LE DIRECT

Sacs en plastique : les nouvelles pratiques

4 min
À retrouver dans l'émission

Symbole de la destruction de l'environnement par l'homme, le sac plastique à usage unique de sortie de caisse devait disparaître ce 1er janvier. Mais la mesure est reportée au moins à fin mars alors que les habitudes des consommateurs et des fabricants changent. Enquête d'Eric Chaverou.

Franck Dubray / Maxppp - Maxppp

On pensait la mesure bien emballée à force d'entendre Ségolène Royal répéter la date du 1er janvier. Mais après un bras de fer avec Bercy, son ministère, qui n’a pas pu répondre à nos questions mais a publié un communiqué, doit répondre aux observations de Bruxelles. Pas de lobbies du plastique à la manoeuvre se défend la Commission européenne, qui vient d'émettre un avis circonstancié, mais au contraire la volonté de "bétonner" le décret d'application, à la demande de la France. Cette volonté relancée par l'Europe remonte à 2003 en Corse après un référendum, puis à 2006 via une première loi inaboutie pour l'ensemble de la France.

Lucia Caudet est porte parole de la Commission européenne et commence par souligner la volonté européenne en la matière, illustrée fin 2014 par un accord qualifié d'historique :

Écouter
2 min
Écouter

Il s’agirait donc d’ici au moins fin mars de préciser quels sacs sont précisément visés, leur litrage, leur épaisseur et leur composition, en particulier s’ils peuvent être compostables domestiquement. Et pour l'instant sans qu'il ne soit question de sanctions pour les contrevenants. Ce sursis dans l'application formelle de la loi de transition énergétique pourrait permettre involontairement aux commerçants d'écouler leurs stocks. Alors que les grandes surfaces alimentaires sont déjà passées de 10,5 milliards de poches de ce type à 600 millions, de 2002 à aujourd'hui.

Mais quand chaque année 17 milliards de sacs plastiques sont encore consommés en France, dont huit milliards sont abandonnés dans la nature, selon le ministère de l'Environnement. Et que l'Italie a proscrit ces emballages il y a cinq ans, avant le Mali et la Mauritanie en 2013.

En attendant de précisément connaître les termes mis en question dans ce décret français, puisque le dialogue avec la Commission européenne est officiellement confidentiel, les grandes surfaces mais aussi les marchés s’organisent. Comme à Tartas, dans les Landes. Reportage de Camille Labrousse, de France Bleu Gascogne :

Écouter
1 min
Écouter
Les sacs plastiques à usage unique distribués en pharmacie doivent aussi disparaître. La loi vise tous les commerces.
Les sacs plastiques à usage unique distribués en pharmacie doivent aussi disparaître. La loi vise tous les commerces. Crédits : Pierre Le Masson - Maxppp

Et à Marseille , que ce soit du côté des commerçants ou du côté des clients, il y a comme toujours des avis partagés. Reportage de Samia Belbachir, de France Bleu Provence :

Écouter
1 min
Vers la fin des sacs plastiques. Reportage à Marseille de Samia Belbachir, de France Bleu Provence

A Cassis, en terres de Calanques, la mairie a distribué il y a un an 40 000 sacs en papier aux commerçants pour donner l'impulsion. Une réussite mais avec un peu plus de mal chez les commerces d'alimentation. Marie-Pierre Baille est présidente d'honneur de l'association des artisans et commerçants de Cassis :

Écouter
30 sec
Opération zéro sacs plastiques à Cassis

Voici vos nombreuses réactions et témoignages, via les réseaux sociaux :

Et après ? Quels sacs à l'avenir ?

C'est la question récurrente. D’autant que dans un an, au 1er janvier 2017, la loi française s’attaquera cette fois aux sacs d’emballage pour les fruits, légumes ou fromages .

Un défi pour les distributeurs et les fabricants, partagés sur les conséquences de ces bouleversements. Directeur du développement durable du groupe Sphère, le numéro 1 européen des emballages ménagers, Jean-Marc Nony y voit un coup de pouce à la filière des bio plastiques en France, avec 3 000 à 4 000 nouveaux emplois à la clé :

Écouter
9 min
Écouter

La solution serait donc de nouveaux sacs bio dégradables, souvent élaborés à base de pomme de terre ou de maïs, et qui s’auto détruiraient en un an, au lieu de 450 ans aujourd’hui ! Mais 2 à 3 fois plus chers pour leurs utilisateurs et moins solides, vous nous l'avez notamment raconté (lire à la fin du diaporama ci-dessus).

Antidia Citores, porte parole de Surfrider Foundation Europe, à Paris, en décembre 2015
Antidia Citores, porte parole de Surfrider Foundation Europe, à Paris, en décembre 2015 Crédits : Eric Chaverou - Radio France

Et l’ONG Surfrider Foundation Europe et sa porte parole Antidia Citores dénoncent une fausse bonne idée car ces sacs bio dégradables restent des prédateurs pour le milieu marin.

Le message qui est délivré au consommateur de dire voilà, je suis biodégradable, vous pourriez éventuellement me laisser dans la nature, est complètement faussé, selon nous, et on souhaite plutôt aller vers ce que l'on appelle du réutilisable, donc éventuellement même du sac textile, ou des sacs plastiques plus épais.

Écouter
1 min
Écouter

Quant aux sacs en papier, certains y voient une accélération de la déforestation.

L'historien Denis Woronoff en décembre 2015
L'historien Denis Woronoff en décembre 2015 Crédits : Eric Chaverou - Radio France

Autre solution de plus en plus en vogue : le vrac.

Un sain retour en arrière selon Denis Woronoff. Pour l'auteur récent d'une histoire de l'emballage depuis le XVIIIe siècle, "le vrac devrait être ré interpréter, requestionner. Et pas seulement parce que l'on voit du vrac entre les entreprises. Mais parce qu'il peut y avoir quand même sans se créer du souci une façon intelligente de regrouper et d'emporter des achats sans avoir besoin d'un film plastique pour l'emballage. On a pas oublié, même si l'on met tout sous bulle !" :

Écouter
2 min
Écouter

Enfin, pour les emballages plastiques des produits, que vous avez beaucoup dénoncé sur les réseaux sociaux, de nouvelles négociations viennent de reprendre au niveau européen. Des changements peuvent être envisagés d’ici 2020.

Antidia Citores, de Surfrider Foundation, évoque ce "paquet sur l'économie circulaire". Pour l'ONG, "c'est un problème global, nous devons réduire à la source nos déchets plastiques et les barquettes ou autre emballage ne doivent pas remplacer les sacs plastiques" :

Écouter
3 min
Écouter

Repères

1957-1960 : Premiers sacs plastiques de ce type aux États-Unis

1 seconde : le temps de fabrication

5 grammes pour transporter jusqu'à 10 kilos : il a perdu les 3/4 de son poids en 15 ans

122 millions : le nombre de sacs plastiques qui polluent nos côtes selon l'Ifremer

Le « 7e continent »

C'est le nom donné aux gigantesques soupes de plastique qui flottent au milieu des océans, avec des paillettes issues du travail de la mer et du soleil sur les macro-plastiques. Après le Pacifique en mai 2013, l'explorateur Patrick Deixonne et une équipe de scientifiques se sont rendus dans l'Atlantique Nord pour explorer ce « continent », dont la taille est d'environ 3 fois la France !!!

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
L'équipe
Journaliste

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......