LE DIRECT

Vos solutions pour le climat

4 min

#3solutionsPourLeClimat |195 états sont réunis au Bourget pour limiter le réchauffement climatique. Et vous, pour quelles solutions plaidez-vous ? Marie Viennot a sélectionné quelques unes de vos réponses, puis les a les a fait commenter par des experts, notamment Philippe Descola, anthropologue, et Pierre Rabhi.

L'Homme dans la Nature

El Indio Amerikaz est un personnage écologique créé par les artistes Angela Jaramillo et Tito Diez. Il incarne une forme de super héros Indien, porte parole de la Nature. Pendant la COP21, il harpentait les couloirs de l’espace Génération Climat, espace ouvert à la société civile au Bourget, quand je l’ai rencontré.

Ses solutions pour le climat : 

1/ Penser comme un indien, être en harmonie avec la Nature 

2/ Faire un geste quotidien

3/ Communiquer aux autres que vous êtes connectés avec la Nature.

Penser comme un indien ?

L'anthropologue Philippe Descola, en décembre 2015
L'anthropologue Philippe Descola, en décembre 2015 Crédits : Marie Viennot - Radio France

C’est cette solution que nous avons faite commenter par Philippe Descola, philosophe de formation, ethnologue, anthropologue au CNRS, il enseigne au Collège de France dans la chaire Anthropologie de la Nature. Il a mené l’enquête de 1976 à 1979 chez les Jivaros Achuar de l'Amazonie équatorienne, dont il a étudié notamment les relations à l’environnement, sujet de sa thèse qu’il a soutenu en 1983 sous la direction de Claude Lévi-Strauss. « Penser comme un indien, je n’y suis jamais arrivé confie-t-il ». Il nous livre son expérience et ses réflexions sur les savoirs que l’école pourraient enseigner : l’écologie scientifique, l’anthropologie.

Écouter
2 min
"Cette idée que l'on puisse vivre comme un Amérindien est un bon slogan, mais cela paraît difficile à réaliser"

Philippe Descola nous rappelle que le mot Nature n’existe que dans le monde occidental. Il n’y a pas de concept équivalent dans les autres civilisations. La Nature c’est l’idée d’un monde, objet naturel qui serait séparé des humains. C’est une façon de penser le monde qui nous a mené à la catastrophe à venir. Peut-on renverser la vapeur ??? Oui, c’est possible, voici quelques conseils pour une éducation sensible, une éducation d’attention. Ecoutez, et testez avec vos enfants, vos proches, vous-même :

Écouter
4 min
Écouter

Philippe Descola évoque des choses tout à fait élémentaires, comme connaître le cycle de l’eau, de la source à son robinet, se mettre à la place d’un oiseau que l’on verrait voler au dessus d’une ville, cultiver la curiosité, être humble, réaliser que l’homme est fait d’eau et de bactéries, cesser de faire comme si les ressources naturelles n’étaient que des consommables, enseigner l’écologie scientifique et l’anthropologie à l’école.

ÉDUCATION, ÉDUCATION, ÉDUCATION 

Voici quelques solutions d'enfants pour le climat. Et vous ? Quelles sont les vôtres ? Nous en ferons analyser certaines.      
> Posté par FCpixel sur mardi 8 décembre 2015

On part de loin sur ce plan là. Alors que les COP existent depuis 21 ans, il a été question d’éducation pour la première fois cette année au Bourget le 4 décembre, lors d’une journée thématique. Voici la présentation de la journée par l’ONU. L’éducation n’est pas en soi un enjeu des négociations, le texte n’en fait pas mention, mais il y a eu pléthore de side-events (ces conférences qui se tiennent en marge des négociations), sur ce thème. Le ministère de l’Éducation nationale a organisé un Thematic Day sur l’éducation à l’environnement et au développement durable, en présence de Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, de Rachid Belmokhtar, ministre de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle du Maroc (pays organisateur de la COP 22) et d'Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO. En suivant ce lien, vous retrouverez la vidéo (1h20) de la conférence organisée à la COP21 sur ce thème. Actuellement, en France le développement durable est enseigné en classe de 5ème dans le programme de géographie :

Programme d'histoire, de géographie et d'éducation civique de 5ème

De façon expérimentale, dans certains établissements, des élèves peuvent devenir des éco-délégués, ambassadeurs de l’environnement et du développement durable auprès de leurs camarades de classe. A Paris, des ateliers intitulés « petits écolos » sensibilisent les enfants aux questions climatiques.

Yves Reinkein, parlementaire belge écologiste
Yves Reinkein, parlementaire belge écologiste Crédits : Marie Viennot - Radio France

Beaucoup d'associations ont mobilisé les enfants autour du thème du changement climatique à l'occasion de cette COP21. Les dessins diffusés dans la vidéo ci-dessus étaient exposés sur le stand de l'association Solidarité Laïque dans l'espace Génération Climat ouvert à la société civile au Bourget. Plusieurs de ces associations se sont réunies autour du collectif Paris Éducation 2015 pour exiger que l'éducation ait sa place dans cette COP21. Rassemblant des pédagogues, des membres d’association et de partis politiques, ce collectif a publié un livre à cette occasion : « Manifeste pour une éducation à la citoyenneté planétaire ». Pour vivre à 10 milliards, changeons l’éducation, affirme ce livre.

Pour cela, il faut revoir les objectifs que l’on assigne à l’école, Yves Reinkein, parlementaire belge écologiste :

Écouter
2 min
Écouter
  • Travailler dans une démarche de solidarité et pas de compétition - Remettre en cause l’idée de croissance infinie

SE DÉPLACER

France Sauvage est conductrice de bus. Rencontrée dans la navette (au diesel) qui avant l’ouverture du Bourget menait les journalistes de la sortie du RER B au centre d’exposition. Très en colère, elle interpellait chacun de nous sur cette COP21 à venir, nous demandant comment on pouvait rentrer à l’intérieur et faire entendre sa voix dans les négociations.

Ses solutions au climat : 1/ La voiture électrique pour tous 

2/ La fin des lobbys 

3/ Des médicaments écologiques 

4/ Des jardins dans les villes pour cultiver ses propres fruits et légumes

La voiture électrique pour tous ? Oui, mais...

C’est cette solution que nous avons faite analyser par Bernard Jullien, économiste et directeur du GERPISA, Groupe d’Etudes et de Recherches Permanent sur l’Industrie et les Salariés de l’Automobile.

Bernard Julien, économiste et directeur du GERPISA
Bernard Julien, économiste et directeur du GERPISA Crédits : Radio France

Pendant la COP21, la ministre de l’environnement Ségolène Royal a lancé un appel à projet pour une voiture électrique à moins de 7000 euros.

Est-ce possible ?

OUI, affirme Bernard Jullien, mais…

Écouter
2 min
Écouter

La voiture électrique pour tous, est-ce souhaitable et écologique ? Oui, continue Bernard Jullien, à condition de…

Écouter
2 min
Écouter

Il s'agit donc selon lui de revoir les normes de sécurité, prévoir des voies à part pour les véhicules électriques, encourager le partage des véhicules, pas seulement à Paris, repenser l’ensemble des autres mobilités, et relancer une réflexion systémique sur les transports.

ÉCONOMISER L'ÉNERGIE

Myriam Maestroni a longtemps travaillé chez Primagaz. En 2011 elle a crée son entreprise « Economie d’énergie ». 10 salariés il y a 4 ans, 100 aujourd’hui, elle est aujourd'hui bénéficiaire. Son business : aider les entreprises à limiter leur consommation d’énergie et à pénétrer le marché de la transition énergétique, et favoriser les changements de comportements au sein des entreprises. Elle organisait une conférence de presse en amont de la COP, mettant en avant ses clients notamment Auchan et BNP Paribas. Son ambition : « faire grossir le gâteau vert » en permettant à ses clients d’en prendre une part, créer une économie de la rénovation et imposer l’idée d’une 5e énergie.

Ses solutions au climat : 1/ Un équilibrage du mix énergétique en France, où le nucléaire est sur-représenté 

2/ L’Europe de l’efficacité énergétique 

3/ Se focaliser sur la 5e énergie, celle que l’on ne consomme pas.

Se focaliser sur la 5e énergie
Il y 6 usages de l'énergie. Le premier usage date de la préhistoire pour la cuisson des aliments. Avec les Romains est apparu l’usage sanitaire, les bains et le chauffage. Après la bougie, le 20ème siècle nous a amené l’éclairage, les 30 glorieuses l’électroménager, et ses dernières années les nouvelles technologies. Résultat, nous consommons toujours plus d’énergie, et disons le net, nous sommes aujourd’hui électro-dépendant. François Moisan est directeur de la stratégie de  l’ADEME, l’Agence de maîtrise de l’énergie. Pour lui, il y a eu des progrès, mais le bâtiment reste le point noir :

Écouter
2 min
Écouter
People change not climate change
People change not climate change Crédits : Radio France

Les solutions on les connaît : mettre son chauffage à 19 degrés, prendre des douches, ne pas laisser ses appareils en veille…

Mais ces actes individuels font-ils réellement la différence ?

Est-ce le particulier qui détient les clefs du changement climatique, ou les entreprises ?

Écouter
2 min
Écouter

Où en êtes-vous vous ? 

S'ALIMENTER

L’alimentation représente un tiers des émissions de gaz à effet de serre : culture, élevage, intrans, transport, cuisson. Un changement dans les pratiques agricoles est souvent revenu via vos contributions.

L'agro-écologie

De façon générale, il s'agit d'un ensemble de pratiques qui vise à fortement diminuer les intrants (pesticide, pétrole, et énergies fossiles ou électriques) au profit de la diversification des cultures, de la couverture végétale des sols, de la mise en prairie des élevages, d'économie et/ ou d'optimisation de l'irrigation etc... L'agriculture BIO est l'une des émanations de l'agro-écologie.

Née en France dans les années 70, cette façon d'envisager la production agricole en respectant la nature s'est d'abord développée indépendamment des institutions agricoles type INRA, institutions qui depuis quelques années consacrent enfin des programmes de recherches à cette question. Le ministère de l’Agriculture a lancé un projet pour développer l’agro-écologie en France il y a un an.

Pierre Rabhi, en décembre 2015
Pierre Rabhi, en décembre 2015 Crédits : Marie Viennot - Radio France

Pierre Rabhi est l'un des plus infatigables promoteurs de l'agro-écologie.

Il pense cependant qu'elle ne s'imposera pas de sitôt :

Écouter
3 min
Écouter

La meilleure façon de changer selon lui, c'est de changer soit même. "Je ne suis pas né pour un Produit National Brut" :

Écouter
2 min
Écouter

Pierre Rabhi à écouter aussi ce vendredi dans "Les Matins"

Ne pas troquer son existence contre un salaire Etre en cohérence avec soit même Instaurer le bonheur

ET VOICI TOUTES VOS RÉACTIONS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

 Passez votre souris sur l'image pour profitez au mieux du diaporama, à découvrir ici :

La COP21 sur France Culture 

L'agriculture au service du Climat ?

L'aéronautique à l'heure de la COP21 et des économies d'énergie

La finance, dernier espoir pour le Climat ?

L'égalité hommes femmes, récent thème de négociation au sein de la COP

Bandeau COP21
Bandeau COP21 Crédits : Radio France

*Pixel réalisé avec le concours d'Eric Chaverou et Catherine Petillon 

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......