LE DIRECT
Week-end, de Jean-Luc Godard (1967)

G comme Jean-Luc Godard, chapitre II : les années 1970

59 min
À retrouver dans l'émission

Sabotage, maoïsme et vidéo : plan large sur le cinéma politisé et expérimental de Jean-Luc Godard, celui des années 1970 - et notamment du groupe Dziga Vertov - qui a mis en crise les procédures du cinéma et inventé une manière politique d'en faire, par l'autocritique même de cette pratique.

Week-end, de Jean-Luc Godard (1967)
Week-end, de Jean-Luc Godard (1967) Crédits : Gaumont (France) / Ascot Cineraid (Italie)

Il ne faut jamais perdre de vue un piège que nous apporte l'intimidation culturelle autour de Jean-Luc Godard et de son oeuvre, c'est qu'il n'est pas un théoricien, mais un artiste. Il ne cherche pas la cohérence d'un discours théorique, il cherche les énoncés qui peuvent le faire avancer dans son travail d'artiste. David Faroult

Plan large ouvre le deuxième chapitre de la série d'émissions consacrée à Jean-Luc Godard, avec ce moment aussi mythique que mystérieux où celui qui, après une décennie à pulvériser le système, s’était imposé comme la principale figure de la modernité cinématographique, va prendre le maquis et disparaître, en apparence, pendant 10 ans. Or la vingtaine de films réalisés dans la période 1968-1979, encore largement méconnus, parce que peu distribués à l’époque comme maintenant, pour ne pas dire dénigrés, sont une étape décisive pour comprendre comment, en passant par le militantisme (militantisme hétérodoxe et parfois marxiste tendance Groucho), Godard a quitté sa position avantageuse d’auteur pour conquérir celle d’un artiste retiré du monde et plongé dans l’étude de son art, le cinéma, de son Histoire, et partant de celle de l’humanité toute entière. 

Dans "La Chinoise", il projette beaucoup ses propres préoccupations en essayant de les faire travailler par les personnages imaginaires sous l’influence du maoïsme. Qu’est-ce que serait une télévision démocratique, ou des questionnements sur l’Histoire du cinéma, et un renversement de l’image qu’on peut avoir dans l’opposition Lumière - Méliès. Même quand la référence principale devient Althusser et Mao, le théoricien invariant, c’est toujours Henri Langlois. David Faroult

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

C’est dans cette période, où il n’a jamais cessé d’inventer de nouvelles formes, tâtonnant souvent, parfois jusqu’à l’outrance, expérimentant aussi parmi les premiers ce nouvel outil qu’était alors la vidéo, que s’est forgée sa démarche singulière et solitaire, qui donnera bien plus tard les Histoire(s) du cinéma (dont il avait le projet dès 1973), et aujourd’hui le Livre d’images

Durant cette période, Jean-Luc Godard opposait deux formes, la violence contre l'ataraxie. (...) Mais il ne se prend jamais au sérieux. Il a toujours été fasciné par les discours politiques et en même temps, il en éprouve la futilité. Jean-Paul Fargier

Pour nous accompagner et nous guider dans ce complexe parcours cinématographico-politique, David Faroult, maître de conférences en cinéma à l’Ecole nationale supérieure Louis-Lumière, et auteur de la somme Godard, inventions d’un cinéma politique (Prix du livre de cinéma 2018, décerné par le Syndicat de la Critique de cinéma), et le cinéaste, vidéaste et théoricien Jean-Paul Fargier, observateur de premier plan de cette période en tant que membre fondateur de la revue maoïste Cinéthique, et auteur dès 1974 du premier livre consacré aux aventures du groupe Dziga Vertov.

En fin d'émission, la chronique de Fernando Ganzo, rédacteur en chef de la revue So Film sur l’étrange figure de l’écrivaine américaine Shirley Jackson, dont le roman fondateur The Haunting of Hill House publié en 1959, connaît sa troisième adaptation à l’écran, de Robert Wise en 1963 à la série Netflix réalisée par Mike Flanagan en 2018 pour Netflix. 

La Maison du diable, de Robert Wise (1963)
La Maison du diable, de Robert Wise (1963) Crédits : Swashbuckler Films

Les recommandations de Plan Large : autour de Jean-Luc Godard 

En DVD et Blu-Ray, Une femme mariée et Week-end de Jean-Luc Godard, sont édités en version restaurée par Gaumont. 

Godard / Sollers l’entretien, de Jean-Paul Fargier, est réédité en DVD le 10 avril 2019 (a.p.r.e.s éditions)

La chasse au Godard d’Abbittibbi, d’Éric Morin, est édité en DVD aux éditions Montparnasse. 

Réécoutez l'entretien inédit intégral de Jean-Luc Godard, pour La Grande Table, sur France Culture, diffusé en avril 2019. 

Extrait de films 

  • La Chinoise, de Jean-Luc Godard (1967)
  • Week-end, de Jean-Luc Godard (1967)
  • Vent d'Est, de Jean-Luc Godard (1969)
  • Tout va bien, de Jean-Luc Godard (1972)
  • Ici et ailleurs, de Jean-Luc Godard (1974)
  • One One, Sympathy for the devil, de Jean-Luc Godard (1968)
  • La Maison du diable, de Robert Wise (1963)
  • Extrait de la série Netflix The Haunting of Hill House, de Mike Flanagan (2018)

Bibliographie

Godard : inventions d'un cinéma politique, de David Faroult

Godard : inventions d'un cinéma politiqueDavid FaroultLes Prairies Ordinaires / Amsterdam, 2018

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
Chronique

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......