LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le célèbre GIF Nyan Cat

GIF : art et langage moderne

4 min

Ces images animées très courtes sont désormais un moyen d’expression à part entière sur les réseaux sociaux. Mais ce format d’image est aussi utilisé par des créateurs comme moyen d'expression de leur art. Une exposition dans les rues de Paris démarre ce samedi. Reportage d'Abdelhak El Idrissi.

Le célèbre GIF Nyan Cat
Le célèbre GIF Nyan Cat

Avant d’entamer ce reportage, petit préambule nécessaire pour ceux qui ne connaîtraient pas les GIFs. Le GIF (prononcez « giffe ») est un format d’image qui permet de créer une animation courte qui se répète à l’infini. Il s’agit souvent d’extraits très cours de film ou de séries télévisées, sur lesquels peut s’ajouter du texte.

Exemple de GIF
Exemple de GIF Crédits : giphy.com

Ce format est massivement utilisé sur les réseaux sociaux, et est un pilier de la culture web. D’ailleurs vos réactions sur le sujet démontrent l’engouement pour le GIF (voir en fin d'article).

A ECOUTER : Le GIF, une histoire de la mode numérique

Le format est aussi exploité par des artistes. D'ailleurs, l’exposition organisée à Paris à partir du samedi 21 mai n’est pas une nouveauté.

Ce n’est pas la première fois qu’une exposition de GIFs artistiques a lieu. Des galeries ont déjà hébergé ce genre d’événement. Mais cette fois, c’est une exposition hors les murs que propose la galerie en ligne Balibart. Une centaine de GIFs réalisés par 30 artistes seront disséminés dans les rues grâce à des écrans d’un mètre sur 80 centimètres. Des collagistes, des illustrateurs, des peintres, ou encore des vidéastes participent à l’exposition.

GIF artistique de l'exposition à Paris
GIF artistique de l'exposition à Paris Crédits : Pierre-Julie Fieux

« Certains artistes considèrent le GIF comme œuvre d’art en soi, et partent du GIF. D'autres, qui travaillent sur des supports traditionnels, vont utiliser le GIF pour mettre en valeur leur travail » explique Adrien Salamon, cofondateur de Balibart.

Adrien Salamon, cofondateur de Balibart.com
Adrien Salamon, cofondateur de Balibart.com Crédits : Abdelhak El Idrissi - Radio France

Le jeune chef d’entreprise constate que de plus en plus d’artistes, notamment des illustrateurs, se mettent à utiliser les GIFs. Mais de là à considérer le GIF comme de l’art ? Adrien Salamon y voit plutôt un « medium ».

Et d’ajouter : « C’est un bon moyen : ça permet à de nombreux illustrateurs de se faire connaître, de partager facilement leurs travaux »

Écouter
3 min
Pixel GIF - 30 artistes, 100 GIFs
Autre GIF exposé à Paris
Autre GIF exposé à Paris Crédits : Ju Ulovas

Parmi ces artistes, on trouve un jeune dessinateur, Léonard Combier. « Au début mon travail, c’e nest pas du tout du GIF, il n’y a absolument rien de numérique » raconte-t-il. Son travail est constitué de dessins avec de très nombreux détails.

« Le GIF m’a permis de montrer pleins de détails »

Dessin de Léonard Combier
Dessin de Léonard Combier

Pour l’exposition, il propose donc d’utiliser le GIF comme un outil pédagogique pour permettre de comprendre la construction d'une oeuvre.

GIF de Léonard Combier
GIF de Léonard Combier
Écouter
1 min
Pixel Gif - Le Gif pour mettre en valeur l'art (Léonard Crombier)

Pour d’autres artistes, le GIF n’est pas un simple outil de mise en valeur de leur travail. Ils utilisent ce format et explorent ses potentialités depuis plusieurs années. C'est le cas de l’artiste contemporain Michaël Borras, plus connu sous son nom d’artiste : « Systaime » :

« Mon rapport au GIF date des années 90. J’ai toujours, comme toutes les personnes sur le web depuis un certain nombre d’années, utilisé les GIFs pour communiquer ou faire de la création animée ».

Une création de Systaime
Une création de Systaime Crédits : Systaime

A l’époque, les GIFS répondent surtout à des impératifs techniques. Le format permet de mettre de l’animation sur une page web sans surcharger le site et ralentir son chargement, car à l’époque, les connexions internet étaient très lentes.

« Le GIF était énormément utilisé pour le mail art, les échanges mails, les sites web. Le plus utilisé étant le GIF ‘en travaux’, ou l’image de l’enveloppe qui s’ouvre pour les mails ». Et dès sa création, le GIF a eu une dimension artistique. Pour Michaël Borras, pas de doute : « le GIF c’est de l’art, c’est une certitude ».

« Je suis sûr que si Warhol ou Basquiat étaient encore vivants, ils feraient du GIF animé »

A tel point que certains créateurs de GIF arrivent à vendre leur travail quelques milliers de dollars. Ce qui fait dire à l’artiste « Systaime » qu’il y a « un marché naissant autour de l’art numérique, digital. Il y a un marché autour de l’art dématérialisé, autour d’une œuvre qui peut être reproductible ». Pas facile en effet de se faire une place dans le monde de l’art lorsque le « produit » que l’on vend est un fichier, potentiellement téléchargeable à l’infini. « Les institutions, les galeries, mêmes des instituions très branchées art contemporain, ont du mal à accepter l’arrivée de ces nouveaux formats ».

Face à cette « frilosité », la solution a donc été de s’organiser de manière autonome en ouvrant le site SPAMM (Super Art Modern Museum) qui propose des expositions virtuelles.

« L’idée c’est de dire : ‘vous ne voulez pas nous exposer ? On va s’exposer nous-mêmes’ ».

Michaël Borras, alias "Systaime"
Michaël Borras, alias "Systaime" Crédits : Systaime

Et le résultat n’a pas tardé : « En exposant en ligne, on s’est très vite rendus compte que les galeries physiques étaient intéressées, c’est juste qu’elles ne connaissaient pas le travail de ces artistes, mais voyant la qualité et le nombre de travaux exposés en ligne, ça les a tout de suite intéressés ».

Les galeristes traditionnels se mettent donc doucement à l'art « post-internet ». Reste à convaincre les acheteurs potentiels. > > « Les galeries veulent pouvoir monétiser l’art. Et aujourd’hui, il faut le reconnaître, c’est compliqué pour un acheteur d’art de se dire ‘je vais acheter une œuvre que n’importe qui peut télécharger et récupérer et que je ne vais pas pouvoir mettre dans mon salon’ ».

Écouter
4 min
Pixel GIF - de l'art dématérialisé

« Vivre avec son temps »

Selon Michaël Borras, toutes ces questions autour de l’art sont dépassées :

« Je ne fais pas de différence entre un peintre qui va passer des heures sur une toile et un artiste qui va passer des heures également sur la création d’un GIF ».

Pourtant, il existe aujourd’hui des arts nobles assimilés à une grande Culture, en opposition à ce que certains nomment la « sous-culture ». Une expression qui n’a pas de raison d’être selon Systaime. « Il n’y a pas des cultures, mais une culture qui est plurielle ». L’artiste explique qu’il faut vivre avec son temps. « Si on veut dialoguer ,toutes générations confondues, c’est important de connaître ces choses là ».

Lucide, Michaël Borras reconnaît que « si le GIf revient en force c’est aussi parce qu’on est dans des cultures où tout doit aller vite, on ne prend plus le temps. Regarder une vidéo de cinq minutes c’est déjà beaucoup trop long (…) et voir une image animée très courte et qui tourne en boucle ça correspond aussi à cette société ». Pourtant, il ne porte pas de jugement de valeur « sinon on revient à l’idée que le rock’n’roll c’est pour les drogués, etc… ».

Écouter
5 min
Pixel GIF - Un art à part entière ?

« Des GIFs. Des GIFs partout »

La visibilité donnée au GIF artistique n’aurait sans doute jamais eu lieu sans le retour en grâce de ce format d’images sur les réseaux sociaux. Le site de microblogging Tumblr a beaucoup participé à ce renouveau. Puis, des réseaux sociaux aux audiences plus importantes ont autorisé la publication de GIF. Cela a été le cas de Twitter et plus récemment de Facebook.

D’ailleurs vos réactions au sujet sur ces réseaux sociaux démontrent l’engouement pour le GIF :

Aujourd’hui les GIFs permettent de faire passer une humeur, une émotion. On répond avec un GIF et non plus forcément avec du texte. Ce qui n’est pas forcément une mauvaise chose selon Emma Donnart, étudiante en multimédia et communication à l’université de Strasbourg. Le GIF a un « intérêt narratif et esthétique dans le sens où il impose une compression extrême en quelques secondes ».

Là où « le texte ne suffit pas », le GIF peut « induire plus d’émotion et plus de nuance dans ce qu’on essaie de dire ».

Emma Donnart, étudiante en communication et multimédia
Emma Donnart, étudiante en communication et multimédia

Faut-il pour autant se réjouir de la disparition du texte au profit des GIFs et autres formes de « langages» comme les Emojis (Pixel s’était d’ailleurs intéressé à ces émoticônes comme possible langage universel). Il n’y a en tout cas pas forcément de raison de s’inquiéter selon Emma Donnart qui apprécie l’exigence du GIF : « ça demande de synthétiser son idée et ça demande aussi un effort de communication ».

« C’est une espèce de linguistique que les gens s’approprient. Cela ne remplacera jamais le texte mais offre une nouvelle dimension pour communiquer ».

Écouter
5 min
Pixel GIF - "Un dialecte qui se met en place" (Emma Donnart)

Le GIF est en enjeu de communication. Le format est utilisé par les médias et les entreprises développent désormais des stratégies de communication qui passent par les GIFs. Des auteurs ont même écrit des livres en GIF. Les institutions ne sont pas en reste, puisque l’Education Nationale a ouvert un blog sur Tumblr intitulé « Quand je passe le BAC » qui vise à donner des conseils de révisions sur le ton de l’humour.

Ce sujet a passionné les internautes qui ont été nombreux à participer au sujet, via notre compte Twitter @FcPixel et notre page Facebook :

Chroniques
7H40
15 min
L'Invité(e) des Matins
Quelle histoire s'écrit dans le monde arabe ?
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......