LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

NSA, Prism et consorts : quoi de neuf ?

46 min
À retrouver dans l'émission

Depuis une dizaine de jours, nous vivons au rythme des révélations fournies par un jeune homme de 29 ans du nom d’Edward Snowden, employé par un sous-traitant de la NSA (l’Agence de Sécurité Nationale américaine), aux journalistes du Guardian et du Washington Post . Où l’on a appris successivement que la NSA avait obtenu l’autorisation de saisir des données provenant de Verizon, un des principaux fournisseur de téléphonie mobile américaine, qu’un système du nom de Prism permet à la NSA d’obtenir des données provenant de 9 des plus grandes entreprises numérique (dont Google, Facebook, Apple…), on l’on apprenait encore qu’un système du nom de Boundless permettait non seulement de collecter les données mais de les classer et les indexer. Et où l’on apprenait plus récemment que les Etats-Unis menaient des opérations de cyber-espionnage sur les réseaux chinois. Soit que l’Etat américain écouterait son peuple et les peuples des autres pays. Les conséquences ne se sont pas fait attendre : le président Obama, ainsi que les agences de renseignement, ont du se justifier de ce système de surveillance globale, de vifs débats ont lieu au Congrès américain mais également ailleurs dans le monde. Tout cela sur fond de roman d’espionnage, Ed Snowden étant apparu à visage visage découvert dans un entretien depuis Hong-Kong, avant de disparaître.

Et des questions ont surgi : comment se fait-il que de tels systèmes existent, et légalement ? sont-ils efficaces dans les buts qu’ils se donnent (et prioritairement bien sûr la lutte anti-terroriste) ? Jusqu’où pouvons-nous accepter d’être surveillé pour être protégé ? S’en est-il fini de la vie privée ? Mais après 7 ans de « Place de toile » où l’actualité nous a maintes fois donné l’occasion de poser ces questions, s’en pose une autre : quoi de neuf dans ces nouvelles révélations ?

Jean-Marc Manach
Journaliste, rédacteur en chef du « Vinvinteur » (France 5), spécialisé dans les questions de surveillance, comme en témoigne le blog qu'il tient sur LeMonde.fr, « Bug Brother ». Auteur de La vie privée, un problème de "vieux cons" ? et de Au pays de Candy : enquête sur les vendeurs d’armes de surveillance numérique dont il était venu nous parler ici @manhack sur twitter.

Jérôme Thorel
Journaliste indépendant, auteur et documentariste. Il s’est intéressé très tôt à la portée disciplinaire des techniques numériques, au point de s’engager dans divers collectifs de veille sur la société de surveillance. Il a participé aux Big Brother Awards et est membre de l’ONG britannique Privacy International. Il collabore à des organes de presse indépendants, comme le bimestriel Zelium et le journal en ligne Reflets.info . Il est l'auteur, récemment, de « Attentifs ensemble !, L'injonction au bonheur sécuritaire » (La Découverte).

Musique : 56K par RAC.
Lecture de la semaine

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/12/98b8017a-559b-102e-80a0-fcfcfc001444/838_internetactunouveaulogo2.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="logo InternetActu.net" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/12/98b8017a-559b-102e-80a0-fcfcfc001444/838_internetactunouveaulogo2.jpg" width="150" height="38"/>
logo InternetActu.net Crédits : Radio France

Le paradoxe de Twitter en diplomatie

La lecture de la semaine provient d’un site du nom Apuntes internacionales, qui réfléchit sur l’état et l’avenir des médias. Il reçoit des contributions en langues anglaise et espagnole. Le texte que j’ai traduit a été écrit par Jorge Heine, professeur dans l’Ontario, ancien ambassadeur du Chili en Afrique du Sud et en Inde. Il s’intitule « Le paradoxe de Twitter en diplomatie ». Jorge Heine commence par noter que les relations internationales et la conduite de la politique extérieure évoluent sous l’effet des nouvelles technologies et que « dans ce cadre, Twitter est une plateforme-clé. Elle nous permet de comprendre ce que j’appelle (...) Suite.

Le bureau #Facebook Que va changer l'introduction du hashtag sur facebook ? Je vais prendre les mots les uns après les autres... « Facebook » d'abord... mais... il y a encore des gens sur cette plateforme après la découverte de Prism dont on discute aujourd'hui dans la Place ?! J'en ai peur. Moi-même je voudrais y être le moins possible, mais comme tout le monde se réunit là... ben j'y garde un pied, c'est comme s'obstiner à garder un pied dans le monde tout en le trouvant détestable, dangereux... Dénoncer par les propos, soutenir par la présence... dissonance cognitive... que puis-je faire de toi ? Il n'y a guère que le Japon... et peut-être (...) Suite .

Place de la Toile - #pdlt

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="twitter" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.jpg" width="300" height="111"/>
twitter

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......