LE DIRECT
Faye Dunaway et Warren Beatty alias Bonnie and Clyde, dans le film d'Arthur Penn en 1968

P comme Arthur Penn, l'Amérique en miroir

59 min
À retrouver dans l'émission

Cinéaste d'une importance considérable dans l'Histoire du cinéma, Arthur Penn a ouvert la voie au Nouvel Hollywood, avec l'immense succès "Bonnie and Clyde", en dépeignant une Amérique confuse, en prise avec une violence fondatrice. Plan large sur un grand metteur en scène, un rien oublié.

Faye Dunaway et Warren Beatty alias Bonnie and Clyde, dans le film d'Arthur Penn en 1968
Faye Dunaway et Warren Beatty alias Bonnie and Clyde, dans le film d'Arthur Penn en 1968 Crédits : Warner Bros tous droits réservés

"Les gens qui m’intéressent sont ceux qui vivent en marge de la société, au-delà des lignes toutes tracées, déclara Arthur Penn en 1983. Je fais en sorte que mes personnages soient vrais, c’est-à-dire souvent solitaires, rejetés, souffrants. C’est aussi de ma part une réaction contre les critères hollywoodiens selon lesquels tout le monde est beau, parfait, éclatant de santé." Des marginaux, des rebelles, des hors-la-loi, les films d’Arthur Penn en sont pleins, de ces éternels adolescents, instinctifs, plus ou moins œdipiens, à la sexualité défaillante, qui repoussent leur entrée dans l’âge adulte et ne peuvent répondre que par la violence à la faillite de leurs parents et de la société, ne faisant finalement ainsi que rejouer la violence fondatrice de l’Amérique. Il a fait entrer dans le film de gangster la génération qui contestait la guerre du Vietnam et les autorités, et ouvert la voie au Nouvel Hollywood. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Il a changé à jamais la face du western avec Little Big Man, imposant enfin, après quelques devanciers, le point de vue des Indiens sur la conquête de l’Ouest. Celui en qui Ingmar Bergman voyait « un des plus grands metteurs en scène au monde » semble pourtant aujourd’hui un rien négligé, pour ne pas dire déconsidéré. Du Gaucher, en 1958, à son ultime chef-d’œuvre, Georgia, en 1981, qui se terminait par ce prémonitoire : « Un jour, on repensera à tout ça, mais on aura tout oublié ». L'œuvre d’Arthur Penn est difficile à cerner, irréductible à un style, tant son auteur a considéré tous ses films comme des prototypes, et a remis sans cesse son cinéma sur le tapis. Son oeuvre, d'une grande cohérence, est mis à l'honneur à la Cinémathèque de Toulouse jusqu'au 6 novembre. Son programmateur, Franck Lubet, est aujourd’hui dans Plan Large, en compagnie de Marcos Uzal.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

En fin d’émission, la chronique de Marcos Uzal sur _Notfilm_, une oeuvre essai de Ross Lipman sur l'étrange aventure de Film, de Samuel Beckett, édité en DVD et Blu-Ray par les éditions Carlotta. Ross Lipman déclare au début du documentaire « en 1964, 5 ans avant de recevoir le prix Nobel, Samuel Beckett a réalisé son seul film. » Un film qui s’appelle… Film, étrange objet conceptuel et furieusement d’avant-garde, qui aurait dû se faire avec Charlie Chaplin, mais finalement suivra à la trace un Buster Keaton majoritairement filmé de dos. L’œuvre de Beckett ne dure que 22 minutes, mais elle est accompagnée d’un passionnant documentaire, de plus de deux heures, lui : Not Film, signé donc Ross Lipman, un « kino-essay » qui, comme son titre l’indique, convoque également largement l’œuvre de Dziga Vertov, et a pris à son auteur plus de sept ans à fabriquer.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Les recommandations de Plan Large 

La rétrospective Arthur Penn est à voir à la Cinémathèque de Toulouse jusqu'au 6 novembre. Le coffret DVD et Blu-Ray ultra-collector de Little Big Man, d'Arthur Penn est disponible chez Carlotta. Et pour aller plus loin, nous recommandons l'ouvrage Filmer la légende - Comment l'Amérique se raconte sur grand écran, de Florence Arié et Alain Korkos est édité aux Prairies ordinaires. 

Ressorties en salles le 23 octobre : Les Chemins de la haute ville de Jack Clayton ; Dans la ville blanche d'Alain Tanner, Mourir d’aimer d'André Cayatte ; Stop Making Sense, de Jonathan Demme et Les Assassins de l’ombre de Marcel Carné. Les films de Buster Keaton sont à revoir en salles, à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé jusqu'au 2 novembre à Paris. 

Expositions : Arts et cinéma, les liaisons heureuses, au Musée des Beaux-Arts de Rouen est à voir jusqu'au 10 février quant à l'exposition Chaplin dans l’œil des avants-gardes est à voir au Musée des Beaux-Arts de Nantes jusqu'au 3 février. Chaplin est aussi exposé en homme-orchestre à la Philharmonie de Paris jusqu'au 26 janvier

Les extraits de films 

  • Le Gaucher, d'Arthur Penn (1958)
  • Miracle en Alabama, d'Arthur Penn (1962)
  • Bonnie & Clyde, d'Arthur Penn (1967)
  • Alice’s Restaurant, d'Arthur Penn (1969)
  • Missouri Breaks, d'Arthur Penn (1976)
  • Georgia, d'Arthur Penn (1981)
  • Little Big Man, d'Arthur Penn
  • Deux extraits de Not Film, de Ross Lipman (2015)

Bibliographie

Notfilm, de Ross Lipman (2015)

NotfilmRoss LipmanCarlotta Films, 2019

Intervenants
  • Responsable de la programmation de la Cinémathèque de Toulouse
  • Critiques de cinéma, réalisateur
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
Chronique

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......