LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Image extraite du film "Israël, le voyage interdit, partie 3 : Pessah", de Jean-Pierre Lledo, en salles le 7 octobre 2020

"Israël, le voyage interdit" ou le retour du refoulé

1h
À retrouver dans l'émission

D'Alger à Jérusalem, Jean-Pierre Lledo a entrepris, aux côtés de sa productrice Ziva Postec, une quête sur ses origines, en réalisant un film fleuve, qui lui a ouvert les portes d'Israël, et de son Histoire trimillénaire. Rencontre avec un cinéaste arpenteur et une dentellière de l'ombre.

Image extraite du film "Israël, le voyage interdit, partie 3 : Pessah", de Jean-Pierre Lledo, en salles le 7 octobre 2020
Image extraite du film "Israël, le voyage interdit, partie 3 : Pessah", de Jean-Pierre Lledo, en salles le 7 octobre 2020 Crédits : Nour Films (2020)

Jean-Pierre Lledo, on le connaissait jusqu’à présent comme cinéaste algérien, marxiste et anticolonialiste, et donc comme il se doit pro-Palestinien et antisioniste, auteur d’une belle et émouvante trilogie introspective, Un rêve algérien, Algéries, mes fantômes et Algérie, histoires à ne pas dire, réalisée en 2003 et 2007, et consacrée à l’échec de son rêve d’une Algérie indépendante et multiethnique, laïque et fraternelle, qui était avant lui celui de son père, Pied Rouge d’origine catalane qui avait choisi de rester dans son pays natal après l’indépendance, en 1962. 

Extrait du film "Israël, le voyage interdit, de Jean-Pierre Lledo, en salles le 7 octobre 2020
Extrait du film "Israël, le voyage interdit, de Jean-Pierre Lledo, en salles le 7 octobre 2020 Crédits : Nour Films

En quête d'une (re)construction

Ce n'est pas un film sur Israël, c'est vraiment ma vision d'Israël, qui se traduit cinématographiquement, ou comment un œil se transforme et se métamorphose d'un endroit à un autre. Ce fut en même temps la déconstruction et la re-construction de mon regard. C'est la quête qui m'a aspirée pour faire ce voyage.                  
Jean-Pierre Lledo 

Et voilà qu’avec un film ample et riche, de plus de 11h, conçu en quatre parties, et sorti en salles depuis le 7 octobre, Jean-Pierre Lledo nous revient en cinéaste israélien, amoureux de la culture juive et de son histoire, héritage maternel refoulé pendant plus de 50 ans, et curieux de découvrir, et de faire découvrir, ce qui est devenu son pays. Que s’est-il passé ? C’est, entre autres, ce que raconte Israël, le voyage interdit, documentaire fleuve qui, sous la forme d’un road movie jalonné de rencontres plus étonnantes et passionnantes les unes que les autres, avec émotion, érudition et, souvent, humour aussi, avec un parti pris subjectif assumé, va à l’encontre de bon nombre d’idées reçues sur ce pays, son peuple et son histoire trimillénaire, et tente, après bien d’autres, de répondre, en cinéaste arpenteur qu’il est, à rien moins que ce qu’on appelle, depuis les Lumières, en passant par Karl Marx, Jean-Paul Sartre, Edgar Morin, la "question juive". 

Extrait du film fleuve "Israël, le voyage interdit", de Jean-Pierre Lledo, en salles depuis le 7 octobre
Extrait du film fleuve "Israël, le voyage interdit", de Jean-Pierre Lledo, en salles depuis le 7 octobre Crédits : Nour Films

Pour l’aider à donner forme à son voyage, notre invité a pu compter sur une bonne fée, qui a produit et monté sa quête en images : Ziva Postec, qui s’était déjà fait la main sur les films de Jacques Tati, Alain Resnais, Orson Welles et … Claude Lanzmann. Le montage de Shoah, et l’invention de sa forme, c’est elle, et nous sommes très honorés de la recevoir, aux côtés de Jean-Pierre Lledo. (La sortie du film s'accompagne de la publication du livre Le Voyage interdit. Alger-Jérusalem, de Jean-Pierre Lledo, aux éditions Les Provinciales). 

"Shoah" était un film sur la destruction des juifs d'Europe. "Israël, le voyage interdit" en est la réponse, c'est une suite nécessaire. Shoah représentait la mort, "Isräel, le voyage interdit", c'est la vie. J'étais comme une missionnaire pour faire ce film.                          
Ziva Postec

Le journal du cinéma 

En salles cette semaine : Yalda, la nuit du pardon, de Massoud Bakhshi ; L'Enfant rêvé, de Raphaël Jacoulot ; la ressortie de deux chefs-d'œuvre de John Huston en version restaurée : Au-dessous du volcan et Le Malin ; Relic, prometteur premier film de l'australienne Natalie Erika James. 

Festivals : Le Centre Pompidou ouvre ses portes aux Cahiers du Cinéma pour une programmation inédite "Le cinéma comme il va", du 15 au 25 octobre avec de nombreuses avant-premières inédites, et autant d'invité.es ; Le Festival International du film de la Roche sur Yon se déroule du 12 au 18 octobre avec en invité d'honneur, Eric Judor ; Et le 22ème Festival des cinémas différents et expérimentaux de Paris, a lieu du 7 au 18 octobre au Grand Action et à la Clef à Paris, accompagné d'une diffusion en ligne des films en compétition. 

Publications : Jean-Louis Trintignant, dialogue entre amis, avec Serge Korber (éditions de la Martinière) ; Le Roman de Godard, de Michel Vianey (réédition, Marest éditeur) ; la nouvelle équipe des Cahiers du cinéma republient quatre ouvrage d'Eric Rohmer, qui étaient jusqu'à alors épuisés : Le Goût de la beauté ; Contes des 4 saisons et Six contes moraux. Cette ressortie s'accompagne d'une projection du documentaire La Fabrique du Conte d'été, de Jean-André Fiechi et Françoise Etchegaray, ainsi que d'une lecture des scénarios des Contes des 4 saisons par huit acteur.ice.s rohmérien.ne.s au Cinéma du Panthéon et la librairie Cinélittérature le samedi 17 octobre à Paris. 

"Maternal", de Maura Delpero, corps à corps 

Rencontre avec la cinéaste italienne Maura Delpero, qui signe Maternal, son premier long-métrage de fiction, après être passée par le documentaire, et l'enseignement des lettres en Argentine. C’est dans ce pays, à Buenos Aires, plus précisément, qu’elle nous plonge dans un Hogar, un foyer de jeunes mères adolescentes tenu par des nonnes, dans ce pays où l’avortement est toujours illégal (la pandémie de Covid ayant encore repoussé le projet de loi promis par le président actuel). Il aura fallu quatre années de recherche et d’immersion dans ces foyers de mères célibataires, pour qu'elle réalise ce film qui joue avec les codes du documentaire, en mettant en scène notamment des actrices non-professionnelles, tout ça dans un huis-clos réaliste, intime, et radical.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

"Le Silence des agneaux", la monstruosité enfouie de l'ordinaire

En fin d'émission, la chronique de Mathieu Macheret sur la ressortie en salles depuis le 7 octobre, du chef-d'œuvre signé Jonathan Demme, Le Silence des Agneaux, le film aux 5 oscars les plus prestigieux, sorti sur nos écrans il y a près de 30 ans, et qui a terrorisé des millions de spectateurs à sa sortie. Sa ressortie est donc une excellente occasion d’actualiser notre regard sur lui, après des décennies de serial killers en tous genres sur les écrans grands et petits, et dans une époque où on ne sait si c’est son féminisme, avec son personnage d’enquêtrice débutante du FBI, "une jeune femme qui essaye d’en sauver une autre", comme la présentait son interprète, Jodie Foster, ou sa supposée homo- ou transphobie, avec son personnage de tueur transsexuel, qui sera retenu en sa faveur ou défaveur.

Jodie Foster et Anthony Hopkins, dans "Le Silence des agneaux", de Jonathan Demme en 1991, qui ressort en salles du 7 au 27 octobre
Jodie Foster et Anthony Hopkins, dans "Le Silence des agneaux", de Jonathan Demme en 1991, qui ressort en salles du 7 au 27 octobre Crédits : Ciné-Sorbonne (2020)

Les extraits de films et musiques 

  • Israël, le voyage interdit – Partie 1 Kippour, de Jean-Pierre Lledo (en salles le 7 octobre 2020)
  • Shoah, partie I, de Claude Lanzmann (1985)
  • Israël, le voyage interdit – Partie 3 Pourim, de Jean-Pierre Lledo (en salles le 7 octobre 2020)
  • Israël, le voyage interdit – Partie 2 Hanouka, de Jean-Pierre Lledo (en salles le 7 octobre 2020)
  • Israël, le voyage interdit – Partie 4 Pessah, de Jean-Pierre Lledo (en salles le 7 octobre 2020)
  • Montage des sorties du mercredi 7 octobre : Yalda, la nuit du pardon de Massoud Bakhshi ; L’Enfant rêvé de Raphaël Jacoulot ; Au-dessous du volcan/Le Malin de John Huston ; Relic de Natalie Erika. 
  • Maternal, de Maura Delpero (en salles le 7 octobre)
  • 3 extraits du Silence des agneaux, de Jonathan Demme (1990), qui ressort en salles du 7 au 27 octobre.
     

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
Chronique
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......