LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Affiche de mai 68 à l'ORTF

Audiovisuel public : cuisine et dépendances

30 min
À retrouver dans l'émission

Comment garantir l'indépendance des médias publics ? La question se pose particulièrement à quelques mois d'une importante réforme du service public de l'audiovisuel voulue par l'exécutif, et alors que le CSA vient de révoquer le PDG de Radio France, Mathieu Gallet

Affiche de mai 68 à l'ORTF
Affiche de mai 68 à l'ORTF Crédits : Leemage - AFP

On connaissait le pouvoir de nomination des patrons de chaîne par le CSA mais pas encore son pouvoir de révocation. C’est pourtant ce qui vient de se passer.

A moins d’un rebondissement juridique, Mathieu Gallet aura quitté la présidence de Radio France le 1er mars prochain. Ainsi en ont décidé les 7 membres du collège, considérant que la condamnation du patron de la radio publique pour favoritisme (lorsqu’il était à l’INA) l’empêchait de continuer à diriger cette entreprise.

Cette décision aurait pu passer pour une marque d’indépendance, si elle n’avait pas été précédée par l’intervention de la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, appelant le CSA, à mots à peine couverts, à démettre Mathieu Gallet.

C’est donc la lecture inverse qui s’impose : celle d’une tutelle désireuse de reprendre en mains l’audiovisuel public. D’autant que 2018 s’annonce comme l’année de la réforme de ce secteur, avec, en vrac, la question de son financement, de sa structure (il est par exemple question de regrouper les différentes chaines au sein d’une même holding), et de la nomination des dirigeants.

De là à évoquer le spectre d’un retour de l’ORTF, il n’y a qu’un pas que certains ont déjà franchi. 

C’est donc aux relations entre l’audiovisuel public et le pouvoir politique que nous nous intéressons dans ce nouveau numéro de Politique ! avec notre invité, l'ancien président du CSA Hervé Bourges.

Pour aller plus loin : en Suisse, une importante remise en cause de l'audiovisuel public

Intégralité de l'interview de Gilles Marchand, directeur général de la SRG SSR

Le 4 mars se tiendra en Suisse une votation fédérale sur un projet de suppression de la redevance qui finance l'audiovisuel public. Si le oui l'emporte ce serait la fin du service public de l'audiovisuel tel qu'il existe dans le pays. D'où vient cette votation "No Billag" ?

Écouter
1 min
A l'origine de la votation "No Billag"

Quelles conséquences concrètes aurait une victoire du "oui" à la votation du 4 mars ? La SSR, l'opérateur historique de l'audiovisuel public suisse, aurait-elle les moyens de continuer de fonctionner ?

Écouter
1 min
Que changerait une victoire du "oui" pour l'audiovisuel public en Suisse ?

Poser la question du financement - public, privé ou mixte - de l'audiovisuel public n'est-il pas légitime ? Pourquoi ne pas diversifier le financement des chaînes publiques ?

Écouter
1 min
Les modèles de financement de l'audiovisuel public

Au-delà de la votation suisse comment comprendre les remises en cause des services publics de l'audiovisuel en Europe ? Existe-t-il une demande pour plus de liberté dans l'accès à la culture et les biens culturels ?

Écouter
2 min
Une triple remise en cause
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......