LE DIRECT
S'agit-il réellement une deuxième vague ?

Covid : la situation en Chine est-elle « extrêmement grave » ?

5 min

Retour sur la situation de la Chine où 57 nouveaux cas de contamination au coronavirus ont été recensés dans le pays entre samedi et dimanche dernier.

S'agit-il réellement une deuxième vague ?
S'agit-il réellement une deuxième vague ? Crédits : d3sign - Getty

Evidemment, quand de notre côté, on avance vers un déconfinement quasi total, entendre le matin au réveil que la Chine est en train peu ou prou de basculer dans le chaos, ou lire en gros titre d'un grand quotidien national que la Chine est confrontée à une deuxième vague, et ben ça fout les miquettes comme on dit, ça fait peur, et c'est bien normal, puisque c'est de la Chine que tout a démarré, et que l'on vous répète, moi compris, que la Chine a environ deux mois d'avance sur nous, ce qui voudrait dire, sans avoir besoin d'être grand clerc, que ce qui leur tombe dessus aujourd'hui nous tombera dessus inexorablement fin août.

Alors, si vous le voulez bien, gardons un instant notre sang froid et examinons ce qui se passe, précisément, en Chine, avant d'en tirer des conclusions hâtives.

Après avoir déclaré, le 22 mai dernier, qu'aucun cas de Covid n'avait été recensé sur l'ensemble du territoire, en début de semaine, les autorités chinoises ont annoncé avoir enregistré 57 nouveaux cas confirmés entre samedi et dimanche dont 36 liés à un marché de gros à Pékin et pas un petit marché, puisqu'il s'agit d'un espace d'une centaine d'hectares, soit l'équivalent d'un tiers de Central Park, l'immense espace vert au centre de l'île de Manhattan à New York.

A cette annonce, Pékin a recensé une trentaine de nouvelles contaminations par jour, portant le total à 137 cas en 6 jours. Selon les premiers éléments relayés par les médias chinois, le virus aurait été détecté sur des planches servant à découper du saumon importé. Les autorités chinoises ont immédiatement pris des mesures drastiques, le marché en question a été fermé, ainsi que cinq autres marchés de produits frais, plus de 1200 vols ont été annulés dans les deux aéroports de la ville. 90 000 personnes ont été testées en quelques jours, et des affiches ont été placardées dans toute la ville, intimant les citoyennes et les citoyens qui ont fréquenté le marché de se signaler aux autorités, sous peine de poursuites. Une trentaine de zones résidentielles ont été placées en quarantaine. Je rappelle que Pékin compte plus de 20 millions d'habitants.

Mais alors, est-ce que cette reprise de l'épidémie est le signal d'une deuxième vague ?

Bien malin qui pourrait le dire aujourd'hui. Ce qui est certain, c'est que les autorités chinoises manifestent leur préoccupation, puisque c'est le porte-parole de la mairie de Pékin qui qualifie la situation « d'extrêmement grave », et affichent autant que faire se peut leur volonté de tout mettre en œuvre pour éviter une reprise épidémique.

Mais outre l'alarmisme chinois, il est strictement impossible de parler aujourd'hui, sur la base de ces nouveaux cas, du début d'une deuxième vague. Selon Bruno Lina, virologue au CHU de Lyon, et membre du Conseil Scientifique, que nous avons interrogé, l'apparition de ce type de cluster est totalement inévitable, à partir du moment où l'immunité de groupe est loin d'être atteinte.

La question importante est celle de la « criticité » du cluster. Le cluster est-il maîtrisé, et maîtrisable, ou est-il hors de contrôle – comme ce qu'a pu être, chez nous, le rassemblement évangélique de Mulhouse mi-février. Pour l'heure, il est impossible de dire si ce nouveau cluster de Pékin est, ou non, un cluster critique. Deux informations intéressantes à ce propos. Yn France, aujourd'hui, nous avons enregistré près de 200 clusters en France métropolitaine et d'outre-mer, dont 39%, soit plus d'un sur trois a un seuil de criticité considéré comme élevé. Autre élément à mettre en regard. Il est question aujourd'hui de 104 cas chinois en 5 jours. La Chine a connu, au moment du boom épidémique, jusqu'à 4000 contamination par jour.

Avant de parler de deuxième vague, il faut voir quelle est l'évolution du nombre de contaminations sur un temps plus long. Si le nombre de cas se met à doubler tous les 5 jours, à ce moment là, il est évident que l'épidémie aura échappé au contrôle des autorités et que l'on pourra s'attendre à une reprise importante des contaminations. 

Si rien n'indique aujourd'hui que la Chine est à l'aube d'une deuxième vague, rien n'indique non plus que ce n'est pas le cas. La différence majeure entre la première courbe épidémique, et celle d'aujourd'hui, c'est que personne ne connaissait le virus il y a 6 mois. Or, aujourd'hui, les autorités et les populations sont alertées, et donc plus réactives – ce qui fait une importante différence.

Pour l'instant, il ne s'agit donc, toujours selon le virologue, que d'une résurgence, un cluster – reste à savoir s'il va devenir ou non critique. Mais les réactions vis à vis de la Chine sont très largement irrationnelles. jusqu'ici, comme le prouve la couverture médiatique alarmiste que j'évoquais tout à l'heure. Une dernière preuve ? Le Japon : 47 nouveaux cas d'infection à Tokyo annoncés dimanche, soit en même temps que les 54 chinois ? En avez-vous entendu parler de la même façon ? Non. Pas plus que les nouveaux clusters à Rome, qui comptent pourtant plus de 104 cas positifs. Trois poids, deux mesures.

Un mot rapide sur une annonce qui fait beaucoup de bruit : un médicament britannique de l'essai Recovery permettrait de réduire d'un tiers la mortalité des cas graves de Covid.

Oui, c'est un stéroïde, la dexaméthasone et on vous dit tout sur cette molécule – dont la potentielle efficacité a été annoncée, une fois de plus, par communiqué de presse et sans étude à l'appui... ce qui en général est plutôt un indice.

Intervenants
  • Producteur de l'émission "La Méthode scientifique" sur France Culture
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......