LE DIRECT
Vue depuis l'hôtel de ville de Hénin-Beaumont

Les Hauts-de-France : élections régionales, enjeu national

4 min
À retrouver dans l'émission

Un candidat à la présidentielle, un RN aux portes du pouvoir, une star du gouvernement venue défendre la liste LREM, et une gauche et des écologistes unis : les régionales 2021 dans les Hauts-de-France cristallisent l'attention des états-majors parisiens.

Vue depuis l'hôtel de ville de Hénin-Beaumont
Vue depuis l'hôtel de ville de Hénin-Beaumont Crédits : Antoine Marette - Radio France

Vendredi dernier, matinée de campagne pour le candidat du Rassemblement national. Sébastien Chenu distribue des tracts sur le marché de Hénin-Beaumont. L’accueil est chaleureux. Ici, l’extrême droite est en territoire conquis.

Sébastien Chenu fait campagne sur le marché de Hénin-Beaumont (deuxième en partant de la droite)
Sébastien Chenu fait campagne sur le marché de Hénin-Beaumont (deuxième en partant de la droite) Crédits : Antoine Marette - Radio France

L’objectif de Sébastien Chenu, c’est de réussir là où Marine Le Pen a échoué il y a cinq ans : décrocher la région Hauts-de-France en battant le président sortant Xavier Bertrand au second tour.

Les habitants des Hauts-de-France aspirent à autre chose, un autre modèle politique. Ils ont tenté une aventure sans succès, et aujourd'hui, ils se retrouvent à la croisée des chemins : ou ils élisent une équipe qui est celle que je propose avec le Rassemblement national avec une région qui les protège, qui protège leur identité, leur sécurité, leur économie et leur santé. Ou alors ils continuent avec une équipe "LR-macroniste", qui n'a été que spectatrice passive de la désindustrialisation de notre région et de son insécurité galopante. Moi, je crois qu'aujourd'hui, il y a une envie de changement et cette envie, il n'y a que nous qui l'incarnons. 

Dans les sondages, la liste de Sébastien Chenu talonne celle de Xavier Bertrand au second tour… Xavier Bertrand, candidat de la droite pour la région, mais également candidat à la présidentielle. Une double candidature que l’intéressé assume pleinement. 

Il faut être clair, ne jamais se cacher derrière son petit doigt, dire la vérité, et à partir du moment où je souhaite être candidat à la présidence de la République, il faut l'assumer, il faut le dire. Les gens préfèrent que l'on soit direct. Il semblerait que les habitants de la région aient compris aussi que si l'on veut que les Hauts-de-France aillent mieux, il faut que la France aille mieux. On va nous-mêmes avoir une politique plus forte encore au niveau de l'industrie. Mais il faut qu'au niveau national, on fasse de la réindustrialisation la première des priorités. Je pense que dans les Hauts-de-France comme en France, il y a beaucoup de gens qui veulent que ça change. Il y a beaucoup de personnes également qui ne veulent pas du duel annoncé. Ça s'appelle la liberté de choix, la liberté de vote et c'est aussi pour ça que j'ai présenté ma candidature. L'expérience que j'ai, l'expérience de maire, l'expérience de Président de région, pour moi, c'est quelque chose l'irremplaçable, le fait de tenir des permanences, d'être confronté aux difficultés des gens. Être à la tête d'une région de 6 millions d'habitants, c'est tout aussi important. C'est la même logique et la même cohérence. Et de toute façon, les habitants des Hauts-de-France choisiront. 

Xavier Bertrand présentant sa liste à Maubeuge le 3 mai dernier
Xavier Bertrand présentant sa liste à Maubeuge le 3 mai dernier Crédits : FRANCOIS LO PRESTI - AFP

Xavier Bertrand voudrait donc faire de ces élections régionales une rampe de lancement pour la présidentielle… C’est donc une élection à haut risque pour la République en marche qui plafonne pour le moment à 10% dans les sondages… La majorité présidentielle a donc fait appel à un poids lourd du gouvernement : Eric Dupond-Moretti… Il vient en aide à la tête de liste LREM Laurent Pietraszewski qui souffre d’un déficit de notoriété. 

Franchement, le sujet aujourd'hui pour les habitants des Hauts-de-France, ça n'est pas ma notoriété. C'est ce qu'on leur propose pour construire un avenir, un avenir où le lien social, où la promesse républicaine seront enfin au rendez-vous. Nous verrons le 20 juin où se situera la liste de la majorité présidentielle que je conduis avec Eric Dupond-Moretti. Et à ce moment-là, on pourra tirer des enseignements. Laissez-moi le temps de la campagne puisque je vais tout faire pour être en première position. Je serai dans cette situation de rassemblement républicain. Je ferai tout pour être en tête et rassembler autour de moi. 

Eric Dupond-Moretti en campagne à Loos-en-Gohelle le 8 mai dernier
Eric Dupond-Moretti en campagne à Loos-en-Gohelle le 8 mai dernier Crédits : FRANCOIS LO PRESTI - AFP

Avec l’arrivée d’Éric Dupond-Moretti, la République en marche espère bien prendre des voix à Xavier Bertrand, mais aussi à Karima Delli qui a réussi un exploit : réunir derrière son nom, dès le premier tour la gauche et les écologistes…

Les Hauts-de-France méritent beaucoup mieux que les candidatures spectacle.  On a vu les combats de coqs entre Messieurs Chenu et Bertrand... Maintenant, voilà le deuxième épisode avec Monsieur Pietraszewski et Monsieur Dupond-Moretti. Il faut savoir résister aux effets de manche comme aux effets d'annonce. En tout cas, nous nous sommes fiers d'être dans la cohérence. Nous avons un cap : changer la vie des gens. Moi, j'ai une belle équipe qui est fière de servir cette région, et nous avons un beau programme. Alors je peux vous le dire, en tant que capitaine de l'équipe pour le climat et pour l'emploi, nous allons nous mouiller le maillot pour aller chercher cette place sur le podium. 

Karima Delli en campagne à Loos-en-Gohelle le 2 mai dernier
Karima Delli en campagne à Loos-en-Gohelle le 2 mai dernier Crédits : FRANCOIS LO PRESTI - AFP

En 2015, Xavier Bertrand avait été élu face à Marine Le Pen grâce au retrait de la gauche au second tour… En juin prochain, une possible quadrangulaire pourrait changer la donne.

Intentions de vote au premier tour
Intentions de vote au premier tour Crédits : Ipsos - Radio France
Intentions de vote en second tour en cas de quadrangulaire
Intentions de vote en second tour en cas de quadrangulaire Crédits : Ipsos - Radio France
Intentions de vote au second tour en cas de triangulaire
Intentions de vote au second tour en cas de triangulaire Crédits : Ipsos - Radio France

A noter également trois autres listes candidates pour ce scrutin : Debout La France avec José Evrard, Agissons ensemble avec Andy Carlier, et Lutte ouvrière avec Eric Pecqueur.

L'équipe
Journaliste

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......