LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Dominique A.

En cadence avec Dominique A et André Markowicz

58 min
À retrouver dans l'émission

Le chanteur et compositeur Dominique A signe Toute latitude, sombre album à déluge rythmique. Le poète et traducteur André Markowicz signe un long poème en forme de spirale dont le centre pourrait être le souvenir d'un appartement à Saint-Pétersbourg, autrement dit, autrement dit la langue.

Dominique A.
Dominique A. Crédits : STEPHANE DE SAKUTIN - AFP

Saint-Pétersbourg ou Provins, une certaine idée du retour. Le chanteur et compositeur Dominique A signe Toute latitude, onzième et sombre album à déluge rythmique. Le poète et traducteur André Markowicz signe un long poème en forme de spirale dont le centre pourrait être le souvenir d'un appartement à Saint Petersbourg, autrement dit, autrement dit la langue.    

André Markowicz, poète, traducteur, à qui l'on doit la traduction patiente et intégrale de Dostoïevski aux éditions Actes Sud, celle du théâtre de Tchekhov, de Shakespeare, mais aussi de Gogol ou Mandelstam. Et forcément tout au centre : Pouchkine. C’est d’ailleurs au centre de l’Appartement paru aux éditions Inculte, qu'il glisse un poème de Pouchkine. L’appartement, c'est celui qu'il achète à Saint-Pétersbourg il y a vingt-cinq ans, c'est aussi celui de sa grand-mère et de sa grande tante, celui où s’est forgé sa langue, sa cadence, sa musique, et autour duquel s’enroule un long poème autobiographique. Récit en pentamètres iambiques et sans point final qui traque la source, les origines, le chez soi, le lieu mental. Ce qui lie la langue d’ici et langue de la bas, autrement dit la langue de partage, le français et la langue intime, le russe. Autrement dit encore, ce qui a fait de lui un lecteur et donc un traducteur.   

De cadence il est aussi et largement question avec Toute latitude que signe Dominique A, onzième album paru sous le label cinq sept/Wagram.   

Douze titres pressés, qui courent en mode électro-électrique pulsés par un déluge de rythmiques. Album aussi noir que le précédent fut clair : des secrets, des fantômes, forêts, mélancolies rurales, oiseaux morts et au centre "Les enfants de la plage", comme une trouée plus claire, au bord de la pop, et un dernier titre « Le Reflet », plus apaisé, comme une amorce de l’album composé dans le même temps, mais à paraître en octobre prochain, sorte d’alter ego acoustique et solo, là où Toute lattitude s’en remet à l’électrique et au collectif.   

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......