LE DIRECT
Episode 17 de la saison 3, Twin Peaks The Return de David Lynch

David Lynch, retour à Twin Peaks : "Ce n'est ni un film, ni une série, c'est un tout, une manière d'être"

59 min
À retrouver dans l'émission

Il aura fallu 8 mois de tournage, 240 personnages, 800 pages de scénario pour réaliser la saison 3 de Twin Peaks signée David Lynch. Plan Large sur la série-monde, culte et mystérieuse, en compagnie de l'essayiste Pacôme Thiellement, le cinéaste Bertrand Mandico, et le journaliste Mathieu Macheret.

Episode 17 de la saison 3, Twin Peaks The Return de David Lynch
Episode 17 de la saison 3, Twin Peaks The Return de David Lynch Crédits : Universal

Il n'y a rien de plus beau que le mystère. Je crois qu'on rend les gens malheureux en résolvant tous les mystères. Un mystère résolu, vous l'oubliez et vous passez au suivant. Un mystère non résolu, c'est frustrant, mais c'est comme un cadeau. Ça fait naître des idées, ça vous fait penser, rêver. David Lynch à propos de Twin Peaks, dans Les Cahiers du Cinéma en décembre 2017

25 ans après l’interruption de la série Twin Peaks, par son diffuseur, la chaîne ABC, David Lynch, cinéaste littéralement visionnaire, pour ne pas dire medium et chaman, a donné une suite à ce qui fut non seulement la mère de toutes les grandes séries d’auteurs contemporaines, mais surtout le creuset d’alchimiste où l’artiste total trouva l’or pur qui réinventa son cinéma. Après sa diffusion en France l’année dernière sur Canal , voilà que _Twin Peaks : The Return_est enfin disponible, depuis mardi dernier, sous la forme idéale de coffret DVD ou Blu-Ray. Une série télévisée dans Plan Large, c’est une première ! Ce serait oublier que David Lynch, qui l’a entièrement réalisée et co-écrite avec son complice des origines, Mark Frost, a conçu son retour comme un long film de presque 18h, un film-somme qui convoque, comme dans une séance de spritisme, toute sa filmographie, d’Eraserhead à Inland Empire. Dix ans après avoir tourné ce dernier film, et alors qu’on le croyait perdu pour de bon pour le cinéma, éreinté qu’il était des difficultés à imposer ses visions à de frileux financiers, David Lynch réapparaît en créateur libre comme jamais et dans la totale plénitude de son art, comme en état de grâce. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour nous guider dans les arcanes et les mystères de ce film-monde qu’est Twin Peaks : The Return, aujourd’hui dans Plan Large : le cinéaste Bertrand Mandico, l’auteur des stupéfiants Garçons Sauvages (en salles depuis le 28 février), marqué dès l’enfance par David Lynch, et le pop philosophe Pacôme Thiellement, essayiste fécond et auteur, notamment, de l’indispensable La main gauche de David Lynch (PUF) tous deux accompagnés de Mathieu Macheret, journaliste cinéma au Monde

David Lynch est le seul cinéaste qui arrive à me faire peur de façon métaphysique. Après avoir vu la saison 3 de Twin Peaks, je me suis même demandé si je pouvais continuer à tourner des films. Ce fût une cure de jouvence. Bertrand Mandico

Le personnage de Laura Palmer, dans Twin Peaks de David Lynch
Le personnage de Laura Palmer, dans Twin Peaks de David Lynch Crédits : Universal

En dernière partie d’émission, la chronique de Mathieu Macheret sur la rétrospective en 6 films (en versions restaurées) du cinéaste japonais, prolifique, subversif et libertaire, Seijun Suzuki. Devenu culte, il a inspiré aussi bien Wong Kar-Wai que Quentin Tarantino, en déconstruisant les genres et dynamitant le cinéma de divertissement, au sein du prestigieux studio de cinéma la Nikkatsu. Six de ses films réalisés entre 1963 et 1967 sont en salles depuis le 28 mars et en coffret DVD-Blu Ray chez Elephant Films : Détective Bureau 2-3 (1963) et La jeunesse de la bête (1963), Histoire d’une prostituée (1965), Le vagabond de Tokyo (1966), La barrière de chair (1964), La Marque du tueur (1967).

Seijun Suzuki caresse et pique l’œil du spectateur. Son cinéma est un art fétichiste des surfaces. Mathieu Macheret

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Liste des extraits diffusés : 

  • Extrait de l'épisode 1, saison 3 de la série Twin Peaks
  • Générique de Twin Peaks, signé Angelo Badalamenti
  • Extrait de l'épisode 4, saison 3 de la série Twin Peaks
  • Extrait de l'épisode 1, saison 1 de la série Twin Peaks
  • Extrait de l'épisode 3, saison 1 de la série Twin Peaks
  • Extrait de l'épisode 8, saison 3 de la série Twin Peaks
  • Extrait de l'épisode 1, saison 3 de la série Twin Peaks
  • Chanson Mississippi interprété par The Cactus Blossoms dans l'épisode 3 de la saison 3 de Twin Peaks
  • Extrait de La Barrière de chair, de Seijun Suzuki (1964)
  • Extrait de La Marque du tueur, de Seijun Suzuki (1967)
  • Extrait de Le Vagabond de Tokyo, de Seijun Suzuki (1964)

Bibliographie

Pop Yoga

Pop YogaPacôme ThiellementSonatine Editions, 2013

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
Chronique

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......