LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Soleil levant dans l'étendue du Sahara Occidental

"Désespoir du soleil" de Robert Desnos

3 min
À retrouver dans l'émission

Robert Desnos a expérimenté sous toutes ses formes le langage poétique, il fut dans les années 1920 l'un des représentants du courant poétique du surréalisme. "Désespoir du soleil" est un poème qui éveille les sens, en quête d'un merveilleux inconscient.

Soleil levant dans l'étendue du Sahara Occidental
Soleil levant dans l'étendue du Sahara Occidental Crédits : Patrick Hertzog / AFP - AFP

Désespoir du soleil, de Robert Desnos, issu du recueil Les Ténèbres (1927), paru dans Corps et Biens (Gallimard). 

Lecture : Elsa Lepoivre

Quel bruit étrange glissait le long de la rampe d'escalier au bas de laquelle rêvait la pomme transparente.

Les Vergers étaient clos et le sphinx bien loin de là s'étirait dans le sable craquant de chaleur dans la nuit de tissu fragile.

Ce bruit devait-il durer jusqu'à l'éveil des locataires ou s'évader dans l'ombre du crépuscule matinal? Le bruit persistait.   Le sphinx aux aguets l'entendait depuis des siècles et désirait l'éprouver. Aussi ne faut-il pas s'étonner de voir la silhouette souple du sphinx dans les ténèbres de l'escalier. Le fauve égra-tignait de ses griffes les marches encaustiquées. Les sonnettes devant chaque porte marquaient de lueurs la cage de l'ascenseur et le bruit persistant sentant venir celui qu'il attendait depuis des millions de ténèbres s'attacha à la crinière et brusquement l'ombre pâlit.

C'est le poème du matin qui commence tandis que dans son lit tiède avec des cheveux dénoués rabattus sur le visage et les draps plus froissés que ses paupières la vagabonde attend l'instant où s'ouvrira sur un paysage de résine et d'agate sa porte close encore aux flots du ciel et de la nuit.

C'est le poème du jour où le sphinx se couche dans le lit de la vagabonde et malgré le bruit persistant lui jure un éternel amour digne de foi.

C'est le poème du jour qui commence dans la fumée odorante du chocolat et le monotone tac tac du cireur qui s'étonne de voir sur les marches de l'escalier les traces des griffes du voyageur de la nuit.

C'est le poème du jour qui commence avec des étincelles d'allumettes au grand effroi des pyramides surprises et tristes de ne plus voir leur majestueux compagnon couché à leurs pieds.

Mais le bruit quel était-il?   Dites-le tandis que le poème du jour commence tandis que la vagabonde et le sphinx bien-aimé rêvent aux bouleversements de paysages.

Ce n'était pas le bruit de la pendule ni celui des pas ni celui du moulin à café. Le bruit quel était-il?   Quel était-il?   L'escalier s'enfoncera-t-il toujours plus avant? 

Montera-t-il toujours plus haut?

Rêvons acceptons de rêver c'est h poème du jour qui commence.

Le surréaliste Robert Desnos

Poète français, Robert Desnos  est né en 1900 à Paris, mort en déportation en Tchécoslovaquie le 8 juin 1945. En 1922, il est introduit par ses amis Benjamin Péret et Roger Vitrac, dans le groupe littéraire du mouvement surréaliste. Il en sera, temporairement, l’une des expressions exemplaires par sa facilité à se prêter aux expériences de l’écriture automatique, des rêves et autres "cadavres exquis".

Ses recueils poétiques reflètent la quotidienneté d’une vie constamment fidèle aux impulsions sentimentales, Corps et Biens (1930), Fortunes (1942). Le dernier des livres que le poète ait pu voir publiés est un récit sur la drogue, Le vin est tiré (1943) : ultime message de celui qui se voulait "témoin attentif des événements dont la rue, espérons-le, sera le théâtre."

Bibliographie

Corps et biens, de Robert Desnos

Corps et biensRobert DesnosGallimard / Poésie, 2016

Intervenants
L'équipe
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......