LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Coder, programmer : faut-il apprendre ?

4 min
À retrouver dans l'émission

Faut-il former tout le monde à la programmation informatique ? En tout cas, en connaître les fondamentaux est devenu nécessaire pour être capable d'agir dans un monde toujours plus numérique. Les initiatives se multiplient pour développer la culture numérique et proposer des apprentissages du code.

Crédits : Ronstik - Fotolia

Lors de sa cinquième conférence de presse, François Hollande a réaffirmé sa volonté d'inscrire l'enseignement numérique à l'école et annoncé la création d'une "grande école du numérique". Par Catherine Petillon.

Ils sont six, penchés sur leurs ordinateurs, écoutant les conseils avisés de ceux qui les forment au développement web."body", "script", "css" : ces mots emplissent la salle, incompréhensibles pour le néophyte. Il y a peu, eux non plus n'y connaissaient rien au code informatique. Ce sont des jeunes non diplômés, des seniors en recherche d'emploi et pendant six mois, Simplon.co, une entreprise sociale située à Montreuil (Seine-Saint-Denis), leur propose une formation. Le projet de Simplon, c'est la réinsertion par le numérique.

_"_In code we trust, c'est notre devise", aime à répéter Frédéric Bardeau, son co-fondateur. Car "le meilleur moyen de reprendre la main sur les machines, c'est de leur faire exécuter ce qu'on veut."

Écouter
4 min
Frédéric Bardeau : In code we trust

Apprendre à coder pour décoder 

Les algorithmes façonnent désormais une majeure partie de ce qui constitue notre environnement quotidien. L'apprentissage de la programmation serait ainsi une alphabétisation, devenue nécessaire pour agir dans le monde qui nous entoure. C'est-à-dire pour comprendre la logique à l'oeuvre que ce soit dans nos objets du quotidien- un téléphone, une console de jeu, un four- ou par exemple dans les échanges financiers mondiaux.

"Lire, écrire, compter, coder" : le titre de l'ouvrage de Frédéric Bardeau, écrit avec Nicolas Danet, est à lui seul un programme. Pour eux, parler de programmation, ce n'est pas tant maîtriser le html5, Python ou le Javascript, que comprendre le mécanisme des instructions données aux machines.

 "On peut vivre sans coder,en revanche ne pas savoir du tout ce qu'est le code, c'est pénalisant comme citoyen et sur le plan professionnel", explique Frédéric Bardeau.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

C'est d'abord du côté des associations et du privé que sont venues les initiatives de formation à la programmation. Et elles sont désormais nombreuses. Certaines visent la formation de professionnels, comme à l'école 42 (lancée par Xavier Niel)

D'autres ont pour but d'initier les enfants à la programmation comme jecode.org, les Coding Goûters, devenus tendance ou des structures privées type Magic Makers, (qui proposent aux enfants des ateliers pour programmer des jeux vidéos, des histoires, des robots.) 
Simplon a d'ailleurs dressé une liste de 42 ressources pour se former au code.

Tout le monde doit-il apprendre le code ? 

Il y a un consensus sur la place et le rôle du numérique dans nos sociétés. Mais que faut-il enseigner de l'informatique ? Sur ce point, plusieurs approches s'affrontent.

D'un côté, il y a ceux qui voient le code comme une technique informatique à enseigner. Quand d'autres plaident pour la littératie numérique. "Apprendre le code, ce n'est pas forcément apprendre à coder, c'est aussi apprendre à décoder ce qui nous arrive", souligne Hubert Guillaud, rédacteur en chef d'Internet actu, le média de veille de la Fing (Fondation Internet nouvelle génération )

Écouter
2 min
Hubert Guillaud : des conceptions différentes

Dans son cahier de prospective Questions numériques, la Fing a d'ailleurs dressé une utile cartographie de cette controverse, afin de s'y retrouver dans les arguments en présence.

Les questions numériques entreront-elles à l'école ?

Du côté de l'école, il y a urgence. La place qui doit y être accordée aux questions numériques, François Hollande en parle depuis son arrivée au pouvoir, sans que rien n'ait encore changé. Lors de sa conférence de presse, jeudi 5 février, le président de la République à cette fois affirmé que "le numérique [serait] enseigné du primaire à la Terminale". Autant dire que le chemin qu'il reste à parcourir est long ! Aujourd'hui seules les terminales scientifiques peuvent bénéficier d'une option.

Temps périscolaire. C'est d'abord par ce biais que les élèves devraient accéder à des cours de code informatique à la rentrée 2015. Pour les assurer, un vingtaine de structures seront financées à hauteur de 20 M€ via le Programme d’Investissements d’Avenir. Un appel à projet de la Caisse des dépôts est en cours jusqu'à la fin du mois de février. Un "plan numérique" a également déjà été annoncé par François Hollande pour la rentrée 2016.

De vifs débats s'étaient alors fait entendre : pourquoi apprendre le code informatique à des enfants qui peinent à lire et écrire? Faut-il créer une discipline ? Qui pour l'enseigner? Ces questions restent ouvertes.

Une grande école du numérique Alors c'est peut-être aussi pour les contourner que François Hollande a annoncé, jeudi 5 février, la création d'une "grande école du numérique". Une école hors de l'école : tout ce que l'on sait pour l'instant c'est qu'elle sera chargée de "diffuser ses formations partout sur le territoire en plus de ce qui sera fait dans le cadre de l'enseignement". Reste une inconnue, qui pour les assurer ?

Demain tous codeurs ?

Pourquoi est-ce dans cette forme d'injonction que trouvent à se formuler un certain nombre de questions sur le numérique ? D'abord parce qu'il y a des emplois au bout. Mais pour aussi pour répondre à certaines des difficultés qui rencontre l'école, estime Hubert Guillaud. "Le code informatique est pour beaucoup un cheval de Troie pour faire entrer dans l'école d'autres manières d'apprendre, estime-t-il. Si c'est le cas, pourquoi ne pas se demander simplement comment apprendre autrement? Pour ma part, je ne suis pas convaincu que l'apprentissage du code, difficile et ingrat, soit un bon moyen pour ça."

De rapports en concertations. Mais pour l'heure, c'est une nouvelle "concertation nationale sur le numérique dans l'éducation" qui a été lancée en ligne le 25 janvier. Elèves, professeurs, et l'ensemble des citoyens sont invités jusqu'au 9 mars à répondre à un questionnaire (où il est davantage questions d'équipement numérique).

Pourtant, ces questions viennent d'être abordées dans la "concertation du Conseil national du numérique" qui s'achève en ce moment. Ce même Conseil a auditionné cet automne une centaine d'experts et rendu un rapport, intitulé "Jules Ferry 3.0 bâtir une école créative et juste dans un monde numérique". Il plaidait déjà pour des cours de code à l'école, rappelle Sophie Pène, qui le pilotait :

Écouter
2 min
Sophie Pène

A travers le monde : la folie du code

Le code se fait une place de plus en plus grande dans le débat public. A travers l'Europe, il a même sa "semaine", la Code week. Créée par les Jeunes Conseillers de Neelie Kroes, l'ancienne commissaire européenne à la société numérique, cette initiative promeut l'apprentissage du code. 
Dans certains pays, "tous codeurs" semble déjà être devenu un mot d'ordre.
Aux Etats-Unis, en décembre 2013 c'est Barack Obama en personne qui, en lançant la semaine de l'informatique à l'école, avait demandé aux jeunes Américains de créer leurs propres jeux vidéo, d'apprendre à programmer.   "_Cette compétence n'est pas importante juste pour votre avenir, elle est importante pour l'avenir du pay_s."

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Puis c'était au tour du Royaume-Unii de déclarer 2014 "année du code". « The Year of Code » est une campagne qui vise les élèves et les enseignants. Elle prévoit pour tous les les élèves une initiation au code à partir de 5 ans. Ils étudieront les bases de la programmation, et devront recevoir un enseignement au moins à deux langages à partir de 11 ans.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......