LE DIRECT
A l'Est d'Eden d'Elia Kazan (1954).

K comme Elia Kazan : le paradoxe de l'outsider

1h
À retrouver dans l'émission

Plan Large, l’encyclopédie vivante du cinéma : aujourd’hui, K comme Elia Kazan, cinéaste du lyrisme et de la puissance, créateur d'acteur, de Marlon Brando à James Dean, en compagnie des critiques de cinéma Michel Ciment, Florence Colombani, et Fernando Ganzo.

A l'Est d'Eden d'Elia Kazan (1954).
A l'Est d'Eden d'Elia Kazan (1954). Crédits : Warner Bros Pictures France

Un jour d’avril 1952, un homme puissant, à Hollywood comme à Broadway, fêté par la critique comme par le public, un cinéaste progressiste, qui vient de sortir deux mois plus tôt, une ode à la révolution inspirée d’Eisenstein, témoigne devant la Commission des activités antiaméricaines. Il livre 8 noms, d’anciens collaborateurs, voire d’amis, qu’il dénonce comme communistes. Elia Kazan n’est pas le seul, Robert Rossen et Edward Dmytryk, pour ne citer qu’eux, le font aussi, mais c’est sur lui que restera l’opprobre et l’infamie. Douze ans plus tard, un de ses plus grands admirateurs, ici présent, pouvait encore écrire : "l’homme et l’artiste Elia Kazan provoquaient au début des années 50 notre dégoût le plus légitime", et lors de son Oscar d’honneur pour l’ensemble de sa carrière, en 1999, une partie de la salle refusait encore de se lever pour l’applaudir. Incompréhensible à l’époque, son acte est apparu rétrospectivement comme le moment où Kazan est devenu Kazan, et où son œuvre a pris la tournure introspective et torturée, violente et fiévreusement lyrique, à la limite de l’opératique, qu’on lui connaît, qui exprimait "le sentiment le plus violent de la vie" et la complexité de l’humain. 

Stanley Kubrick disait de lui que c'était le plus grand metteur en scène de son époque. Elia Kazan a toujours su découvrir les gens avec qui il travaillait, il expérimentait et était toujours à la recherche d'une émotion purement cinématographique. Chaque film d'Elia Kazan est un sommet de la direction d'acteur. Michel Ciment

L’eau du fleuve, sauvage ou non, a depuis coulé sous les ponts, le Mur de Berlin est tombé il y a bientôt trois décennies, et la rétrospective intégrale que lui consacre  la Cinémathèque française permet sans doute de jeter enfin un œil apaisé sur une œuvre qui ne l’est pas. C’est ce à quoi vous invite Plan Large, avec deux critiques : Michel Ciment, auteur pour son premier livre en 1973 de l’ouvrage de référence sur le cinéaste, Kazan par Kazan, et Florence Colombani, qui a analysé son œuvre 30 ans plus tard dans Elia Kazan, une Amérique du chaos (éditions Philippe Rey).

Un Tramway nommé désir est une révolution des corps, la présence de Marlon Brando est fascinante et féline à l'écran. Il s'approprie le rôle de façon encombrante. On ne peut plus jouer la pièce de Tennessee Williams ou la mettre en scène sans les fantômes d'Elia Kazan et Marlon Brando. Florence Colombani. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

En fin d’émission, la chronique de Fernando Ganzo, rédacteur en chef de So Film, nous parlera d’un grand héritier de la méthode Kazan, co-fondateur, rappelons-le, de l’Actor’s Studio : Al Pacino. Al Pacino, « l’Actor’s Studio comme art de vivre », ou encore « Methode Man », c’est ainsi que So Film en fait le portrait dans son nouveau numéro, en partant du one man show qu’il a donné le 22 octobre 2018 au Théâtre de Paris. Il y est question du Pacino’s Blast, l’effet de souffle Pacino, et d’une application toute personnelle de la Méthode de Lee Strasberg par Al Pacino. Si Pacino est l’un des tous meilleurs de sa génération, c’est « en dépit » de la Méthode, et non grâce à elle.

C'est en voyant Marlon Brando et Jeames Dean au cinéma qu'Al Pacino a intégré l'Actor Studio en 1966 aux côtés de Robert de Niro et Dustin Hoffman. Fernando Ganzo 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Les recommandations de Plan Large 

Conférence « Elia Kazan et ses « ambivalences » par Bernard Eisenschitz Jeudi 13 décembre à 19h à la Cinémathèque française. 

Olivia, de Jacqueline Audry ressort en salles en version restaurée le 5 décembre (1950)

La Strada de Federico Fellini ressort en salles le 28 novembre. 

Le documentaire Douglas Trumbull, l’illusionniste du cinéma de Grégory Wallet, est diffusé sur TCM cinéma le 6 décembre. 

Filmer Bernanos, du 29 novembre au 4 décembre à la Cinémathèque de Toulouse. 

Séance France Culture : Pig de Mani Haghighi présenté le lundi 3 décembre à 20h au Majestic Bastille à Paris, suivie d'une rencontre avec le cinéaste.

Le Ciné-Œil de la révolution. Ecrits sur le cinéma de Dziga Vertov (Presses du réel), nouvelles traductions et présentations, par François Albera, Irina Tcherneva et Antonio Somaini 1895 revue d’histoire du cinéma n°85, largement consacré à Dziga Vertov. 

Le Cuirassé Potemkine de Sergueï Eisenstein sort en DVD et Blu Ray le 5 décembre aux éditions Potemkine. 

Programmation des extraits de films

  • America America, d'Elia Kazan (1963)
  • Le Lys de Brooklyn, d'Elia Kazan (1945)
  • Un tramway nommé désir, d'Elia Kazan (1951)
  • Sur les quais, d'Elia Kazan (1954)
  • Baby Doll, d'Elia Kazan (1954)
  • Un homme dans la foule, d'Elia Kazan (1957)
  • L'Arrangement, d'Elia Kazan (1969)
  • Musique d'Un Homme dans la foule, d'Elia Kazan (1957)
  • Le Parrain, de Francis Ford Coppola (1972)
  • Scarface, de Brian de Palma (1983)
Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
Chronique

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......