LE DIRECT

Les nouvelles formes d'emploi

4 min

La révolution numérique est en train de faire émerger une nouvelle organisation du travail dite "collaborative". Un phénomène mondial qui se développe dans toutes les villes. Près d'une centaine d'espaces de coworking ont été créés à Paris. Des tiers lieux, espaces de rencontres entre personnes et c

BRUNO LEVESQUE © IP3 PRESS/MAXPPP - Maxppp

La révolution numérique est en train de faire émerger une nouvelle organisation du travail dite "collaborative". Un phénomène mondial qui se développe dans toutes les villes. Près d'une centaine d'espaces de coworking ont été créés à Paris. Des tiers lieux, espaces de rencontres entre personnes et compétences variées, où se regroupent des travailleurs indépendants et autonomes, des entrepreneurs, des étudiants qui forment des communautés.Un reportage d'Annabelle Grelier complété par vos témoignages et le point de vue de Jeremy Rifkin.

Les locaux sont modestes mais l’accueil y est chaleureux. Niché dans le 20e arrondissement de Paris, [la Coopaname](http://www.coopaname.coop/) héberge quelques 750 entrepreneurs : du menuisier au paysagiste, de la créatrice de bijoux au décorateur d’intérieur. Ici, pas besoin de ticket d’entrée ou de business plan, mais juste l’envie de se lancer. Cette coopérative est née il y a dix ans, au moment même où le coworking apparaissait en Californie. **Noémie De Grenier est co-directrice générale de Coopaname **:** Plutôt que de monter chacun notre petit statut d’auto entrepreneur, on se rassemble au sein de la même structure. Ça nous permet de mutualiser tout ce qui est d’ordre juridique, administratif, et comptable. Ça permet de faire en sorte qu’on se co-salarie dans une structure et de faire en sorte que le risque juridique et économique ne repose pas sur la tête de chacun, mais sur la personne morale qu’est la coopérative ****.**
Pixel - Nouvelles formes d'emploi - Coopaname
Pixel - Nouvelles formes d'emploi - Coopaname
Car c’est bien la Coopaname qui salarie ces travailleurs. Tous bénéficient d’un CDI et c’est la coopérative qui encaisse tout, facture tout. Le salaire de chacun est calculé en fonction du chiffre d’affaire généré. Noémie De Grenier : **« La grande utopie que porte CooPaname c’est de se dire : on a envie de réinviter le rapport au travail. Il y a aujourd’hui une situation dans laquelle tout le monde ne trouve pas sa place sur le marché du travail. Le marché de l’emploi est assez rude et très compétitif. On est trop jeunes trop vieux, trop diplômés, pas assez diplômés. Il y a un vrai problème. ****On voit bien que le taux de chômage n’a pas tendance à baisser. Dans le même temps il y a des conditions qui se durcissent, notamment dans les grandes entreprises, des modes de managements qui ne conviennent plus. Et énormément de gens aujourd’hui on envie de travailler selon leurs propres règles, leur propre éthique, leur propre déontologie. Et en arrivant dans la coopérative ils se disent qu’ils veulent travailler en dehors du lien de subordination. Pour autant, on n’a pas envie d’être individualisé, précarisé, tout seul dans notre coin avec tous les problèmes sur nos têtes. La solution n’est pas là ».**
Pixel nouvelles formes d'emploi - Jérémie Wach-Castel, photographe
Pixel nouvelles formes d'emploi - Jérémie Wach-Castel, photographe
La solution pour ces travailleurs : privilégier la coopération plutôt que la concurrence. **Jérémie Wach-Castel est photographe** . Après avoir essayé de se mettre à son compte, il a rejoint la Coopaname où il a trouvé l’entraide nécessaire au démarrage de son activité : **« Il y a un très bon accompagnent. Quand on rentre, on a six jours de formation. Mais avec une approche différente. Avant, j’ai déjà fait une formation de création d’entreprise où il est question de business plan, faire du chiffre. La moitié des gens qui viennent ici sont en reconversion. Ils ne connaissent pas bien le milieu dans lequel ils se lancent ou les tarifs qui se pratiquent. ****Ici la formation tourne autour de ce qu’on veut faire, les prestations qu’on veut faire, les tarifs qui se pratiquent. Et à partir de là, trouver un prix de revient. On fait une simulation en fonction du revenu qu’on veut toucher. »** Grâce au statut de CDI, les coopérateurs peuvent bénéficier de l’aide sociale en cas d’échec. Une sécurité qui rassure et encourage les vocations. Après quelques années de rodage, Jérémy vit aujourd’hui de son métier de photographe : **« Cette année, c’est la première année où je paie des impôts. Je ne sais pas si c’est par peur mais j’ai, toujours six mois d’avance dans ma trésorerie. Ça me permet de pouvoir refuser des contrats. Être entouré, ça aide beaucoup. Quand on lance son activité, on a des moments de grands doutes. Mais en fait tout le monde en a ? Et c’est normal Une coopérative d’emplois aide beaucoup. »** Tous les porteurs de projet versent 11,5% de leur chiffre d’affaire au pot commun pour financer la structure. Considéré comme mission d’intérêt générale, la Coopaname reçoit des fonds publics de la région et de l’Europe à hauteur de 600.000 euros.
Le coworking en France en 2014
Le coworking en France en 2014
**Visite guidée d'un espace de coworking** A Paris, il existe une centaine de coopératives, publics ou privées, et fin 2016 devrait naître l'incubateur géant de la halle Freyssinet lancé par Xavier Niel (30.000 m2). Plongez au coeur de l’un de ces tiers lieux, le ["Tank"](http://letank.fr/), dont les valeurs sont "création, inspiration, ambition", grâce à **Joséphine de la Taille, sa chargée de communication** :
Pixel - Nouvelles formes d'emploi - Le Tank (Paris)
Pixel - Nouvelles formes d'emploi - Le Tank (Paris)
Écouter
6 min
Écouter
Carte de 14 espaces de coworking réunissant étudiants et entrepreneurs financés par la ville de Paris
Carte de 14 espaces de coworking réunissant étudiants et entrepreneurs financés par la ville de Paris
**Le regard de l'investisseur leader dans les startups en Europe**
Pixel - Nouvelles formes d'emploi - Nicolas Colin
Pixel - Nouvelles formes d'emploi - Nicolas Colin Crédits : JC Francis - Radio France
Ingénieur et énarque,_* Nicolas Colin est le co fondateur de [The Family : un incubateur de jeunes pousses nouvelle formule](http://lentreprise.lexpress.fr/creation-entreprise/etapes-creation/5-the-family-la-star-accelerateur_1515493.html)_* avant tout investisseur, mais qui a d'autres activités. Auteur d'un rapport sur la fiscalité du secteur numérique, il estime que **«** toute l'économie est en train de devenir numérique**_* »_**_ , et « comme nous, nous sommes des investisseurs de long terme, on préfère investir dans les entreprises qui ont une chance d'être parmi celles qui l'emportent, donc les entreprises numériques. Et le numérique a par ailleurs un énorme avantage : en facilitant la croissance du rendement, c'est-à-dire le fait de pouvoir grandir très vite de façon exponentielle, il permet de créer des plus grandes entreprises avec moins de capital. **Surtout, l'avantage c'est que l'on peut amorcer des entreprises avec pas grand chose, alors que dans le monde ancien, pour créer son entreprise, il fallait beaucoup d'argent. ***_»_*_* Egalement auteur de "L’âge de la multitude", Nicolas Colin revient sur les freins à l’émergence de l’économie collaborative en France :
Pixel - Nouvelles formes d'emploi - The Family, entrepise spéialisée dans l'économie numérique
Pixel - Nouvelles formes d'emploi - The Family, entrepise spéialisée dans l'économie numérique
_*Les startups sont attirées grâce à des événements proposés par [The Family](http://www.thefamily.co/#manifesto). *_
Écouter
7 min
Écouter
**Chaque révolution technologique a provoqué l’apparition de nouvelles formes d'emplois. Au 20e siècle, c'était le salariat. Un pur produit de ce que les économistes appellent un paradigme techno-économique.**
Écouter
7 min
Écouter
**«** La France va devoir s’adapter_* ! », selon [Jeremy Rifkin](http://www.franceculture.fr/personne-jeremy-rifkin.html)_*
Pixel - Nouvelles formes d'emploi - Jérémy Rifkin
Pixel - Nouvelles formes d'emploi - Jérémy Rifkin
_*Economiste, sociologue et prospectiviste américain, *_ il a conseillé quantité de politiques dans le monde entier, dont la Commission et le Parlement européen. Jeremy Rifkin était début juin à Paris pour participer à [une journée du World Forum for Responsible Economy](http://www.worldforum-lille.org/fr/reseaux-et-think-tank/le-think-tank/actualites.html). **Selon lui, _*«_**_ l’heure de la troisième révolution industrielle est arrivée, et la France va devoir s’adapter_* ». «Je dirais juste au président Hollande et à son gouvernement, venez juste une ou deux journées dans le Nord-Pas de Calais pour toute une région qui se mobilise dans un exercice démocratique. Ce n'est pas un habillage politique ou de la cosmétique. Ils veulent vraiment faire bouger leur région et cela peut vraiment être fait dans toutes les régions. C'est maintenant au gouvernement français de prendre l'initiative de mettre en place les codes, les standards, les régulations nécessaires et de franchir le pas pour que les régions travaillent ensemble et que les Français retrouvent du travail. » :
Écouter
13 min
Écouter
Coworking - 3e édition du Ouishare Fest, rencontres et débats autour de l'économie collaborative. 21 mai 2015
Coworking - 3e édition du Ouishare Fest, rencontres et débats autour de l'économie collaborative. 21 mai 2015 Crédits : Bruno Levesque - Maxppp
**Pixel réalisé avec la collaboration d'Abdelhak el Idrissi et d'Eric Chaverou.**
À venir dans ... secondes ...par......