LE DIRECT
Peut-on ré-attraper la COVID-19 après avoir été malade ?

Réactivation, rechute, réinfection : la Covid-19 peut-elle revenir ?

5 min

Sciences |Chaque jour, Nicolas Martin, producteur de la Méthode Scientifique, fait un point sur l'avancée de la recherche sur le coronavirus. Il revient aujourd'hui sur la question de la réactivation du SARS-CoV2.

Peut-on ré-attraper la COVID-19 après avoir été malade ?
Peut-on ré-attraper la COVID-19 après avoir été malade ? Crédits : fotograzia - Getty

Peut-on ré-attraper la Covid-19 après avoir été malade ?

C'est évidemment une question qui peut donner le vertige : que se passerait-il si, pour une raison et ou pour une autre, des patients qui ont été malades retombaient malade à courte échéance. Et c'est une question qui vient de se reposer tout récemment, vendredi dernier, en Corée du Sud. La haute autorité de santé a fait état de 91 nouveaux malades du coronavirus, testés positifs alors qu'ils avaient été déclarés guéris en sortie de quarantaine.

Tout d'abord, vous commencez à avoir l'habitude mais on ne rappelle jamais assez qu'il faut prendre d'immenses précautions avec ces informations. Comme tout est nouveau, tout est soumis à caution ou à vérifications, donc voici ce que l'on peut dire de cette déclaration avec les éléments de connaissance ou de comparaison dont nous disposons aujourd'hui.

Pour commencer, en appliquant le rasoir d'Ockham, c'est-à-dire la solution la plus simple : ce groupe de personnes, relativement peu nombreux, peut avoir été mal testé en sortie de quarantaine. On sait que le test PCR – c'est-à-dire la collecte d'échantillons avec un écouvillon au fond de la cavité nasale, peut donner des faux-négatifs ; de nombreux cas de patients testés négatif un jour redeviennent positifs peu de temps après, certainement parce que le virus ne se contente pas de se loger à cet endroit des voies respiratoires, il peut également descendre dans les poumons et donc, être négatif en haut mais positif en bas.

La question qui est posée par cette hypothèse, c'est : quand est-on vraiment guéri de la Covid-19 ? Et le maintien d'une présence virale après disparition des symptômes est-il signe de rechute ? Ou la simple évolution de la maladie ? Il s'agirait alors, comme pour la grippe classique, d'une simple rechute : il restait des traces de virus non détectées, dont l'activité a repris parce que le traitement n'a pas permis de tout éliminer. 

Une autre hypothèse, la plus inquiétante, est celle d'une réinfection. On peut commencer par dire avec les épidémiologistes que statistiquement, s'il n'y avait pas ou peu d'immunité acquise ou une immunité très courte : ces cas ne se limiteraient pas à une petite centaine en Corée, plus quelques autres signalés en Chine et au Japon : ils seraient massifs.

Néanmoins, peut-être que certaines personnes s'immunisent moins que d'autres. C'est une possibilité. Or on sait que la plupart des virus à ARN à tropisme respiratoire donnent naissance à une réponse immunitaire protectrice, comme le rappelle Morgane Bomsel, immunologiste et directrice de recherche à l'Institut Cochin que nous avons contactée.

Mais on sait que dans ces processus d'immunisation, comme pour le MERS-CoV et le SARS-CoV1, il existe des cas où certains anticorps particuliers peuvent avoir un effet contre-productif, et au lieu de contribuer à la destruction du virus par les globules blancs, ils facilitent au contraire leur entrée et l'infection du système immunitaire. On parle d'ailleurs d'anticorps « facilitants ». Pour résumer : la réponse immunitaire ne serait donc pas protectrice. Ce qui expliquerait que ces patients, après un nouveau contact avec le virus, puissent se réinfecter.

Mais cette hypothèse - ou celle d'une immunité si courte que des patients puissent retomber malade quelques dizaines de jours à peine après une primo-infection est très improbable selon les chercheurs ; même les coronavirus du rhume, qui provoquent une immunité très courte, laissent les malades protégés entre 2 et 3 mois.

La réactivation virale est aussi une autre possibilité, C'est un mécanisme qu'on connaît bien. C'est ce qu'il se passe avec l'herpès notamment : une fois que vous l'avez contracté, il va se redéclarer de temps à autres, quand vous avez un coup de fatigue.

Alors attention, je ne suis pas en train de dire que le SARS-CoV2 se comporte comme les herpèsvirus, ce sont deux types de virus très différents. Les herpèsvirus sont des virus à ADN, qui n'utilisent pas du tout les mêmes mécanismes de contamination. 

Mais il se peut que, d'une façon similaire, l'infection à coronavirus  provoque ce que l'on appelle des « réservoirs viraux » - c'est-à-dire des cellules de l'organisme dans lesquelles le virus se met en dormance : il n'exprime plus aucune protéine, donc le système immunitaire ne le voit plus. Et à l'occasion d'un événement particulier : la baisse prolongée de la charge virale dans le sang, un coup de fatigue qui provoque une légère baisse de l'efficacité immunitaire de l'hôte, le virus se remet à proliférer, et peut éventuellement provoquer un retour de la maladie. Selon une étude récente, pour SARS-CoV2, ces réservoirs pourraient se situer dans les reins, qui sont les organes qui expriment le plus les récepteurs ACE2 qui servent de porte d'entrée au virus.

Pour l'heure, il ne faut en tout cas pas s'alarmer, pour plusieurs raisons : la première, c'est que pour les cas signalés, en Chine, les patients ne sont pas plus malades qu'ils n'ont été. Ce n'est pas une aggravation liée à une reprise de flambée virale.

Mais surtout parce qu'il manque aujourd'hui beaucoup trop de données pour être assertif : qui sont ces patients, quel était le profil exact de leur maladie, leurs comorbidités, combien de temps précisément ont-ils présentés des tests positifs après la fin de leur symptômes, sont-ils jeunes ou vieux ? C'est à ces questions que doit répondre la vaste étude lancée par les autorités de santé coréennes, études que nous allons suivre et dont nous vous tiendrons, bien sûr, informés des résultats

Nicolas Martin et l'équipe de La Méthode scientifique

Intervenants
  • Producteur de l'émission "La Méthode scientifique" sur France Culture
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......