LE DIRECT

Mon département et moi

3 min

Beaucoup de Français se disent attachés à leur département et affirment entretenir un lien avec le territoire que désigne son appellation. Mais de quoi parlent-ils exactement ? Quelle est la nature de ce lien ?

Et à l’heure des élections départementales, quelle réalité représente pour eux le Conseil Général (futur Conseil Départemental), émanation politique du département ? Reportage de Stéphane Robert dans les départements de l’Aisne et de l’Oise. Avec la collaboration d'Eric Chaverou.

Yves Daudigny, le Président socialiste du conseil général de l'Aisne, tracte à Lugny, en mars 2015
Yves Daudigny, le Président socialiste du conseil général de l'Aisne, tracte à Lugny, en mars 2015 Crédits : Stéphane Robert - Radio France

Quand on questionne les habitants de Noyon, de Lugny, de Marle et même de Laon, bien peu sont capables de vous expliquer à quoi peut bien servir un Conseil Général. - « C’est lui qui s’occupe des routes ?! » - Les routes, oui, en tous cas une partie, les routes départementales - « Et puis l’éducation, les écoles, les collèges, les lycées ?! » - Alors… Oui et non… Les collèges sont sous la tutelle des départements pour l’entretien et la construction. Mais les écoles sont à la charge des communes et les lycées sont sous la responsabilité de la Région – « Ah… » - On s’aperçoit qu’on nage en pleine confusion. Le Conseil Général est perçu comme une entité obscure au sein duquel siègent des élus dont on ignore, en grande partie, ce qu’ils y font et ce qu’ils financent. Et bien souvent, quand le citoyen identifie une de ses nombreuses attributions, c’est qu’il est directement concerné, dans sa vie quotidienne. C’est le cas de Marcelle Lebrun, une habitante de Lugny, dans l’Aisne :

"Les départements, c'est nos racines !"

Le département, ou Conseil de Département, a été créé au lendemain de la Révolution par la loi du 22 décembre 1789. Puis il s’est définitivement imposé comme une assemblée d’élus départementaux en 1833. Depuis, il est devenu, au même titre que les communes, l’incarnation d’un territoire de référence à travers lequel chacun s’identifie. C’est le cas notamment de Thierry Maiorano, 58 ans, un habitant de Noyon, dans l’Oise :

Écouter
3 min
Écouter

Quand on se promène sur les marchés, à Noyon, à Marle ou ailleurs, cette question du département comme élément structurant de l’identité revient en permanence dans les conversations – « Mon département ? Bah c’est là où je vis, c’est là d’où je viens… » - Mais au-delà de cette question identitaire, il est aussi perçu comme un cadre de référence économique et politique. Il est considéré comme un « outil », comme un « instrument », à la fois protecteur et qui en même temps devrait permettre d’interagir avec le monde. C’est notamment l’avis de ce commerçant du canton de Marle (il n’a pas voulu donner son nom) :

Écouter
2 min
Écouter

Quant à vos avis sur le département, les voici, recueillis sur les réseaux sociaux :

L'Aisne vu par trois candidats

Les trois listes du canton de Marle, dans l'Aisne, en mars 2015
Les trois listes du canton de Marle, dans l'Aisne, en mars 2015 Crédits : Stéphane Robert - Radio France

L’Aisne est un département rural. Le taux de chômage y est de 14%, de 4 points supérieur à la moyenne nationale. Et le président socialiste sortant du Conseil Général, Yves Daudigny, a beaucoup de mal à répondre aux nombreuses inquiétudes qui s’expriment sur ces questions. Il est conscient du problème mais n’a pas de solution. Ce n’est pas vraiment le département qui est compétent en matière d’économie :

Écouter
4 min
Écouter

"Un maillon entre nos petites communes et l’État !"

Romain Dumand, candidat Front national du canton de Marle, dans l'Aisne
Romain Dumand, candidat Front national du canton de Marle, dans l'Aisne Crédits : Stéphane Robert - Radio France

Pour le FN, l’Aisne est un terreau fertile. Un récent sondage (Odoxa pour "Le Parisien") le donne à 41% d’intentions de vote au 1er tour. « S’il y a un endroit où on peut gagner, c’est bien dans l’Aisne », déclare d’ailleurs Marine Le Pen.

Et face à Yves Daudigny, dans le canton de Marle, le Front national présente un tout jeune candidat de 28 ans, Romain Dumand. Il fait bien évidemment campagne en évoquant les difficultés économiques des habitants, mais l’un de ses thèmes privilégiés est aussi la crainte de la disparition du département :

Écouter
3 min
Écouter

"Finalement, on n'a pas beaucoup de grands élus nationaux qui portent le thème de la ruralité"

Dans une rue de Marle, dans l'Aisne, en mars 2015
Dans une rue de Marle, dans l'Aisne, en mars 2015 Crédits : Stéphane Robert - Radio France

Comme de nombreux autres départements ruraux où il n’y a pas de véritable centre urbain, l’Aisne est frappée de plein fouet par la crise économique et se voit partir à la dérive. Beaucoup de ses habitants se sentent abandonnés, sans perspective, en pleine incertitude face à l’avenir. Et ce qui ajoute aux difficultés, selon le candidat UMP du canton de Marle, Pierre-Jean Verzelen, c’est que les peurs et les angoisses de ces personnes ne sont jamais exprimées :

Écouter
2 min
Écouter

Le département dans l'histoire

Écoutez le récit de Stéphane Robert :

Écouter
1 min
Écouter
Les départements depuis 1789
Les départements depuis 1789

> Découvrez aussi notre dossier spécial sur ces départementales avec une carte sonore interactive

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......