LE DIRECT
Kirk Douglas, lors d'une séance photo pour le film Champion, de Mark Robson, réalisé en 1949

D comme Kirk Douglas, le violent vulnérable

59 min
À retrouver dans l'émission

De ses premiers rôles chez Jacques Tourneur ou Joseph L. Mankiewicz dans les années 1940 à ses personnages les plus marquants chez Vincente Minnelli ou Stanley Kubrick, Plan Large sur Kirk Douglas, icône du cinéma classique hollywoodien, qui vient de disparaître à l'âge de 103 ans.

Kirk Douglas, lors d'une séance photo pour le film Champion, de Mark Robson, réalisé en 1949
Kirk Douglas, lors d'une séance photo pour le film Champion, de Mark Robson, réalisé en 1949 Crédits : Allan Grant/The LIFE Picture Collection - Getty

La vertu n’est pas photogénique, j’ai construit une carrière en jouant les fils de pute.                                  
Kirk Douglas, dans son autobiographie "Le Fils du chiffonnier" (1988)

C’était, selon la formule consacrée, un des derniers (n’oublions pas Olivia de Havilland !) monstres sacrés d’Hollywood, et sa disparition a fait replonger notre imaginaire cinéphile dans cette période particulière du cinéma américain, l’âge classique finissant et luttant contre les coups de boutoir de la télévision à coups de films spectaculaires et tourmentés. 

Kirk Douglas est un anti-John Wayne, c'est un personnage moderne dans le western. Il exhibe ses failles, il ne sait pas être ironique quand la faiblesse est derrière la force. (...) Une des clés de sa personnalité, c'est qu'il n'y a aucune ambiguïté chez lui. N.T. Binh

Une ère qui vit, dans l’immédiat après-guerre, apparaître de nouveaux héros, des durs à cuire désabusés, dont le plus sombre d’entre eux, le plus cynique, le plus asocial et le plus névrosé était Kirk Douglas. Avec son torse puissant d’athlète, son animalité férocement érotique, son visage si particulier : sourire carnassier, pommettes hautes et menton en galoche orné d’une fossette aussi profonde que légendaire (« mais comment fais-tu pour raser ça ? », lui demandait Kim Novak dans Liaisons secrètes), l’œil fiévreux voire exorbité, un visage anguleux mais d’une rare mobilité lui permettant d’alterner sur-jeu outrancier et sous-jeu d’une ténébreuse intériorité.

Kirk Douglas était sans doute le plus masochiste des acteurs hollywoodiens, et n’aura jamais craint d’incarner des personnages antipathiques, constituant très sciemment une filmographie des plus impressionnantes, comme une encyclopédie de tous les grands cinéastes de l’époque : de Robert Aldrich à Billy Wilder, en passant par De Toth, Howard Hawks, Elia Kazan, Stanley Kubrick, Jacques Tourneur et bien sûr Minnelli

Kirk Douglas ne veut pas de rôle unidimensionnel. Chez Vincente Minnelli, il trouve ces personnages à la psychologie déséquilibrée, à la recherche d'un idéal où la création est toujours au cœur. Christophe Leclerc

Mais la star avait vite compris que pour avoir son mot à dire, il fallait prendre le pouvoir, et devenir ce producteur paradoxal qu’il était : tyrannique dans ses tournages, mais progressiste dans ses sujets, à l’image de ce Spartacus qu’il restera à jamais dans nos mémoires. Pour rendre hommage au Captain Kirk Douglas, aujourd’hui dans Plan Large, Christophe Leclerc, auteur de Kirk Douglas, le fauve blessé, et le Viking de Plan Large, N.T. Binh

En fin d'émission, la chronique de Charlotte Garson, sur l'édition prestige limitée en Blu-Ray et DVD du film Autopsie d’un meurtre, d’Otto Preminger, chez Carlotta. Fac-similé en anglais du livre Anatomy of a Motion Picture, jeu de photos, l’affiche originale signée Saul Bass, et côté bonus, le rare et passionnant entretien accordé par Otto Preminger à André S. Labarthe. Mais le bijou, c’est le film, dont la restauration rend justice à la superbe photographie en noir et blanc de Sam Leavitt, et qui est moins l’autopsie d’un meurtre que celle d’un système judiciaire, disséqué dans tous les détails de son processus, celui d’un jeu de stratégie où la vérité n’a finalement pas beaucoup d’importance.

James Stewart dans Autopsie d'un meurtre, un film d'Otto Preminger (1959)
James Stewart dans Autopsie d'un meurtre, un film d'Otto Preminger (1959) Crédits : 1959, renouvelé 1987 Otto Preminger FILMS, LTD / Carlotta films

Les recommandations de Plan Large

Autour de Kirk Douglas : Hommage à Kirk Douglas, en quatre films à la Filmothèque du Quartier Latin à Paris, à partir du 12 février. Une biographie richement illustrée est parue en 2019 aux éditions Riveneuve signé Georges Di Lallo, et intitulé tout simplement Kirk Douglas. Les mémoires de Kirk Douglas, Le fils du chiffonnier, est chez Archipoche. Et si vous voulez en savoir plus sur le tournage du légendaire Spartacus de Stanley Kubrick, du point de vue de sa star et producteur, le livre de Kirk Douglas, I am Spartacus !, est édité par Capricci. Le film Les Vikings, de Richard Fleischer est édité en Blu-Ray et DVD chez Rimini éditions. 

Ressorties : Le lieu du mélodrame, de Joseph Morder, est projeté le Mardi 11 février à 13 heures au Saint André des Arts à Paris avec la présence du cinéaste et d'Alain Cavalier. Et L'Homme du Sud, de Jean Renoir est ressorti en salles, en version restaurée, depuis mercredi 5 février. 

Festivals : le Festival Extrême cinéma du 7 au 15 février à la Cinémathèque de Toulouse ; le Festival Travelling à Rennes, a lieu du 11 au 18 février avec pour thématique Beyrouth au cinéma ; La 11ème édition du Festival Filmer le travail, se déroule du 7 au 16 février à Poitiers. 

Les extraits de films

  • Spartacus, de Stanley Kubrick 1(960)
  • Le Gouffre aux chimères (Ace in the Hole ou The Big Carnival) de Billy Wilder (1951)
  • La Captive aux yeux clairs (The Big Sky) de Howard Hawks (1952)
  • Les Ensorcelés (The Bad and the Beautiful) de Vincente Minnelli (1952)
  • Les Sentiers de la gloire (Paths of Glory) de Stanley Kubrick (1957)
  • Les Vikings (The Vikings) de Richard Fleischer (1958)
  • L’Arrangement (The Arrangement) d'Elia Kazan (1969)
  • Vingt Mille Lieues sous les mers (20,000 Leagues Under the Sea) de Richard Fleischer (1954)
  • Deux extraits de Autopsie d'un meurtre, d'Otto Preminger (1959)
Intervenants
  • Historien du cinéma, spécialiste de T.E. Lawrence
  • Journaliste, critique, enseignant de cinéma (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Rédactrice en chef adjointe des Cahiers du cinéma
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Chronique

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......