LE DIRECT

Régionales : faire campagne après les attentats

3 min

Après les attaques terroristes, la campagne des régionales a été suspendue. A une semaine du premier tour, elle a maintenant officiellement repris, mais le retour au terrain n'est pas une évidence pour tous les partis. Le PS a décidé d'attendre l'hommage national du 27 novembre, tandis que tous les

Maxppp

*Après les attaques terroristes, la campagne des régionales a été suspendue. A une semaine du premier tour, elle a maintenant officiellement repris, mais le retour au terrain n'est pas une évidence pour tous les partis. Le PS a décidé d'attendre l'hommage national du 27 novembre, tandis que tous les autres ont recommencé dès lundi 23. Tant sur le fond que sur la forme, ces élections sont déjà profondément transformées. __*Reportage cette semaine en Ile de-France de Christine Moncla.

Pixel - Des militants Les Républicains tractent à la sortie du RER à Saint Denis
Pixel - Des militants Les Républicains tractent à la sortie du RER à Saint Denis Crédits : Christine Moncla - Radio France

« On a la tête dans ces événements »

Pixel - Françoise Bergougniou, directrice de campagne pour Les Républicains en Seine-Saint-Denis
Pixel - Françoise Bergougniou, directrice de campagne pour Les Républicains en Seine-Saint-Denis Crédits : Christine Moncla - Radio France

Devant la gare RER du Stade de France à Saint Denis, à l'heure où les trains de banlieues déversent et aspirent des milliers de voyageurs pressés, l'équipe départementale du parti Les Républicains distribue presque timidement des tracts sur la sécurité.

Françoise Bergougniou est la directrice de la campagne de Valérie Pécresse pour la Seine-Saint-Denis :

Écouter
2 min
Écouter

« Il y a des moments où je n’ai pas le cœur à ça »

Pixel - Pierre Serne, tête de liste EELV dans le Val de Marne
Pixel - Pierre Serne, tête de liste EELV dans le Val de Marne Crédits : Christine Moncla - Radio France

Difficile de reprendre le fil de la campagne. Car loin des diatribes des grands leaders dans les médias ou au parlement, les candidats franciliens ont eux mêmes été meurtris par ces attentats. A l'heure de reprendre la parole politique lors d'un débat départemental mercredi soir,

Pierre Serne, tête de liste écologiste dans le Val-de-Marne, ne cachait pas ses sentiments :

Écouter
2 min
Écouter
Pixel - Des militaires sur le marché Richard Lenoir, près du Bataclan, à Paris.
Pixel - Des militaires sur le marché Richard Lenoir, près du Bataclan, à Paris. Crédits : Christine Moncla - Radio France

Comment refaire de la politique sans avoir l'air de trop en faire ? C'est tout le dilemme des candidats confrontés désormais à des citoyens franciliens traumatisés.

Sur les marchés de Paris, l'ambiance est presque lourde : les militaires patrouillent, près du Bataclan Bd Richard Lenoir, les trottoirs sont recouverts de fleurs en hommage aux victimes et les messages de solidarité dégoulinent sous la pluie. A quelques rues de là, dans les allées du marché Charonne, traditionnellement quadrillées en cette période pré-électorale par les partis, rares sont ceux qui viennent distribuer des tracts.

Eric Coquerel, tête de liste Front de Gauche à Paris , propose le sien, réactualisé après les attentats :

Pixel - Un meeting du NPA lors de la campagne pour les élections régionales
Pixel - Un meeting du NPA lors de la campagne pour les élections régionales Crédits : Christine Moncla - Radio France

On retrouve cette même envie de reparler de politique, de faire valoir ses valeurs au NPA. Le Nouveau Parti Anticapitaliste d'Olivier Besancenot organisait cette semaine un meeting au gymnase de la Bidassoa dans le 20e arrondissement parisien et animé par* la porte-parole nationale du parti Christine Poupin . Avec ce titre _« Leurs guerres, nos morts » ._*

Une société plus sûre c’est aussi une société plus solidaire, plus fraternelle **

Écouter
2 min
Écouter
Pixel - Cécile Dubois, rédactrice en chef de "94 Citoyens"
Pixel - Cécile Dubois, rédactrice en chef de "94 Citoyens" Crédits : Christine Moncla - Radio France

« Les candidats sont mal à l'aise » nous dit Cécile Dubois, rédactrice en chef du journal en ligne 94 Citoyens. « Pour autant, il faut que vive le débat démocratique » . C'est pourquoi avec l'association « le forum politique nogentais » , Cécile Dubois a décidé de maintenir la soirée-débat organisée mercredi soir à Nogent-sur-Marne entre les têtes de listes départementales. Ils ont tous répondu présent sauf le Parti socialiste qui avait pour consigne de ne reprendre la campagne qu'après l'hommage national aux victimes des attentats vendredi 27 novembre :

Écouter
2 min
Écouter
Pixel - Dominique Bourse-Provence (FN)
Pixel - Dominique Bourse-Provence (FN)

Invité à ce débat, le candidat Front national du 94 Dominique Bourse-Provence ne s'est pas privé de tancer le PS pour son absence. Le FN qui a interrompu quelques jours sa campagne, sans jamais vraiment retenir ses armes contre le gouvernement et la droite réunis :

Écouter
1 min
Écouter

Et le grand absent donc, Julien Dray, tête de liste PS pour le Val-de-Marne , répond à ce procès en dérobade fait aux socialistes. Lui reprendra des vendredi soir sa campagne, à travers des réunions d'appartements filmées et retransmises en direct sur Facebook :

Écouter
2 min
Écouter
Pixel - Jean-Marie Charon
Pixel - Jean-Marie Charon Crédits : Radio France

Pour conclure nous avons sollicité le chercheur de l'EHESS Jean Marie Charon, sociologue des médias.

La rupture de la campagne a modifié le fond et la forme, et pour Jean-Marie Charon les médias sont devenus la seule caisse de résonnance du débat, un écho forcément déformateur :

Écouter
3 min
Écouter

Voici vos réactions à ce sujet sur les réseaux sociaux via notre compte Twitter @FcPixel et notre page Facebook :

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......