LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Depuis le début de l'épidémie de coronavirus dans le monde, les fausses informations ou fake news se multiplient et se répandent à une vitesse exponentielle.

Coronavirus : une épidémie de faux articles scientifiques

4 min

Chaque matin, Nicolas Martin, producteur de la Méthode Scientifique, fait un point quotidien sur l'avancée de la recherche sur le Coronavirus. Il analyse à travers le cas d'un pseudo article scientifique, le danger de la profusion des fake news concernant la pandémie du coronavirus.

Depuis le début de l'épidémie de coronavirus dans le monde, les fausses informations ou fake news se multiplient et se répandent à une vitesse exponentielle.
Depuis le début de l'épidémie de coronavirus dans le monde, les fausses informations ou fake news se multiplient et se répandent à une vitesse exponentielle. Crédits : Peter Zelei Images - Getty

sFaire un point quotidien sur l'avancée de la recherche sur cette épidémie de COVID19 puisque, il faut le répéter, jamais la science n'a avancé aussi vite sur la connaissance d'un agent infectieux, je vais donc essayer chaque matin de vous faire part de ce que disent les dernières études en virologie, en épidémiologie.

Mais aussi de lutter contre la pléthore de fausses informations pseudo-scientifiques et de faux papiers alarmistes qui circulent sur internet. Et ils sont nombreux... 

C'est ce que je voudrais faire pour commencer aujourd'hui : revenir sur un article particulièrement trompeur qui a été très largement relayé. Il s'agit d'un papier intitulé « Coronavirus : agissez aujourd'hui - politiciens, managers, que devez-vous faire et quand ? » Signé par un certain Tomas Pueyo – publié sur un site qui a l'air plutôt sérieux, medium.com.

Et cet article de Tomas Pueyo se veut un message d'alerte pour les décideurs, il présente toutes les formes de l'article scientifique sérieux : rédigé en chapitres, il regorge de graphiques qui montrent l'évolution des contaminations par pays, avec des données qui semblent tout à fait solides. L'article est par ailleurs assez long, et il faut bien le dire, assez inquiétant. En comparant les chiffres de l'épidémie en Europe avec ceux fournis par la Chine, Tomas Pueyo explique à grands renforts de modèles mathématiques que, en date du 13 mars, le nombre de cas réels en France est en fait compris entre 50 000 et 300 000. La fourchette, vous le noterez, est large et assez imprécise. Scientifiquement, un delta qui varie entre un et six, c'est en général assez mauvais signe.

Pourquoi cet article pose d'importants problèmes

Déjà le ton, et ce type d'approximations alarmistes seraient impossible à retrouver dans un article scientifique, qui présente les faits, qui tente de chiffrer au plus près et qui ne se permettrait pas des approximations du type : « avec 126 cas dans la ville de Paris, le nombre réel de cas se situe probablement dans les centaines, voire dans les milliers ». Aucune information solide ici, juste des estimations au doigt mouillé non appuyées – ce qui est totalement ascientifique.

Et les indices s'accumulent quand on y regarde d'un peu plus près : des erreurs manifestes comme la confusion entre un modèle d'augmentation linéaire et un modèle exponentiel. Les photos anxiogènes d'infirmières endormie sur un clavier d'ordinateur sans source ni date ni auteur. Et les conclusions à l'emporte pièce comme « le coronavirus en France est déjà une épidémie plus grave qu'en Chine, on ne s'est est juste pas encore rendu compte ».

Un ramassis d'âneries alarmistes alors que l'article présente tous les atours d'un article scientifique

Comment se rendre compte que ce type d'article est un ramassis d'âneries alarmistes alors qu'il présente tous les atours d'un article scientifique... il y a plusieurs indices. Tout d'abord, son auteur : qui est ce fameux Tomas Pueyo ? Un épidémiologiste ? Un spécialiste des données de santé ? Rien de tout ça. Sur son profil, vous trouverez cette description : Ingénieur, MBA à Stanford, ex-consultant, créateur d'applications virales avec plus de 20 millions d'utilisateurs et là, je cite en anglais : « currently leading a billion-dollar business » - actuellement à la tête d'un business à plus d'un demi milliard de dollars.

Evidemment, ça met la puce à l'oreille. Ensuite, il suffit de quelques clics pour trouver sa page sur medium.com et voir quel type d'articles a rédigé ce personnage avant celui-ci : « Comment faire un discours amusant, les meilleures stratégies pour faire rire votre audience », ou encore « Ce que le dernier film Star Wars peut vous apprendre sur le storytelling ». On est bien loin d'une expertise en virologie...

L'article contribue à l'augmentation de l'anxiété collective à des fins de publicité personnelle

Le message de Tomas Pueyo n'est pas un message aberrant : il insiste sur le fait de respecter les mesures de confinement et de distanciation sociale. Mais pour le faire, il singe la méthode scientifique pour se donner des atours de respectabilité... et in fine, contribue à l'augmentation de l'anxiété collective, tout ça à des fins de publicité personnelle. 

On ne le redira jamais assez : soyez vigilants sur ce que vous partagez en ligne, vérifiez deux fois la nature et la source des articles, pour ne pas ajouter à l'épidémie de COVID19, une épidémie de désinformation.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......