LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Sandrine Rousseau

Sandrine Rousseau : "Une écologie radicale doit avoir une place dans cette campagne"

41 min
À retrouver dans l'émission

Mardi 28 septembre, les résultats du second tour de la primaire Europe Ecologie les Verts sont tombés. Yannick Jadot obtient 51,03% des voix contre 48.97% pour Sandrine Rousseau. Il sera donc le candidat EELV pour l'élection présidentielle 2022.

Sandrine Rousseau
Sandrine Rousseau Crédits : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP - AFP

Eco-féministe radicale 

Pendant la primaire écologiste, face à un Yannick Jadot qui était plus réformiste, Sandrine Rousseau est apparue comme la candidate de la radicalité écologiste. Mais que recouvre ce mot pour la finaliste de la primaire Europe Ecologie les Verts ? "Pour moi c'est de s'adresser à la racine des problèmes c'est d'aller chercher le problème à la source. [...] Il va nous falloir regarder ces racines pour mieux comprendre comment transformer la structure du pouvoir". Aujourd'hui la question qui se pose c'est est ce que le modèle libéral est compatible avec une transformation écologique. Je réponds non." Selon Sandrine Rousseau, il y a eu une différence de traitement entre Yannick Jadot et elle : "On ne permet toujours pas à une femme politique de défendre ses idées au nom d'un programme, d'un projet. J'ai en permanence été ramenée à une espèce de folie et d'excentricité et d'irrationalité". Quand on me renvoie à mon corps, à une supposée folie. En fait on me renvoie en permanence à une incapacité d'être en situation de leadership politique et d'exercer des responsabilités. Les femmes politiques politiques aujourd'hui doivent exercer des responsabilités parce qu'on ne peut pas aller vers une transformation de notre société sans une transformation de la manière dont on exerce le pouvoir". 

"Evidemment je ferai la campagne de Yannick puisque c'est lui qui a gagné cette primaire."

Mardi la candidate éco-féministe radicale a été battue de justesse lors du second tour de la primaire EELV. Elle ne sera donc pas la candidate EELV pour la présidentielle. Après quelques jours de tergiversation, elle a finalement décidé de soutenir le vainqueur de la primaire : "Evidemment je ferai la campagne de Yannick puisque c'est lui qui a gagné cette primaire. J'attends son coup de téléphone avec une certaine impatience mais les choses avancent." Mais celle qui défend le revenu d'existence, qui mène un combat contre les violences faites aux femmes, qui prône l'arrêt des émissions carbone, qui souhaite réduire le temps de travail, revoir le vivre ensemble et notre façon de consommer souhaite aussi que ses idées soient reprises. 

"Cette écologie sociale que je porte doit avoir une place dans la campagne."

"Concrètement j'attends que l'on entende qu'il y a eu un électorat qui a été très partagé lors de cette primaire et une primaire préfigure quand même un petit peu ce qui va se passer après dans la campagne présidentielle. Ce partage de l'électorat doit nous indiquer la manière de faire campagne derrière. Ce que j'ai porté qui est une écologie de gauche, une écologie sociale, une écologie transformatrice, radicale doit avoir une place dans cette campagne pour une raison très simple c'est que sinon on se prive d'une partie des personnes qui ne se sentent pas représentées par le candidat et en fait l'électorat écologiste n'est pas si fort au départ pour que l'on puisse partir avec la moitié uniquement. Je pense qu'il y a un intérêt à renouveler la manière de porter les idées écologistes et je crois que c'est la seule combinaison gagnante pour aller jusqu'à l'Elysée." [...] Je serai évidemment très attentive à ce que cette partie là du programme, du projet, de manière de faire campagne soit non seulement présente mais puisse aussi donner voix à des personnes qui n'en ont pas tant que ça."

Première étape donc rassembler les électeurs de la primaire Europe Ecologie les Verts. Mais, selon Sandrine Rousseau, cela ne suffira pas pour atteindre le second tour de l'élection présidentielle. Il faut rassembler au-delà du parti Europe Ecologie les Verts. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"J'ai eu plein d'appels du pied, j'ai eu des coups de téléphone d'Anne Hidalgo, d'Olivier Faure et des membres de la France Insoumise." 

"Les alliances de parti aujourd'hui ne sont pas ni une solution magique ni quelque chose qui mobilise suffisamment un électorat pour permettre la victoire. Ce qu'il nous faut d'abord faire c'est aller chercher des personnes qui aujourd'hui désespèrent de la politique et qui au contraire pourraient y trouver un espoir. Et une fois que l'on aura fait ça alors évidemment il faut discuter avec les partenaires. Yannick Jadot peut rassembler à gauche. [...] Je crois qu'en janvier-février, il faudra se mettre autour d'une table pour réfléchir à comment on atteint le second tour. Mais aujourd'hui c'est trop tôt. " [...] "Je pense que cet espace de lien permanent avec les autres forces de gauche est très important."

Intervenants
  • Économiste, vice-présidente de l’université de Lille, ancienne porte-parole nationale d'Europe Écologie Les Verts
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......