LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Enfant qui se bouche le nez à cause de mauvaises odeurs industrielles

Les mauvaises odeurs à vue de nez

4 min

Ce vendredi est révélé au Havre "Le Langage des Nez", un référentiel pour identifier les odeurs, industrielles en particulier. Très longtemps méprisé, l'odorat est reconsidéré, avec un marketing olfactif très développé et des industriels plus soucieux. Reportage en Normandie d'Eric Chaverou.

Enfant qui se bouche le nez à cause de mauvaises odeurs industrielles
Enfant qui se bouche le nez à cause de mauvaises odeurs industrielles Crédits : grafikplusfoto - Fotolia

Jean-Marie Pottier, 70 ans passés, arbore fièrement sa médaille de nez d'or. Après avoir travaillé dans la pollution, comme il dit, en évacuant des déchets industriels, il a voulu savoir distinguer les odeurs pour faire face à la pollution atmosphérique et se rendre utile. Comme 70 personnes aujourd'hui en Normandie, il est donc devenu nez en 2007, sous le contrôle d'Air normand, association de surveillance de la qualité de l'air. Et "comme on a jamais été éduqué aux odeurs, c'est vraiment quelque chose qu'il a fallu apprendre. A l'école, on apprend les couleurs, les sons, mais pas les odeurs. Moi, c'était assez binaire, c'était ça sentait bon ou ça sentait mauvais", confie-t-il :

Un langage des nez ouvert à tous gratuitement

Dans son bureau d'Air normand à Rouen, Céline Léger, chargée d'études et de communication, présente ce "langage des nez®" officiellement lancé ce vendredi au Havre et qui nécessite une trentaine d'heures de formation.

Céline Léger, chargée d'études et de communication à Air normand
Céline Léger, chargée d'études et de communication à Air normand Crédits : Eric Chaverou - Radio France

Tout est parti du « Champ des Odeurs® », créé en 1983 par Jean-Noël Jaubert et IAP-SENTIC. Il a évolué vers une base de 24 notes odorantes, avec des molécules classées par famille et des fioles qui concentrent aussi les empreintes olfactives de sites de la région. 70 sites ont ainsi été identifiés et cartographiés sur la base du volontariat ces dernières années et ils sont régulièrement classés dans un palmarès des "pollueurs" en odeurs.

Le langage des Nez
Le langage des Nez Crédits :

"Le rêve serait d'enseigner cela à la maternelle", explique Céline Léger, qui ajoute que "notre objectif est qu'il soit utilisé par le plus grand nombre de personnes : particuliers, pompiers, bureaux d'études, etc. Ce langage a été déposé pour éviter qu'il ne soit dévoyé, mais il est mis gratuitement à la disposition de tout le monde". Et de raconter comment des nez formés ont pu aider les pompiers et la Préfecture à localiser rapidement une odeur signalée par de nombreux riverains :

Écouter
10 min
Découvrez "le langage des nez" et comment devenir nez, avec Céline Léger, d'Air normand.

Ce dispositif impliquant des nez riverains bénévoles, des industriels, des élus et des formateurs est né à Grand Couronne en 1995 où la situation était devenue particulièrement tendue. Avec des milliers de signatures contre les dégagements d'une huilerie et un ras le bol qui va jusqu'à un changement de majorité municipale. Deux ans plus tard se forme le premier groupe de nez normands.

Claude Barbay, pionnier des nez normands
Claude Barbay, pionnier des nez normands Crédits : Eric Chaverou - Radio France

Claude Barbay, ancien élu écologiste, bénévole de France nature environnement et président d’une association locale de protection de l’environnement y a cru, malgré ceux qui y voyaient une opération bidon car financée par les industriels :

Écouter
13 min
Les débuts du premier jury olfactif de riverains bénévoles, en 1997. Pour un bilan globalement positif

Claude Barbay qui regrette qu'aujourd'hui l'entreprise et la mairie ne répondent plus présents et souligne l'avantage de n'avoir à sentir qu'une seule usine. "Ailleurs, les périmètres ont toujours été plus grands et ont toujours associés plusieurs entreprises. Et sur un périmètre large, trop large à mon sens, avec des entreprises qui émettent les mêmes nuisances, il est difficile de rendre à César ce qui est à César" :

Écouter
4 min
Les aléas et difficultés pour un jury olfactif de riverains bénévoles.

Un réseau complémentaire de nez industriels unique au monde

C'est au beau milieu de l’impressionnante zone industrielle portuaire du Havre que Benoît Valognes nous reçoit. Responsable hygiène sécurité environnement de Sedibex, un centre de recyclage de déchets dangereux, il détaille ce qui unit depuis septembre dernier une trentaine de nez industriels, lui compris, sur une douzaine de sites alentours.

Benoît Valognes est l'un des quatre nez de Sedibex, sur 80 salariés
Benoît Valognes est l'un des quatre nez de Sedibex, sur 80 salariés Crédits : Eric Chaverou - Radio France

Formés à ce même langage des nez, ils se voient tous les mois "pour pratiquer des olfactions, d'abord en salle sur des référents que nous partageons via la méthode, et ensuite une tournée de sites nous permet de s'imprégner des odeurs un peu particulières et spécifiques de chacune des usines pour pouvoir détecter très rapidement une odeur inhabituelle, et cela incite également derrière à prendre en compte la gestion des odeurs, notamment lors de la conception de nouvelles installations". Benoît Valognes qui reconnaît que les industriels ont évolué sur cette question "par rapport à leur image, à l'acceptabilité de l'activité industrielle, la responsabilité sociétale des entreprises, le plus grand éveil de nos concitoyens à l'activité industrielle, les réseaux sociaux" :

Écouter
6 min
Quand les industriels eux-mêmes lancent leur réseau de nez

Une mobilisation qui s'étend en France malgré l'absence de normes

Ces dispositifs en entreprise et citoyens n’ont pourtant pas empêché une fuite très médiatique il y a 2 ans, à Rouen. A la suite d'une erreur humaine, une odeur de gaz nauséabond ressemblant à du chou ou de l'œuf pourri, émanant de mercaptan, était partie de l’usine Lubrizol pour aller jusqu’en Angleterre et à Paris.

Crédits : Guillaume Ruoppolo - Maxppp

La société a été condamnée à 4.000 euros d’amende en vertu d'arrêtés préfectoraux relatifs aux nuisances envers le voisinage, alors qu'un match de foot entre Rouen et l'OM avait notamment dû être annulé. Le parquet avait requis l'amende maximale de 7.500 euros. « Le tribunal n'a pas considéré que la peine maximale était nécessaire eu égard à la nature réelle de cette infraction. Il n'y a pas eu de risque majeur, simplement une nuisance olfactive », avait commenté pour la presse l'avocat de Lubrizol.

Jean-Paul Lecoq, le maire communiste de Gonfreville L’Orcher
Jean-Paul Lecoq, le maire communiste de Gonfreville L’Orcher Crédits : Eric Chaverou - Radio France

Depuis sa terrasse surplombant quantité de raffineries Jean-Paul Lecoq, le maire communiste de Gonfreville L’Orcher, y voit surtout un véritable précédent, alors qu'avant seule la sécurité des sites primait. "Il a fallu que cela aille titiller les naseaux des dirigeants, la capitale, les ministres et tout. Et puis, cela s'est passé dans la préfecture chez nous, à Rouen" :

Écouter
10 min
"Lubrizol, ça fait jurisprudence. Avant, les odeurs, ce n'était pas un sujet. Sauf pour ceux qui vivaient à côté."

Et ces odeurs commencent à mobiliser ailleurs qu’en bord de Seine, comme vous nous l’avez dit sur les réseaux sociaux (lire ci-dessous) et comme le précise Céline Léger, d’Air normand, qui évoque aussi une toute nouvelle application pour mobile de signalement d'odeurs. "Odo", c'est son nom, a été mise au point par Atmo Picardie :

Écouter
2 min
Une application pour mobile de signalement d'odeurs alors que d'autres régions aussi se mobilisent
Article sur les odeurs dans l'arrêté préfectoral d'exploitation de Sedibex
Article sur les odeurs dans l'arrêté préfectoral d'exploitation de Sedibex Crédits : Eric Chaverou - Radio France

Céline Léger qui souligne le peu de normes et de réglementation à ce sujet. Dans la loi sur l'air, il est évoqué par exemple des "nuisances odorantes excessives. Sans définition d'une nuisance odorante, ni déterminer à partir de quand cela devient excessif" :

Écouter
1 min
"Il y a très peu de normes, de règlementation sur les odeurs. D'où la difficulté de travailler sur ce sujet".

En complément de ce reportage, écoutez enfin Annick Le Guérer. Anthropologue, philosophe et historienne des odeurs, elle analyse notre évolution ces dernières années dans notre rapport aux odeurs :

Cette spécialiste qui revient sur la mécanique historique, culturelle, des mauvaises odeurs :

Écouter
2 min
"De tout temps, la mauvaise odeur est du côté du putride, du pourri". Annick Le Guérer

Et voici vos réactions venues des réseaux sociaux :

Chroniques
7H40
15 min
L'Invité(e) des Matins
Alain Juppé : ses idées pour la France
Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......