LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Martin Scorsese pour la première de son film "The Irishman" au Festival de Cinéma de Rome, le 21 Octobre 2019.

Martin Scorsese, "on peut dire que c'est un cinéaste du montage"

1h
À retrouver dans l'émission

Projection privée se consacre à l'œuvre du cinéaste Martin Scorsese à l'occasion de l'exposition et de la rétrospective Martin Scorsese à la Cinémathèque française.

Martin Scorsese pour la première de son film "The Irishman" au Festival de Cinéma de Rome, le 21 Octobre 2019.
Martin Scorsese pour la première de son film "The Irishman" au Festival de Cinéma de Rome, le 21 Octobre 2019. Crédits : Tiziana Fabi - AFP

Table-ronde autour du cinéma de Martin Scorsese. Il y est question de la place centrale de la musique dans ses films, de ses influences, de sa grande cinéphilie et du processus de création de ses films.

Il [Martin Scorsese] raconte souvent que chez ses parents, il n'y avait pas de livres et on n'allait pas au théâtre. Donc la bande-son et la bande-image de son enfance c'est le cinéma d'un côté, la télévision aussi beaucoup et puis la musique qu'il entend. Sa culture, elle est là, et c'est de ça dont il se nourrit. Le cinéma l'a littéralement transporté, l'a fait voyager. Bernard Bénoliel

C'est un cinéaste de la généalogie. Il est passionné de généalogie, d'histoire, de racines, d'enracinement et donc de références pour que lui, italo-américain de la troisième génération, trouve sa place. C'est toujours compliqué pour quelqu'un qui est entre deux mondes, de trouver sa place et, lui, dans cet écartèlement, il trouve sa voie. Bernard Bénoliel

La croyance chez Scorsese n'est pas une croyance mais un combat contre soi-même. C'est un cinéma, et donc un être, extrêmement angoissé et qui tire de son inquiétude un dynamisme formidable. C'est d'une énergie absolument extraordinaire, quand on voit d'où il part... et dans la capacité aussi d'aborder un très grand nombre de thèmes. Toujours, cette interrogation sur la condition humaine, l'amène à être à la fois - et c'est peut-être la force du cinéma américain - extrêmement mat et extrêmement fin, extrêmement brutal et   extrêmement subtil. Je crois que c'est aussi ce qui fait la popularité de son cinéma et qui va très profond dans l'être humain, quelque soit le sujet qu'il aborde. Jean-Philippe Domecq

Actu Cinémathèque française (51 Rue de Bercy, Paris 12ème) : 

L’exposition du 14 octobre 2015 au 14 février 2016

La parution du catalogue associé, le 13 octobre 2015, coédition Cinémathèque française - Silvana Editoriale, Milan (Italie)

La rétrospective du 14 octobre au 30 novembre 2015

Avec

Bernard Bénoliel,  directeur de l’action culturelle de la Cinémathèque française

Jean-Philippe Domecq , romancier et essayiste, pour son livre « Martin Scorsese, un rêve italo-américain », collection « Bibliothèque du cinéma » en coéditions Hatier (Paris) et Foma (Renens-Lausanne).

Stéphane Lerouge , responsable de la collection « Écoutez le cinéma » chez Universal France pour la sortie du coffret 4 CD « The cinema of Martin Scorsese » le vendredi 2 octobre.

Matthieu Orléan , conseiller artistique chargé des expositions à la Cinémathèque française.

Musique diffusée (extraits) : Coffret 4CD "The cinema of Martin Scorsese", Decca records - Universal

"Taxi driver" (1976). Composé par Bernard Hermann (CD1)

"Gangs of New-York (2002). Composé par Elmer Berstein (CD3)

"After hours" (1985).Composé par Howard Shore (CD1)

Conseil de la semaine : Philippe Faucon pour son film « Fatima » qui sort le 7 octobre 2015  et la rétrospective, du 5 au 25 octobre, à la Cinémathèque française.

Fatima vit seule avec ses deux filles : Souad, 15 ans, adolescente en révolte, et Nesrine, 18 ans, qui commence des études de médecine. Fatima maîtrise mal le français et le vit comme une frustration dans ses rapports quotidiens avec ses filles. Toutes deux sont sa fierté, son moteur, son inquiétude aussi. Afin de leur offrir le meilleur avenir possible, Fatima travaille comme femme de ménage avec des horaires décalés. Un jour, elle chute dans un escalier. En arrêt de travail, Fatima se met à écrire en arabe ce qu'il ne lui a pas été possible de dire jusque-là en français à ses filles.

Intervenants
  • Critique et historien de cinéma, directeur de l'action culturelle et éducative à la Cinémathèque française.
  • Réalisateur
  • Restaurateur de bandes originales de films, responsable de la collection discographique " Ecoutez le cinéma ! " au sein d'Universal Music Jazz France
  • romancier et essayiste
  • Conseiller artistique chargé des expositions à la Cinémathèque française
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......