LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Adam Driver et l'équipe de tournage du film L'Homme qui tua Don Quichotte de Terry Gilliam

Cannes 2018, miracles et mystères

59 min
À retrouver dans l'émission

Plan Large sur le 71ème Festival International du Film de Cannes, un festival de miracles et de mystères, avec les cinéaste Alice Rohrwacher, Lee Chang-dong, Terry Gilliam, et pour dresser un bilan de cette édition : Michel Ciment.

Adam Driver et l'équipe de tournage du film L'Homme qui tua Don Quichotte de Terry Gilliam
Adam Driver et l'équipe de tournage du film L'Homme qui tua Don Quichotte de Terry Gilliam Crédits : Océan Films

Alors que s’achève la 71e édition du Festival International du Film,le pari de renouvellement, nolens volens, de sa sélection par le délégué général Thierry Frémaux a payé., la compétition fût de très bonne tenue. En fin d’émission, Michel Ciment, dont on a fêté ici la 50ème participation, par ailleurs président du jury de la FIPRESCI, qui décerne les prix de la critique internationale, nous donne sa lecture de ce marathon cinéphile.

Auparavant, le cinéaste américain Terry Gilliam, qui s’apprête à présenter en clôture de Festival, l’œuvre qui l’a hanté pendant près de 30 ans, un de ces films maudits qui font la légende du cinéma, et que jusqu’à hier, ses démêlés judiciaires, dignes d’un feuilleton à suspense, maintenaient dans un risque d’interdiction. La justice a tranché : L’Homme qui tua Don Quichotte sera bien projeté en clôture du festival ce soir et sur les écrans dans toute la France. C’est un Terry Gilliam soulagé et enjoué que nous avons rencontré sur une terrasse cannoise.

Le cinéma est un objet dangereux, la fiction est beaucoup plus puissante que la réalité. Elle permet de montrer mes espoirs et mes cauchemars. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Miracle encore avec le magnifique Lazzaro Felice, Heureux comme Lazzaro, de l’Italienne Alice Rohrwacher, prétendante sérieuse à la Palme d’or avec cette fable hors du temps et pourtant terriblement contemporaine. Alice Rohrwacher sera-t-elle la seconde cinéaste féminine à remporter le trophée suprême ? 

Un film, c'est le fruit et le travail d'une identité collective. Ce film ne traite pas du regard de Lazzaro sur le monde, mais le regard que porte le monde sur lui. J'ai voulu maintenir une pudeur de la narration.

C’est à la Quinzaine des Réalisateurs qu’on avait découvert la cinéaste, sœur de l’actrice Alba Rohrwacher, qui joue dans tous ses films. Avec Lazzaro Felice, Alice Rohrwacher raconte plusieurs décennies de transformations brutales d’une société italienne fondée de tous temps sur l’exploitation la plus cynique, des paysans d’hier aux migrants d’aujourd’hui, et s’inscrit dans la grande histoire du cinéma italien. Rencontre avec une cinéaste en état de grâce, dans un couloir du Palais des Festivals.

"En Italie, il ne faut plus penser l'opposition entre le Nord et le Sud, mais entre intérieur et extérieur. Alice Rohrwacher

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Dans cette belle compétition, on a ainsi pu y découvrir le mystérieux film noir du grand cinéaste coréen Lee Chang-dong, Burning, qui explore des zones grises et indécises, la déchirure intérieure qui traverse tout Coréen. Cinéaste rare, que Lee Chang-dong : seulement 6 films depuis qu’on l’avait découvert en 1997 avec Greenfish. Peppermint Candy, Oasis, Secret Sunshine et Poetry l’ont installé au plus haut d’un pays déjà riche en grands auteurs. 

Mon rôle en tant qu'artiste, c'est de poser des questions, plutôt que de donner une réponse. Ce film nous invite à regarder le mystère du monde dans lequel nous vivons aujourd'hui.

Lee Chang-dong a adapté pour ce nouveau film une nouvelle du romancier japonais Haruki Murakami, Les Granges brûlées, qu’il a hybridée avec une autre nouvelle, du même titre, Barn Bunrning, L’Incendiaire en français, signée William Faulkner. De ces sources nippo-américaines, il tire un film profondément coréen. Nous avons rencontré Lee Chang-dong, tout au bout du ponton d’un grand hôtel cannois, les pieds dans la Méditerrannée. (Interprète : Choi Yun-jung)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Programmation :

  • Extrait de Plaire, aimer et courir vite de Christophe Honoré (2018)
  • Extraits de Lazzaro Felice, d'Alice Rohrwacher (2018)
  • Extrait de Burning, de Lee Chang-Dong (2018)
  • Musique : Ascenceur pour l'échafaud, de Miles Davis
  • Archive : Jean Rochefort dans l'émission Tout arrive le 21 juillet 2003 sur France Culture
  • Extrait de L'Homme qui tua Don Quichotte, de Terry Gilliam (2018)
  • Extrait de Les Eternels de Jia Zhang-Ke (2018)
  • Musique : Gruppa Krovi / Blood Type du groupe Kino, mené par Viktor Tsoi (1988)

Bibliographie

Burning de Lee Chang-Dong (2018)

BurningLee Chang-DongDiaphana, 2018

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
Chronique
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......