LE DIRECT
Portrait du poète et écrivain marocain Abdellatif Laâbi en 1996

"Je n’ai jamais cessé de marcher…", un poème de Abdellatif Laâbi

3 min
À retrouver dans l'émission

Prix Goncourt de la poésie en 2009, le poète marocain Abdellatif Laâbi a construit une oeuvre humaniste et novatrice. Son combat pour la liberté lui vaut d'être emprisonné en 1972 par Hassan, date de publication de "L’arbre de fer fleurit". Il sort de prison en 1980 et s'exile en France en 1985.

Portrait du poète et écrivain marocain Abdellatif Laâbi en 1996
Portrait du poète et écrivain marocain Abdellatif Laâbi en 1996 Crédits : Patrick Box / Gamma Rapho - Getty

Poème : "Je n’ai jamais cessé de marcher…", de Abdellatif Laâbi, extrait du recueil L’arbre de fer fleurit, (1972) paru aux éditions Pierre Jean Oswald. 

Lecture par Thierry Hancisse de la Comédie-Française. 

Extrait du poème 

Je n'ai jamais cessé de marcher
vers mes racines d'homme
sans sourciers, sans boussole
sauf ma colère puisée dans le poumon du peuple
et les clameurs inédites de l'histoire
sauf mes yeux
n'ayant rien perdu
du désastre des ruelles
et de la rareté du pain
J'avais mal à mes racines

Abdellatif Laâbi est né en 1942 à Fès (Maroc). Entrée à l’école franco-musulmane. Il découvre pèle-mêle la lecture, la langue française, la condition de petit colonisé. Au sortir de l’école, sur les placettes où les conteurs l’ouvrent au territoire de l’imaginaire, il contemple les paysages urbains et humains, y forge sa sensibilité. A l’indépendance, en 1956, il a quatorze ans. Il fonde en 1966 la revue Souffles qui jouera un rôle considérable dans le renouvellement culturel au Maghreb. Si la revue s’annonce comme poétique et l’est exclusivement dans son premier numéro, ce n’est pas un hasard. « La poésie est le vrai laboratoire de la littérature. » Dès le numéro 2, les horizons s’élargissent : questionnement sur la culture, quelle que soit sa forme d’expression, puis peu à peu sur les problèmes sociaux et économiques qui sont le lot de la société marocaine sous le régime d’injustice et de corruption qui l’accable. Son combat pour la liberté lui vaut d'être emprisonné en 1972, date d’écriture et de publication de L’arbre de fer fleurit. Il sort de prison en 1980 et s'exile en France en 1985.

Intervenants
  • Comédien, et metteur en scène, sociétaire de la Comédie-Française
L'équipe
Avec la collaboration de
Conseiller(e) littéraire
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......