LE DIRECT
La Loi de Lynch, de Cecil B. DeMille (1933)

D comme Cecil B. DeMille : "Il faut se laisser emporter par son cinéma, ses extravagances et parfois ses contradictions"

59 min
À retrouver dans l'émission

Plan Large sur le cinéaste américain Cecil B. DeMille, colosse du divertissement et authentique auteur à la fois, avec les historiens du cinéma Pierre Berthomieu et N.T. Binh.

La Loi de Lynch, de Cecil B. DeMille (1933)
La Loi de Lynch, de Cecil B. DeMille (1933) Crédits : Paramount / Elephant Films

Produire des films pour son propre plaisir ou pour l’admiration d’une petite coterie d’esprits semblables est une occupation honorable. Produire des films pour le divertissement du public ne l’est pas moins. Il y aurait un snobisme imbécile à nier n’importe laquelle de ces deux propositions. Ma profession consiste à réaliser des films de divertissement populaire. Cecil B. DeMille. 

Cecil B. DeMille : ce nom, à lui seul, incarne le classicisme et la démesure hollywoodienne, et pour cause. Cecil B. DeMille fut un des fondateurs d’Hollywood, en 1914, et y inventa nombre des formes qui ont constitué ce langage universel qui allait déferler sur le monde entier. En 40 ans de carrière et 80 films, il aura attiré à lui seul quatre milliards de spectateurs. Un film, son dernier, Les Dix Commandements, a gravé à jamais dans les tables de l’Histoire du cinéma l’image d’un cinéaste mégalomane et grandiloquent, spécialiste du péplum biblique et kitsch, des foules gigantesques et du pompiérisme emphatique. Sauf que des péplums, Cecil B. DeMille n’en a réalisé que 8, des bibliques, que 4. Sa filmographie est d’un éclectisme surprenant, et non seulement dans sa période muette, sans doute la meilleure. Six de ses longs métrages parlants sortent simultanément en DVD et Blu-Ray, et en version restaurée : deux péplums, certes, et pas des moindres, Le Signe de la Croix et Cléopâtre, deux westerns, Les Tuniques écarlates et Les Conquérants d’un nouveau monde, un film d’aventures maritimes, Les Naufrageurs des mers du sud, et une rareté, inédite en DVD : La Loi de Lynch

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L’occasion pour Plan Large de dégager quelques lignes de force thématiques et stylistiques dans l'oeuvre de Cecil B. DeMille avec Pierre Berthomieu, historien du cinéma, qui a notamment consacré un chapitre au cinéaste dans son livre monstre Hollywood Classique : Le Temps des géants, ça s’appelait « Le Canon Cecil B. DeMille : au commencement et à la fin du monde. » et le critique et historien N.T. Binh.

Le cadre chez Cecil B. DeMille est une caverne à trésors, dans lequel ça déborde de partout. Il a ce goût de l’extravagance visuelle et verbale, avec des dialogues ornés, et littéraires, sans aucun second degré. C'est ce qui apporte toute la poésie et l'imaginaire de son cinéma... Pierre Berthomieu

Cecil B. DeMille sur le tournage des Naufrageurs des mers du Sud en 1941
Cecil B. DeMille sur le tournage des Naufrageurs des mers du Sud en 1941 Crédits : Paramount / Elephant Films (2018)

En fin d’émission, la chronique de N.T. Binh sur la sortie en DVD des films Payroll (Les Gangsters) de Sidney Hayers (1961), Pool of London (Les trafiquants de Dunbar), de Basil Dearden (1951), The Blue Lamp (La Lampe Bleue), de Basil Dearden (1950). Ces trois éditions inaugurent une nouvelle collection "Suspense Made in UK" éditée chez Tamasa, avec en figure de proue Basil Dearden, cinéaste phare des studios Ealing, qui inaugurait avec The Blue Lamp un genre typiquement britannique : le film policier aussi réaliste qu’influencé par les films noirs américains. 

The Blue Lamp (La Lampe Bleue) de Basil Dearden (1950)
The Blue Lamp (La Lampe Bleue) de Basil Dearden (1950) Crédits : Tamasa

Extraits de films diffusés 

  • Le Signe de la Croix, de Cecil B. DeMille (1932)
  • Cléopâtre, de Cecil B. DeMille (1934)
  • Les Tuniques écarlates, de Cecil B. DeMille (1940)
  • Les Conquérants du Nouveau Monde, de Cecil B. DeMille (1947)
  • Les naufrageurs des mers du Sud, de Cecil B. DeMille (1942)
  • La Loi de Lynch, de Cecil B. DeMille( (1933)
  • Les Flibustiers, de Cecil B. DeMille (1938)
  • The Blue Lamp (Police sans armes), de Basil Dearden (1950)
  • Pool of London (Les Trafiquants du Dunbar), de Basil Dearden (1951)
  • Payroll (Les Gangsters), de Sidney Hayers (1961)
Intervenants
  • Maître de conférences des universités, responsable du niveau L1 et L3 Arts du Spectacle, spécialiste du cinéma
  • Journaliste, critique, enseignant de cinéma (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......