LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Louis Garrel et Valeria Bruni-Tedeschi dans le film "Un Château en Italie", de Valeria Bruni-Tedeschi, co-écrit avec Agnès de Sacy
Épisode 3 :

Le scénario avec Agnès de Sacy : "J'ai compris à quel point l'écriture passait avant tout par le corps"

58 min
À retrouver dans l'émission

En attendant la cérémonie des César, Plan Large continue sa série consacrée aux métiers du cinéma. Pour cette troisième séance, comment un film s'écrit, avec la grande scénariste Agnès de Sacy, co-autrice des films d'Hélène Angel, Pascal Bonitzer, ou encore Valeria Bruni-Tedeschi.

Louis Garrel et Valeria Bruni-Tedeschi dans le film "Un Château en Italie", de Valeria Bruni-Tedeschi, co-écrit avec Agnès de Sacy
Louis Garrel et Valeria Bruni-Tedeschi dans le film "Un Château en Italie", de Valeria Bruni-Tedeschi, co-écrit avec Agnès de Sacy Crédits : Guy Ferrandis - SBS Productions

"Le scénariste est un cinéaste", disait Jean-Claude Carrière à Lucien Atoun dans la série d’A Voix Nue qu’ils avaient concoctée ensemble en 1996. L’immense homme de lettres disparu le 8 février 2021 était un scénariste star, le seul que tout un chacun pouvait citer pour ses collaborations légendaires aux œuvres de Luis Buñuel, Milos Forman et tant d’autres. Un chêne aux multiples ramures qui cache la vaste forêt de ces auteurs et autrices qui inventent, seul.e.s ou, plus souvent, en collaboration avec des cinéastes, les histoires que vous découvrez sur vos écrans. 

Des passeurs d'histoires

A la base de tout film, ils et elles sont, comme les fondations d’une maison, invisibles, pour ne pas dire invisibilisés, ainsi qu'ils et elles s’en plaignent depuis quelques temps sur les réseaux sociaux avec le groupe "Paroles de scénaristes", qui alarment l’opinion et leur ministre de tutelle sur la précarité de leur condition d’"esclaves modernes", faite de "_travail gratuit, de précarité financière, d’abus de pouvoirs, de réappropriation de [leur] travai_l", appellent à la revalorisation de leur profession, et, pour ce qui est des médias, à cesser de les invisibiliser en reconnaissant leur statut de co-créateurs et co-créatrices. 

Agnès de Sacy, paroles d'une scénariste

Nous sommes donc d’autant plus heureux de poursuivre notre série sur les métiers du cinéma en recevant dans Plan Large une scénariste, dont les plus vigilants d’entre vous auront repéré la signature sur les génériques de plus de 20 longs métrages, en particulier auprès de ses compagnes et compagnons de route de longue date que sont Valeria Bruni-Tedeschi, Hélène Angel, Zabou Breitman, Philippe Godeau ou encore Pascal Bonitzer. La scénariste Agnès de Sacy est notre invitée aujourd’hui.

J'ai commencé par le théâtre. Le cinéma me passionnait, mais je ne comprenais pas la spécificité de l’écriture scénaristique, elle m'était assez étrangère. Et c'est parce que Jean-Claude Carrière a été nommé à la Fémis que ça a déclenché quelque chose en moi. Je me suis sentie autorisée à passer ce concours, qui me paraissait inatteignable et lointain. Jean-Claude Carrière nous apprenait à travailler en groupe, avec l'idée que les histoires passaient entre nous, avec une préparation physique et corporelle comme il faisait avec Peter Brook. Je trouve ça très beau cette façon de nous mettre en groupe, avec cette idée qu'on est des passeurs d'histoire. Depuis quelques années maintenant, j'ai compris à quel point l'écriture passe par le corps.                  
Agnès de Sacy

L'écriture d'un film, une expérience collective

Depuis ses débuts dans l'écriture de scénario, Agnès de Sacy travaille à plusieurs, notamment avec les cinéastes Hélène Angel, Pascal Bonitzer et Valeria Bruni-Tedeschi. Cette écriture à plusieurs mains permet de se surprendre, de se confronter à l'inattendu, pour commencer à faire récit. 

Un des grands bonheur de ce métier, c'est la co-écriture, être physiquement ensemble, chercher, émettre des hypothèses, se surprendre, et tout à coup on devient le premier spectateur de nos idées. Ce qui est joyeux, c'est de faire naître les idées et de travailler la structure. (...) Il faut écrire des scènes casse-gueule, sinon à quoi bon ! On pousse les scènes jusqu'à ce qu'elles deviennent casse-gueule, il faut avoir l'impression d'être sur un fil, de se mettre en péril, et de compter sur la beauté, la grâce et l’intelligence des acteurs. C'est ce qui fait les grandes scènes d'un film, celles dont on se souvient. Mon non vaut autant que le non du cinéaste, il faut que cette idée nous soit commune et nous enthousiasme à deux, et c'est ce qui fonde un rapport d'égalité dans la création.            
Agnès de Sacy

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le rapport aux personnages

Premier et unique long-métrage du comédien Mostéfa Djadjam, Frontières est sorti en salles en 2002. Bien avant la crise migratoire des années 2010, ce film raconte l’histoire d’un groupe de migrants, de toutes nationalités, qui va traverser de multiples frontières, comme son titre l'indique, pour tenter de rejoindre l’Europe.

C'est un groupe d'hommes qui ne se connaît pas, réuni par le hasard, avant d'embarquer dans l'aventure de la migration. C'était important dans l'esprit de Mostéfa Djadjam, bien avant la crise migratoire, de donner aux personnages un esprit épique, comme un western d'aujourd'hui, qu'ils ne soient pas juste des victimes, mais par le fait de cette immense aventure, qu'ils deviennent aussi sujets de leur destin. Ce qui est important, c'est d'être à hauteur de nos personnages, de les comprendre, de les aimer. "Chacun à ses raisons" comme disait Renoir, c'est la clé pour construire un groupe et faire exister des trajectoires individuelles. Et surtout ne pas les juger …                  
Agnès de Sacy

Chercher le clown avec Valeria Bruni-Tedeschi

Valeria Bruni-Tedeschi accorde une énorme importance à l'écriture. Depuis son premier film "Il est plus facile pour un chameau", on a travaillé à trois avec elle et Noémie Lvovsky sur toute la durée de l'écriture. Il y a comme matériau de départ des éléments éparses de sa vie, c'est comme une adaptation, il faut que ça fasse récit, et on le cherche à trois. Il y a un énorme travail d'écriture, sur la structure, comme des diagrammes, pour trouver la musicalité, les ruptures, les actes, les trajectoires de tous les personnages. On invente à partir de ce fil qu'elle nous livre, qui sont des éclats de sa propre vie, et s'ajoutent à cela de nombreux éclats de Noémie Lvovsky et de moi-même. A chaque film, il y a une réinvention d'un même personnage. Comme un autoportrait, il faut dénarcissiser, il faut trouver la bonne distance.                  
Agnès de Sacy

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

La chronique de Mathieu Macheret 

En fin d'émission, la chronique de Mathieu Macheret sur les films Peggy Sue s'est mariée et Jardins de Pierre, de Francis Ford Coppola, disponibles en nouvelles versions restaurées, en DVD et Blu-Ray aux éditions Carlotta. Ce sont deux "des films les plus beaux et ignorés du plus américain des cinéastes de sa génération", selon Mathieu Macheret, dans son article du dernier numéro des Cahiers du cinéma, au sein du passionnant dossier consacré au cinéaste octogénaire. Deux films réalisés coup sur coup, en 1986 et 1987, dans une période où le démiurge des Parrain et d’Apocalypse Now, acculé par les dettes suite au désastre financier de Coup de cœur, doit accepter des commandes, et en profite, comme beaucoup de cinéastes des années 1980, pour revisiter les fondatrices années 1960, de l’innocence des débuts aux désenchantements de la fin. 

Kathleen Turner dans le film "Peggy Sue s'est mariée", de Francis Ford Coppola (1986), disponible en DVD et Blu-Ray aux éditions Carlotta
Kathleen Turner dans le film "Peggy Sue s'est mariée", de Francis Ford Coppola (1986), disponible en DVD et Blu-Ray aux éditions Carlotta Crédits : Carlotta - 2021

Les recommandations de Plan Large 

Pour en savoir plus sur la condition et le métier de scénariste en France, on vous renvoie au livre collectif Scénaristes de cinéma : un auto-portrait (éditions Anne Carrière), ainsi qu’au livre de Vincent Ravalec : L’Art du beau mensonge – Manuel de qualité à l’usage des auteurs, scénaristes et écrivains, aux éditions Marabout.

Pour tout savoir sur l'art discret mais indispensable de l’adaptation, du double et des sous-titres, le musée de la Sacem propose une exposition en ligne, Devine qui vient doubler ! Lumière sur les auteurs du doublage et du sous-titrage. 

En ligne aussi, le festival FAME, le festival international de films sur la musique, est à découvrir sur le site de la Gaîté Lyrique.

Un cinéma qui, même pendant la fermeture des salles, se bat pour ne pas fermer pour de bon, c’est le cinéma associatif La Clef, à Paris. Depuis mercredi 17 février et jusqu’à ce samedi soir 20 février minuit, l’équipe qui l’anime a lancé une webradio, émise depuis la salle du cinéma, dans un dernier baroud pour sauver ce lieu sauvage et libre de la cinéphilie.

Le festival de Poitiers Filmer le travail, se regarde gratuitement en ligne, sur leur site internet, où figure notamment en compétition Rio de Vozes, le documentaire cosigné par Andrea Santana et Jean-Pierre Duret. 

Extraits de films et musiques

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
Chronique
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......