de marée qu’ils auraient souhaité, le concept a été vérifié, confronté à la réalité : « ça a fonctionné ». Chaque soir, entre 10 et 15 personnes se regroupaient aussi place de la Sorbonne pour un retour d’expérience.

Sylvain Callu, des Reposeurs
Sylvain Callu, des Reposeurs Crédits : Eric Chaverou - Radio France

Mais en ligne, la pétition lancée n'a pas atteint les 3.000 signataires, et Jean-Paul Huchon, président PS de la région et premier interpellé par ce mouvement, ne lui a jamais répondu. Sylvain Callu , qui n'hésite pas à évoquer la Marche du Sel et Gandhi ou plus simplement le Clan du Néon, estime malgré tout que le message est passé, notamment dans les médias, et que « puisque la pression monte, le niveau augmente, les gens secoueront la tête avant d'être noyés » :

Écouter
8 min
Écouter

Vos réactions

Et aussi

Pour afficher ce contenu Scribd, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus. 
Gérer mes choix

Le numérique de plus en plus préoccupant

Vous nous en avez beaucoup fait part, en ne manquant pas d'ailleurs d'épingler notre site, la publicité est de plus en plus virtuelle. Web, applications mobiles gratuites ou réseaux sociaux, elle a envahi ces nouveaux univers.

La publicité sur internet vous traque
La publicité sur internet vous traque

Avec des parades grâce à des outils que vous recommandez, de plus en plus utilisés. A commencer par Adblock, une extension pour certains navigateurs internet qui permet de bloquer les publicités. Gratuite et mise au point par deux Allemands, c'est la plus téléchargée de tous les temps et il y aurait en moyenne un peu plus de 15 millions d'utilisateurs par jour sur Firefox. Une réplique individuelle après une directive européenne sur les cookies difficilement applicable et quasi inappliquée et surtout la récente initiative très polémique de Free de bloquer les pubs d'autorité. Pour l’association légaliste Résistance à l’Agression Publicitaire, qui a soutenu le combat de la rue Métra, ces questions liées au fichage sont devenues une priorité. Avec un site dédié, "Surfez couvert", et de très nombreux conseils. Comme de préférer l'extension True Block Plus, "moins permissive" que celle de référence. Khaled Gaïji, son co-président :

Écouter
1 min
Écouter

Le numérique qui vous inquiète aussi via les nouveaux écrans publicitaires. Un exemple dans l'espace considéré privé de la Gare de Lyon

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

:

« Des interlocuteurs navrants »

Jean-Pierre Boudry, responsable francilien de Paysages de France
Jean-Pierre Boudry, responsable francilien de Paysages de France Crédits : Eric Chaverou - Radio France

De nouveaux écrans également très préoccupants pour "Paysages de France". Sur un plan visuel comme environnemental. Cette association fonde son combat sur le droit depuis tout juste 20 ans. Et elle aussi a aidé les habitants de la rue Olivier Métra. Non publiphobe, elle s'insurge contre des abus toujours nombreux et les porte en justice.

Exemple de nouvel écran lumineux dans le métro parisien
Exemple de nouvel écran lumineux dans le métro parisien Crédits : Eric Chaverou - Radio France

Face à des dispositions légales du Grenelle de l'Environnement retardées, et des responsables de terrain « navrants, vis-à-vis d’une manne économique ou du cadet de leur souci », selon Jean-Pierre Boudry, son responsable francilien. Alors que, toujours selon lui, l'Etat est souvent défaillant et Delphine Batho, ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie aux abonnés absents, malgré des signes encourageants :

Écouter
7 min
Jean-Pierre Boudry, responsable francilien de Paysages de France

Un reportage d'Eric Chaverou

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......