LE DIRECT
En 2013, Margaret Ménégoz reçoit le César du meilleur film pour "Amour" de Michael Haneke.

Margaret Menegoz : "Tout part du scénario"

1h03
À retrouver dans l'émission

À l'occasion des 50 ans de la boîte de production "Les Films du Losange", Michel Ciment reçoit Margaret Menegoz, productrice des cinéastes Michael Haneke, Eric Rohmer ou encore Jean-Claude Brisseau. Elle se confie sur son métier de productrice et sa passion pour le cinéma.

En 2013, Margaret Ménégoz reçoit le César du meilleur film pour "Amour" de Michael Haneke.
En 2013, Margaret Ménégoz reçoit le César du meilleur film pour "Amour" de Michael Haneke. Crédits : PATRICK KOVARIK - AFP

Pour ce nouveau numéro de "Projection privée", le producteur Michel Ciment reçoit la productrice Margaret Menegoz, gérante de la société des Films du Losange. Présidente d'Unifrance films jusqu'en 2009, elle a longtemps collaboré avec les cinéastes Jean-Claude Brisseau ou encore Eric Rohmer. Membre du jury au Festival de Cannes en 1991, Margaret Menegoz produit aujourd'hui les films de Michael Haneke, Jacques Doillon, Romain Goupil ou encore Philippe Claudel, pour ne citer qu'eux. À l'occasion des 50 ans de la boîte de production Les Films du Losange, Michel Ciment reçoit la productrice qui évoque son métier, sa passion pour le cinéma et les relations qu'elle entretient avec ses réalisateurs fétiches.  

Après des études de cinéma en Allemagne, Margaret Menegoz arrive en France et travaille pour une petite société de production qui délivre des films médicaux. C'est à ce moment-là que la productrice rencontre celui qui deviendra son époux, le réalisateur de documentaires, Robert Menegoz : 

Ils cherchaient une jeune fille qui savait monter. Un des films de cette société a été présenté au festival de Berlin, j'y suis donc allée. Comme je parle plusieurs langues, l'association des producteurs m'a mis à son stand, dans le hall du bâtiment qui hébergeait le Festival. Un jeune homme est venu me demander où se trouvait La Poste. C'était Robert Menegoz, et il est devenu mon mari. Margaret Menegoz

Avec lui, j'ai découvert le documentaire. Cela m'a appris une certaine dialectique avec les personnes dont on dépendait pour poser notre caméra quelques part. Parfois, il fallait mentir, pour filmer des manifestations par exemple. Margaret Menegoz

C'est en 1975 que Margaret Menegoz reprend les rênes des Films du Losange, société de production créée en 1962 par Barbet Schroeder et Eric Rohmer, qui contribua grandement à l'essor de la Nouvelle Vague. 

Ils cherchaient quelqu'un qui gardait la maison pour eux. Barbet Schroeder et Eric Rohmer travaillent chacun sur leur film, et on est comme dans un couvent pendant la fabrication d'un film. Comme je parlais très bien allemand, à l'époque c'était un plus. Margaret Menegoz

Parmi les productions de Margaret Menegoz, beaucoup de réalisateurs français et européens, comme Wim Wenders, Rainer Werner Fassbinder, Lars Von Trier, Andrzej Witold Wajda... La productrice fait d'ailleurs partie de l'Académie européenne de cinéma :

Quand Wim Wenders a succédé à Bergman, en tant que président de l'Académie européenne de cinéma, il m'a demandé de rejoindre l'organisation (...) C'est une chance de pouvoir fréquenter les cinéastes des autres pays européens, je n'ai pas vraiment de langue maternelle, je n'ai pas vraiment de nationalités, donc pour moi, c'est tout naturel de me tourner vers l'Europe. Margaret Menegoz

Quand j'ai rencontré Michael Haneke, il était en travail de post-production pour son film La Pianiste. Il voulait changer de producteur, alors son agent m'a appelé pour me le dire. On s'est rencontré, et j'étais très intimidée. On s'est assis à un restaurant, on a parlé travail et on s'est rendus compte qu'on pensait pareil sur beaucoup de choses. Margaret Menegoz

En 2009, Michael Haneke reçoit la Palme d'or pour son long-métrage Le ruban blanc, qui revient sur le destin de plusieurs familles dans une village protestant de l'Allemagne du Nord à la veille de la Première Guerre mondiale : 

Le sujet a fait peur. Pour les chaînes, c'était diffusible en prime-time. On a donc décidé de le mettre en deuxième moitié de soirée, ce qui a rapporté moitié moins d'argent. Margaret Menegoz

À partir de 1975, Margaret Ménégoz reprend les rênes des Films du Losange. Barbet Schroeder et Eric Rohmer lui confient alors les clés de la maison des Films du Losange : 

Quand on produit un film, le seul problème, c'est la répartition de l'argent qu'on a pour le financer. Est-ce qu'il faut mettre plus d'argent sur un acteur, les costumes, la lumière ? Il faut savoir faire des choix et ne pas se tromper sur le projet du metteur en scène. Margaret Menegoz

La productrice marche alors dans les pas de son compagnon de travail, Eric Rohmer, qui était une grand intellectuel, conscient des impératifs économique. Pour lui, le cinéma était un équilibre entre un projet esthétique et un projet économique : 

Il m'a beaucoup appris. Il m'a appris que la seule liberté du metteur en scène, c'était le succès et que l'important c'était l'histoire qu'on racontait, bien avant la renommée des acteurs ou le nom du metteur en scène. Margaret Menegoz

Image extraite du film
Image extraite du film
Intervenants
  • Journaliste, critique, enseignant de cinéma (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Productrice, directrice des Films du Losange
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......