LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un débat contradictoire ?

La fin du débat

51 min
À retrouver dans l'émission

Alain Finkielkraut reçoit Pierre Nora pour évoquer le dernier numéro de la revue Le Débat et la place des échanges contradictoires dans la société française.

Un débat contradictoire ?
Un débat contradictoire ? Crédits : Richard Morrell - Getty

Alain Finkielkraut s'interroge : la vie intellectuelle reviendrait-elle aujourd'hui sous le paradigme de la guerre ? 

Crise de la réalité du débat ?

Pierre Nora évoque le champ du débat comme lieu de puissance de la démocratie. 

Les conditions ont beaucoup changé dans la mesure où ceux qui ne veulent pas de débat ne le font pas au nom d'une cause unique et collective qui les projetterait dans un universel vrai, mais en raison de carapace identitaire et particulière qui les enferme. Pierre Nora

Alain Finkielkraut revient sur ce qu'il appelle les "causes parfaites" qui sont pour lui : le féminisme, l'antiracisme et l'écologie.

Revue Le Débat, un dernier numéro

Pierre Nora évoque le 210ème et dernier numéro qui retrace le changement de paradigme : le changement de société et des mentalités. 

Avec la fin de la revue du Débat, j'ai été conscient de la responsabilité que je prenais ; je ne l'ai pas conçu comme une démission mais plutôt comme une alerte. C'est précisément pour provoquer cette réaction générale d'alerte et de compréhension. Pierre Nora

Encore ébranlé par cet événement triplement tragique qu'était l'invasion de Prague, je suis venu en France et j'ai essayé d'expliquer à mes amis français le massacre de la culture qui eut lieu après l'invasion. Imaginez, on a liquidé toutes les revues littéraires et culturelles, toutes sans exception. Cela ne s'est jamais passé dans l'histoire tchèque, même pas sous l'occupation nazie pendant la guerre. Or, mes amis me regardaient avec une indulgence embarrassée dont je compris le sens plus tard. En effet, quand on liquida toutes les revues en Tchécoslovaquie, la nation tout entière le savait et elle ressentit avec angoisse la portée immense de cet événement. Si, en France ou en Angleterre, toutes les revues disparaissaient, personne ne s'en apercevait, même pas leur éditeur. A Paris, même dans le milieu tout à fait cultivé, on discute pendant les dîners des émissions de télévision et non pas des revues, car la culture a déjà cédé la place. Sa disparition que nous vécûmes à Prague comme une catastrophe, un choc, une tragédie, on la vit à Paris comme quelque chose de banal et d'insignifiant, d'à peine visible, comme un non-événement. Milan Kundera, novembre 1983

Un Occident kidnappé ou la tragédie de l'Europe centrale par Milan Kundera (Le Débat, 1983).

Intervenants
  • historien, éditeur, membre de l'Académie française
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......